ACCUEIL | FLUX RSS
Vendredi 6 Décembre 2019

CIEL&ESPACE - Publié le 13/04/2016 à 16:27


Vers Alpha du Centaure à 60.000 km/s, le rêve d'un milliardaire russe



C'est un vieux rêve, celui d'un voyage jusqu'à l'étoile la plus proche de la Terre, qu'à ravivé mardi le milliardaire russe Yuri Milner, qui veut construire un vaisseau spatial voyageant à 60.000 km par seconde.

L'idée est de propulser le petit vaisseau "StarChip", qui ne pèserait que quelques grammes, à un cinquième de la vitesse de la lumière, en bombardant sa voile de quelques mètres carrés, de photons produits par un laser basé sur Terre.

Poussé à une vitesse de 60.000 kilomètres par seconde, le vaisseau pourrait atteindre Alpha du Centaure, le groupe d'étoiles le plus proche de la Terre, en vingt ans.

A titre de comparaison, la sonde américaine New Horizons a atteint Pluton l'an passé à une vitesse de 49 kilomètres par secondes.

A cette allure, il faudrait plus de 24.000 ans à une sonde lancée depuis la terre pour atteindre Alpha du Centaure.

"Le voyage dans l'espace, tel que nous le connaissons, est lent. Comment aller plus vite, plus loin? Comment pouvons-nous faire ce grand saut?", a interrogé Yuri Milner, investisseur dont la fortune est estimée par le site Forbes à 2,9 milliards de dollars.

"Pour la première fois de l'histoire, nous pouvons faire plus que regarder les étoiles, nous pouvons les atteindre", a lancé l'homme d'affaires de 54 ans.

"Il est temps de faire le prochain grand bond de l'histoire de l'humanité", s'est-il enthousiasmé.

Il s'est associé à Stephen Hawking, un astrophysicien britannique mondialement connu pour ses travaux sur les trous noirs et pour son bestseller "Une brève histoire du temps".

"Je pense que ce qui fait que nous sommes uniques (en tant qu'êtres humains) est que nous dépassons nos limites", a commenté Stephen Hawking, qui a perdu l'usage de la parole et s'exprime par le biais d'un logiciel vocal.

Pour atteindre son but, Yuri Milner qui a bâti sa fortune grâce à des investissements judicieux dans plusieurs start-ups, notamment Facebook, va dédier 100 millions de dollars au projet, baptisé "Breakthrough Starshot", a-t-il expliqué lors d'une conférence de presse à New York.

- Aller chercher la vie -

Le milliardaire a indiqué qu'il investirait de sa poche les cent premiers millions de dollars dans le projet mais chercherait ensuite, en cas d'avancée majeure, d'autres sources de financement.

"Il est très clair que c'est une initiative à but non lucratif", a-t-il plaisanté, concédant que les chances de succès et le coût final étaient incertains.

Le fondateur de Facebook, Mark Zuckerberg, fait partie du conseil d'administration de l'entité. Il s'agit d'un projet de recherche qui doit associer la communauté scientifique et dont les résultats seront publiés dans leur intégralité.

Les premiers résultats de recherche indiquent que la projection de ce rayon laser nécessiterait environ cent gigawatts, soit à peu près l'énergie requise pour faire décoller une navette spatiale, a expliqué Avi Loeb, professeur à Harvard et membre du projet.

La technologie de base nécessaire au développement du projet existe déjà mais doit être adaptée et améliorée pour permettre à ce vaisseau d'accomplir sa mission, a expliqué Yuri Milner, lors de la conférence qui se déroulait au sommet du One World Trade Center, la tour géante construite sur le lieu des attentats du 11 septembre 2001.

L'équipe qu'il a constitué travaille déjà depuis un an sur le projet, a-t-il précisé.

"Quand il y a une vision qui sous-tend un grand projet, comme celle qu'avait JFK (le président américain John Fitzgerald Kennedy de conquérir la Lune) dans les années 60, ça fait sauter pas mal de verrous", a estimé Avi Loeb.

Yuri Milner estime que ces sondes pourraient être produites et lancées en masse, ce qui permettrait notamment, outre la mission vers Alpha du Centaure, d'explorer notre système solaire.

L'objectif du voyage vers l'étoile la plus proche vise à y chercher des traces de vie, mais pas seulement, a assuré Avi Loeb.

Comment seraient les êtres vivants que cette mission pourrait rencontrer, a-t-on demandé à Stephen Hawking?

"A en juger la campagne électorale (américaine), certainement pas comme nous", a plaisanté le chercheur facétieux.

151 commentaires

    Laisser un commentaire

    • Maximum 250 caractères


    Débris, constellations et satellites-espions: l'enjeu de la surveillance de l'espace
    Titan, un monde de plaines, de montagnes et de lacs
    La sonde spatiale japonaise Hayabusa 2 va entamer son retour sur Terre
    Les prochains astronautes sur la Lune sautilleront moins
    L'eau sur Mars s'est volatilisée il y a 3,5 milliards d'années
    A Hawaï, un projet de télescope géant fait gronder le volcan sacré Maunakea
    Le TMT, un télescope géant pour remonter aux débuts de l'Univers
    Au fond d’une grotte, des astronautes s’entraînent pour l’espace
    La Russie n’utilisera plus son robot Fedor pour des missions dans l’espace
    Jour J pour la mission lunaire indienne Chandrayaan-2
     Publicité 
     LES PLUS RÉCENTS 
    Entrepôt high-tech pour livrer au plus vite du frais dans la ville qui ne dort jamais
    La permaculture marine au secours des huîtres
    Les espèces invasives apportées par l'Homme, l'autre menace pour l'Antarctique
    Le poisson-clown n’a pas la capacité génétique de s’adapter
    Une initiative inédite pour aider à protéger les tortues en Tunisie
     LES PLUS LUS 
    Découverte d’une nouvelle espèce d’anguille électrique à haute tension
    L’un des plus gros animaux volants de l’histoire identifié au Canada
    La Russie n’utilisera plus son robot Fedor pour des missions dans l’espace
    L'or ou l'eau: le dilemne que combattent les indigènes en Equateur
    La prise d'une décision dépend de notre degré d'incertitude, affirment des scientifiques américains
    Les premiers bus à hydrogène entrent en service en France
    La plus grande étude d'ADN éclaircit l'origine des langues indo-européennes
    Découverte au Japon d'une nouvelle espèce de dinosaure
    Cuir de poisson: quand de jeunes chimistes marient luxe et écologie
    Ablation de l'utérus : les femmes seraient plus sujettes à la dépression ou à l'anxiété après l'intervention
     Publicité 
     En image 
     Publicité 
    2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.071 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.