ACCUEIL | FLUX RSS
Jeudi 13 Décembre 2018

SCIENCE - Publié le 21/05/2016 à 17:15


Dinosaures: des scientifiques cherchent sous la mer le secret de leur disparition



Dans les eaux paisibles et cristallines du Golfe du Mexique, à 30 mètres au-dessus des vagues, des scientifiques du monde entier perforent les profondeurs de la mer pour retrouver les restes de l'astéroïde qui serait à l'origine de l'extinction des dinosaures.

En avril, à 33 kilomètres des côtes du Yucatán, a débuté l’Expédition 364, dotée d'un budget de 15 millions de dollars. Pour la première fois, un cratère d'impact immergé dans l'océan est observé par les scientifiques.

La plateforme, entourée par les vagues et les requins, est érigée au-dessus du cratère Chicxulub, une cavité de 200 kms de diamètre formée par un impact il y a 66 millions d'années, durant la période Crétacé. L'astéroïde a frappé la surface de la Terre à la vitesse de 30 kms par seconde.

Dans ce laboratoire de 2.000 m2, une trentaine de géologues, paléontologues et microbiologistes d'Amérique du nord, d'Asie et de pays d'Europe cherchent des micro-fossiles ou des restes pulvérisés de l'astéroïde venu des orbites de Mars et Jupiter. Ces découvertes pourraient les aider à résoudre le mystère de ce cataclysme.

"L'une des questions passionnantes est celle de l'origine des changements environnementaux qui ont causé l'extinction massive puis le rétablissement biologique dans la période Paléogène", explique Sean Gulick, de l'Institut de Géophysique de l'Université du Texas.

Après cette énorme collision des boules de feux sont retombées sur la Terre, qui a été ensuite enveloppée par les fragments d'astéroïde et est devenue froide et obscure.

"Quand les radiations solaires ont été bloquées, la photosynthèse s'est interrompue et une extinction en chaîne a commencé. Plusieurs mois après, la poussière est tombée [...] et a changé la chimie des océans qui sont devenus plus acides", raconte Jaime Urrutia, président de l'Académie Mexicaine de Sciences et responsable de la mission.

- La vie sur d'autres planètes -

Selon une partie de la communauté scientifique, l'astéroïde ne serait pas l'unique cause de l'extinction des dinosaures. Cependant tous s'accordent à dire que cette collision a été à l'origine de la disparition de 75 % des espèces vivantes et de grands bouleversements dans l'évolution de la planète.

Chicxulub, découvert dans les années 70 durant les explorations de la compagnie Pétroles Mexicains (Pemex), est le cratère d'impact le plus récent et le mieux conservé.

Hormis son importance historique, ce site présente aussi une mystérieuse particularité: près de son centre se dresse une chaîne de montagnes circulaire haute de 500 mètres et d'un rayon d'environ 30 kms. Cette cordillère est connue comme "l'anneau de pics".

"Les roches à l'intérieur de l'anneau de pics sont si fracturées que l'on pense que des fluides de très hautes températures auraient pu couler [au travers des roches], avec cette observation nous pourrions anticiper que c'était un lieu privilégié pour la vie microbienne", explique Gulick.

Si cela est vérifié, "alors nous serions à la recherche d'une vie microbienne sur d'autres planètes", ajoute-t-il.

- Pêcheurs en colère -

Sur la cime de l'une des montagnes de la cordillère est fixé la plateforme Myrtle.

C'est là que les scientifiques du Programme international de découverte des océans (IODP en anglais) et de forages continentaux (ICDP) travaillent 24h/24h.

Les bruits stridents des lourdes machines sont continus. En uniformes et casques de sécurité, les chercheurs communiquent entre eux par des gestes ou des cris.

Pendant que deux grues transportent personnes et matériel depuis une embarcation, la perforation continue. Une puissante perceuse pénètre à 1.5 km de profondeur dans les strates rocheuses formées il y a des millions d'années puis un tube kilométrique extrait les échantillons.

La mission prendra fin début juin. Les roches prélevées et analysées seront alors emmenées à Bremen, en Allemagne, où les scientifiques rédigeront leurs conclusions.

L’enthousiasme pour les mystères du Golfe du Mexique n'est pas partagé par les pécheurs du Yucatán qui affirment que le bruit de la foreuse fait fuir le mérou, le goujon et d'autres poissons de la zone.

Beurk ou miam? La différence est plus dans la tête que dans l'assiette
Le cerveau des enfants abusant des écrans semble modifié
L'ADN explique la longévité des tortues géantes des Galapagos
Un anneau bimillénaire découvert près de Jérusalem pourrait mentionner Ponce Pilate
Les archéologues israéliens présentent un rare masque vieux de 9.000 ans
L'Égypte annonce la découverte de huit momies à Dahchour
L'Afrique de l'Est pourrait perdre son monopole de berceau de l'humanité
Un cousin géant des mammifères a nargué les dinosaures
L'Égypte dévoile un tombeau et des sarcophages à Louxor
Chine: scandale après l'annonce de premiers bébés génétiquement modifiés
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Egypte: polémique autour d'une vidéo d'un couple nu au sommet d'une pyramide
Procrastination et GPA, vedettes 2018 des recherches Google
Beurk ou miam? La différence est plus dans la tête que dans l'assiette
Biocontrôle: la guerre des insectes aura bien lieu
Des Amérindiens dénoncent des projets de forage en Alaska
 LES PLUS LUS 
Des tombes de l'époque romaine découvertes dans un village palestinien
À l'Aquarium de Paris, un refuge pour poissons rouges abandonnés
Une étude montre que le vélo est la forme de transport la plus saine en ville
Confirmation de présence de glace à la surface de la Lune
La momification, un procédé plus ancien qu'on ne le pensait
Résurgence inédite de l'anthrax dans les pâturages des Hautes-Alpes
Un satellite européen inédit d'étude des vents mis sur orbite
Avec le Brexit, risque d'une pénurie de sperme au Royaume-Uni
Comment la fièvre jaune s'est propagée au Brésil
La pêche à l'explosif en Libye, fléau écologique en Méditerranée
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2018 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.133 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.