ACCUEIL | FLUX RSS
Jeudi 21 Juin 2018

RECHERCHE - Publié le 15/02/2016 à 17:44


Certaines maladies dont la dépression seraient liées aux gènes hérités des Néandertaliens



Les gènes hérités de l'homme de Neandertal par des croisements avec ce cousin éteint des humains seraient liés à plusieurs maladies dont la dépression, des allergies ou des dérèglements du métabolisme, selon une étude publiée jeudi.

Depuis 2010 les scientifiques savent que les populations d'origine eurasienne ont de 1 à 4% de gènes hérités de l'homme de Neandertal disparu il y a environ 30.000 ans après avoir co-existé avec les humains modernes, venus d'Afrique plusieurs milliers d'années.

Cette recherche, parue dans la revue américaine Science, a pour la première fois comparé directement de l'ADN de Néandertalien dans des génomes de 28.000 adultes de descendance européenne avec leurs dossiers médicaux, confirmant que cet héritage génétique archaïque a des effets non négligeables sur la biologie des humains modernes.

"Notre conclusion c'est que l'ADN des Néandertaliens influence les traits cliniques des hommes d'aujourd'hui", explique John Capra professeur adjoint de biologie à l'université Vanderbilt (Tennessee, sud-est), principal auteur de cette recherche.

"Nous avons ainsi découvert une relation entre l'ADN de Néandertalien et un large éventail de traits immunologiques, dermatologiques, neurologiques, psychiatriques ainsi qu'avec des maladies du système reproductif", précise-t-il.

Ces chercheurs ont établi avec un degré élevé de certitude que l'ADN des humains modernes contenait plus de 135.000 variantes génétiques provenant des Néandertaliens.

Ils ont ensuite déterminé les liens entre ces variantes et des maladies et découvert que certaines de ces variations génétiques néandertaliennes étaient étroitement liées à un risque accru de douze maladies dont la dépression, l’infarctus du myocarde et des troubles sanguins.

- Accoutumance à la nicotine -

Certaines relations découvertes entre ces variantes génétiques héritées de l'homme de Neandertal confirment de précédentes hypothèses comme celle selon laquelle de l'ADN néandertalienne affecte les cellules kératinocytes qui recouvrent l'épiderme et aident à protéger la peau des rayons ultraviolets et des pathogènes.

Les chercheurs ont été surpris de découvrir que certains de ces gènes des Néandertaliens accroissaient le risque d'accoutumance à la nicotine.

Cette découverte laisse penser que ces traits génétiques transmis par les Néandertaliens aux humains pourraient avoir conféré à ces derniers une adaptation à leur nouvel environnement peu après leur arrivée d'Afrique en Eurasie il y a 40.000 ans.

Mais un grand nombre de ces variantes génétiques ne sont plus aujourd'hui un avantage dans un environnement moderne.

Par exemple, une variation génétique néandertalienne, qui accroît la coagulation sanguine, était utile à la survie des hommes modernes en arrivant en Eurasie contre les agents pathogènes rencontrés dans le nouvel environnement.

Ce trait biologique permettait de refermer plus rapidement les blessures. Aujourd'hui il augmente le risque de formation de caillot et d'accident vasculaire cérébral, d'embolie pulmonaire ou de complications à l'accouchement.

Une précédente étude publiée en janvier dans la revue American Journal of Human Genetics, avait mis en évidence des gènes venant des Néandertaliens qui sont responsables d'une sensibilité excessive du système immunitaire, ce qui provoque des allergies. Les porteurs sont ainsi plus sujets à l'asthme, au rhume des foins et à d'autres allergies.

Les Néandertaliens avaient vécu en Europe et dans l'ouest de l'Asie pendant 200.000 ans avant l'arrivée des humains modernes.

Ils étaient probablement bien adaptés au climat, à l'alimentation et aux pathogènes et en s'accouplant avec les humains modernes ces derniers ont hérité de ces différentes adaptations.

Au Gabon, un laboratoire ultra-sécurisé contre le virus Ebola
La technique s'améliore pour greffer des organes infectés par l'hépatite C
Les virus géants, inventeurs de leurs gènes?
En Bretagne, la filière cosmétique surfe sur les algues
Musique: bide ou carton ? Des chercheurs disent pouvoir prédire le succès
Découverte d'une molécule prometteuse contre la sclérose en plaques
Les fourmis, une source future de médicaments ?
Découverte montréalaise contre le cancer du sein
Des structures embryonnaires créées sans passer par la fécondation
Il y a cinq formes de diabète et non deux, estiment des chercheurs
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Pythons, lion empaillé, crânes de babouins: 30.000 animaux sauvages, victimes de trafics, interceptés
Alouettes, abeilles et orchidées... un eden près des tarmacs
Désemparés, des apiculteurs contraints de réduire en cendres leurs abeilles
Des associations dénoncent les prix exhorbitants et injustifiés des nouveaux médicaments
Fatigue et douleur, problèmes persistants après la fin du cancer
 LES PLUS LUS 
Les scientifiques américains transfèrent la mémoire d'un escargot à l'autre en transplantant de l'ARN
A la recherche de l'origine des Incas, grâce à la génétique
Pologne: Première naissance en captivité d'un couscous, marsupial indonésien
Découverte d'un nouveau site de sacrifice rituel d'enfants au Pérou
Avec le réchauffement climatique, les légumes vont devenir plus rares
Voici Norman, l'intelligence artificielle psychopathe
Un château en Corrèze pour un peu plus de 11 euros et la bonne cause
Dans le sud du Maroc, les météorites suscitent les convoitises
Le musée des égouts de Paris fait peau neuve
Reforestation: un appel à projets pour planter un million d'arbres
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2018 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.044 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.