ACCUEIL | FLUX RSS
Mardi 25 Juin 2019

- Publié le 13/04/2015 à 15:00


Le lavement, une nouvelle tendance sans danger?




L'irrigation du côlon, sorte de version moderne du lavement, séduit un nombre croissant de personnes soucieuses d'hygiène ou souffrant de troubles fonctionnels. Mais cette technique est-elle sans danger pour la santé ?

Il est gravé dans l'imaginaire collectif par Molière et son Malade imaginaire. Tombé en désuétude au XIXe siècle, le lavement, pratique courante à visée hygiénique en Europe au XVIIe siècle, connaît aujourd'hui un regain d'intérêt. Et si son usage demeure encore confidentiel en France, il est plus largement pratiquée en Suisse et en Allemagne.

Inchangée dans son principe, l'hydrothérapie ou irrigation du côlon consiste à introduire de l'eau ou tout autre liquide par l'anus dans le rectum, puis dans la première partie du côlon, pour nettoyer le gros intestin. L'eau est délicatement injectée à l'aide d'un tuyau relié à une poche (lavement mécanique) ou à un appareil conçu pour maîtriser le débit, la température et la quantité d'eau (hydrothérapie). Maintenu à l'intérieur de l'intestin, le liquide déloge ce qui s'y trouve (selles, mucus, cellules mortes...) avant que l'eau ne ressorte, entraînant les déchets avec elle.

Pour Marie-Françoise Dippe-Gross, infirmière et formatrice à l'irrigation du côlon qui pratique la technique depuis 25 ans en France, cette technique est avant tout une mesure d'hygiène. «Le colon est comme n'importe quelle peau: quand elle est sale, on la lave. L'hydrothérapie permet donc d'enlever le mucus, les cellules mortes. Certaines personnes le pratiquent par mesure d'hygiène, d'autres, souffrant de troubles fonctionnels (ballonnements, acidité ou spasmes) et jamais lésionnels (une contre-indication majeure) voient leurs symptômes soulagés», résume l'infirmière qui reconnaît que la pratique, controversée en France, souffre de l'image qu'en donne certains praticiens qui détournent son usage en y associant des bienfaits fantaisistes.

Intérêt discutable

Certains des adeptes de l'hydrothérapie du côlon s'appuient sur la thèse de l'auto-intoxication. D'après cette théorie, le corps pourrait s'empoisonner lui-même en réabsorbant les toxines accumulées dans le gros intestin. L'hydrothérapie permettrait donc de détoxiner le système digestif. «Une théorie qui ne repose sur aucun élément objectif», estime le Pr Jean-Christophe Saurin, gastroentérologue au CHU de Lyon, qui se veut néanmoins rassurant. «Si leur intérêt thérapeutique ou hygiénique est discutable, les lavements par voie haute ou l'irrigation du côlon ne sont pas très dangereux, à condition qu'ils soient effectués avec un liquide adapté! Il faut veiller à ce que sa composition soit neutre d'un point de vue osmotique (équilibré en ions). Dans le cas contraire, l'eau du corps risque de converger vers les intestins afin de maintenir l'équilibre osmotique, ce qui peut provoquer une déshydratation potentiellement grave chez une personne fragile, âgée ou ayant des problèmes cardiaques».

Enfin le Dr Jérôme Loriau, chirurgien digestif, rappelle que l'irrigation colique est utilisée à des fins médicales dans certains cas de constipation majeure ou d'incontinence anale chronique ; cette pratique n'a rien d'anodin et doit être pratiquée par des personnes formées et chevronnée, car les cas d'occlusion existent.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


La chimiothérapie par aérosol, source d'espoir pour les malades du cancer
Les entrailles de la Terre grouillent de vie intraterrestre
Vivre dans un quartier avec beaucoup de végétation permet de prévenir les risques de maladies cardiovasculaires
Climat: des scientifiques appellent à freiner l'essor démographique
L'humain capable de reconnaître 5000 visages
Vietnam: saisie de huit tonnes d'ivoire et d'écailles de pangolin
Le cadavre d'un rorqual d'une dizaine de mètres échoué à Porquerolles
Le cancer en progression «alarmante» dans le monde
Cryptomonnaies: Google interdit les applications de minage sous Android
Néonicotinoïdes: l'Anses recommande d'accélérer les méthodes alternatives
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Le CBD pourrait devenir une arme puissante contre l'antibiorésistance
Un traitement pour soigner l'hypertension pourrait protéger de la maladie d'Alzheimer
Une nouvelle revue pour les adeptes de la collapsologie
Un tour d'évasion tourne au drame: le corps du magicien retrouvé dans le Gange
Des chercheurs dissèquent le regard attendrissant du chien
 LES PLUS LUS 
Planète: la seule issue se trouve sous terre, selon certains experts
Une nouvelle espèce humaine découverte aux Philippines
Google ouvre son premier laboratoire d'intelligence artificielle en Afrique
A Cuba, les abeilles butinent heureuses et leur miel ravit l'Europe
Comment nettoyer l'espace des vieux satellites et débris spatiaux
Les rideaux d'hôpitaux sont des nids à bactéries
La Lune dans cinq ans ? La NASA entretient le mystère
L'activité physique pourrait aider à guérir d'une lésion de la moelle épinière
Un régime riche en viande accroît le risque de mortalité
Infarctus ne rime pas nécessairement avec arrêt maladie prolongé
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.071 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.