ACCUEIL | FLUX RSS | APPLI ANDROID
Mardi 21 Novembre 2017

RECHERCHE - Publié le 22/04/2017 à 03:34


La substance d'une peau de grenouille pour combattre la grippe



Une substance secrétée par la peau de grenouilles du sud de l'Inde détruit certaines souches de virus de la grippe, ont constaté des chercheurs américains et indiens dont la découverte prometteuse est publiée mardi dans la revue scientifique Immunity.

Ce peptide pourrait aider à fabriquer un nouvel anti-viral qui peut s'avérer utile contre les souches émergentes de grippe quand il n'y a pas encore de vaccin, explique le Dr Joshy Jacob, professeur adjoint de microbiologie et d'immunologie au centre des vaccins de la faculté de médecine Emory à Atlanta (Géorgie).

Ce peptide, un élément de base d'une protéine, pourrait aussi offrir une nouvelle arme contre des virus de la grippe si les souches en circulation deviennent résistantes aux anti-viraux utilisés, estime-t-il.

Les scientifiques ont découvert ce peptide dans la sécrétion des muqueuses de la peau des grenouilles, appelées Hydrophylax bahuvistara, qu'ils ont soumises à de légères stimulations électriques.

Certains peptides anti-bactériens détruisent les virus en perçant des trous dans leur membrane cellulaire. Ils sont de ce fait toxiques pour les cellules des mammifères.

Mais ce dernier peptide a un mode d'action différent. Il attaque l'hémaglutinine, une partie stable à la surface du virus de la grippe. C'est également la cible des recherches en cours pour mettre au point un vaccin universel contre toutes les souches virales de la grippe.

Administré par voie nasale à des souris non-vaccinées, ce peptide les a protégées contre des doses mortelles de certains virus de la grippe.

Il a neutralisé les souches H1 de la grippe dont celle responsable de la pandémie de 2009. En revanche il n'a eu aucune efficacité contre d'autres souches courantes telle que la H3N2.

Produire des peptides antimicrobiens pour en faire des traitements efficaces s'est avéré difficile dans le passé, notamment parce qu'ils sont détruits par les enzymes de notre organisme.

Le laboratoire du professeur Jacob travaille sur des moyens de stabiliser ces peptides anti-viraux, comme celui sécrété par ces grenouilles indiennes.

Il continue aussi à rechercher d'autres peptides provenant des muqueuses de ces batraciens qui pourraient neutraliser les virus de la dengue et du Zika par exemple.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire


 Publicité 
 Top News 
Médicaments, l'invisible pollution de l'eau
Vers Alpha du Centaure à 60.000 km/s, le rêve d'un milliardaire russe
Mexique: l'homme le plus gros du monde en passe d'être opéré
Comment Facebook filtre notre connaissance du monde?
Espagne: un mort de la fièvre du Congo après une piqure de tique
A Marseille, l'agriculture urbaine prend ses quartiers Nord
Google installe de vrais clients dans ses voitures autonomes
Décès du mathématicien français Jean-Christophe Yoccoz, médaille Fields 1994
L'infection pulmonaire: un risque de dégradation chez les personnes âgées
Microsoft dévoile les caractéristiques de sa nouvelle Xbox
 Publicité 
 En image 
 Dernières réactions 
18/01/2016 - 17:34 - eric
Chez moi: ni bureau, ni papiers, aucune bureaucratie. ...
17/12/2015 - 15:37 - gilles
Je vois une erreur dans ce calcul. Car on ne ...
10/11/2015 - 20:51 - carole ferrer
DES PROMESSES JE N AI PLUS AUCUNE CONFIANCE DANS LES ...
17/03/2014 - 01:21 - Micha
Bordélique de nature je bosse nettement le jour dans l'année ...
03/03/2014 - 10:31 - didier
Se pourrait-il qu'inconsciemment on soit poussé à éternuer sans rien ...
 Publicité 


2011-2017 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.035 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.