ACCUEIL | FLUX RSS
Jeudi 21 Juin 2018

SCIENCE - Publié le 05/10/2016 à 15:27


Quand les épaves antiques s'offrent un bain de jouvence



Depuis les années 70, le laboratoire grenoblois ARC-Nucléart assure la conservation d'épaves antiques longtemps enfouies et menacées par leur soudaine exposition à l'air une fois découvertes. Son dernier chantier : un bateau mis à flot il y a 2.000 ans à Lyon !

C'est dans un atelier discret, au cœur du site du Commissariat à l'énergie atomique, que repose un imposant chaland gallo-romain du 2e siècle de notre ère, baptisé "Lyon Saint-Georges 4". Sa restauration vient de s'achever après deux ans et demi de travaux, pour un budget de 2,5 millions d'euros.

Il avait été mis au jour en 2003 dans le quartier historique du Vieux-Lyon, en bord de Saône, sur le site d'une ancienne casse à bateaux où un parking était en train d'être creusé. Quinze autres épaves dont six d'époque antique et une pirogue du 12e siècle avaient également été sorties de terre.

Long d'une quinzaine de mètres, contre une trentaine à l'origine, et large de cinq mètres, ce bateau à fond plat - sans quille - qui pouvait transporter quelque 55 tonnes de marchandises, était vraisemblablement destiné au commerce fluvial sur le Rhône. Sur le bordé (l'ensemble des parties composant la coque, NDLR), d'émouvantes traces de hache millénaires témoignent de l'époque.

Si le chaland a révélé cet étonnant état de conservation lors de sa découverte, "c'est parce qu'il a bénéficié d'un enfouissement dit +anaérobique+ (sans oxygène), sans lumière et qu'il a été drainé en continu par l'eau de la Saône. Et quand on expose un bois gorgé d'eau à l'air, il tombe en poussière", explique à l'AFP Marc Guyon, de l'Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap), qui a piloté conjointement le projet avec ARC-Nucléart.

Le site de Grenoble a déjà accueilli une vingtaine d'autres bateaux antiques dont un précédent chaland gallo-romain, cette fois de 31 mètres, découvert à Arles (Bouches-du-Rhône) en 2004.

- Plus de 2.000 clous -

"Nous sommes les seuls en France à disposer d'installations de taille suffisante pour pouvoir traiter ces bateaux à la fois en les imprégnant de résine (qui remplace l'eau dans le bois et le renforce, NDLR) et par lyophilisation (qui sèche la vapeur d'eau sous vide)", souligne Karine Froment, directrice de l'Atelier régional de conservation (ARC) Nucléart, qui dispose à cette fin de larges cuves et de deux gros caissons dans un espace de 3.000 m2.

Une douzaine de spécialistes ont travaillé en permanence sur le bateau lyonnais.

Au préalable, dans une atmosphère contrôlée à la température constante de 20 degrés et d'un taux d'humidité inférieur à 55%, le chaland a été démonté en un millier de pièces, toutes étiquetées en vue de son remontage.

En outre, il a dû être totalement débarrassé de ses 2.100 clous qui pouvaient produire, sous l'effet de l'humidité, de l'acide sulfurique, fatal pour le bois. Ces derniers doivent être étudiés afin de déterminer leur origine.

En fonction de leur taille, les pièces du bateau ont été plongées pendant plusieurs mois dans un mélange de résine de polyéthylène glycol (PEG), avant d'être congelées à moins trente degrés puis lyophilisées sans qu'elles se soient déformées.

"Quand le traitement à la résine PEG n'est pas suffisant pour consolider le bois, on a recours à un traitement complémentaire, le traitement Nucléart, dans lequel on imprègne une nouvelle résine, un mélange styrène-polyester, qui va durcir par polymérisation sous rayonnements gamma, dans un irradiateur installé dans nos locaux", précise Karine Froment.

Mais ce dernier procédé n'est pas réversible et n'a été utilisé sur le chaland que pour les pièces les plus dégradées situées à l'avant de l'embarcation, très abîmé.

Propriété de la Métropole de Lyon, le chaland doit être exposé d'ici à 2020 au musée gallo-romain de la ville. D'ici là, il sera entièrement redémonté et stocké pour un sommeil moins long et réparateur.

La plus petite maison du monde repousse les limites de l'extrêmement petit
À la recherche de l'ADN du monstre du Loch Ness
Colombie: la paix dévoile des merveilles d'art rupestre cachées dans la jungle
L'accélérateur de particules du Cern entame sa mue pour multiplier les collisions
Découverte d'un nouveau site de sacrifice rituel d'enfants au Pérou
Les sciences participatives ont maintenant leur site web
Des fossiles de tétrapodes en Afrique du Sud remettent en cause la théorie des tropiques
Des empreintes d'animaux vieilles de 541 millions d'années découvertes en Chine
Le squelette d'un dinosaure carnivore vendu 2 millions d'euros à Paris
Des fouilles aux expos, la passion d'un paléontologue pour les dinosaures
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Pythons, lion empaillé, crânes de babouins: 30.000 animaux sauvages, victimes de trafics, interceptés
Alouettes, abeilles et orchidées... un eden près des tarmacs
Désemparés, des apiculteurs contraints de réduire en cendres leurs abeilles
Des associations dénoncent les prix exhorbitants et injustifiés des nouveaux médicaments
Fatigue et douleur, problèmes persistants après la fin du cancer
 LES PLUS LUS 
Les scientifiques américains transfèrent la mémoire d'un escargot à l'autre en transplantant de l'ARN
A la recherche de l'origine des Incas, grâce à la génétique
Pologne: Première naissance en captivité d'un couscous, marsupial indonésien
Découverte d'un nouveau site de sacrifice rituel d'enfants au Pérou
Avec le réchauffement climatique, les légumes vont devenir plus rares
Voici Norman, l'intelligence artificielle psychopathe
Un château en Corrèze pour un peu plus de 11 euros et la bonne cause
Dans le sud du Maroc, les météorites suscitent les convoitises
Le musée des égouts de Paris fait peau neuve
Reforestation: un appel à projets pour planter un million d'arbres
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2018 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.029 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.