ACCUEIL | FLUX RSS
Mardi 17 Juillet 2018

RECHERCHE - Publié le 22/04/2017 à 15:51


Des virus géants jouent les Frankenstein



Un nouveau groupe de virus géants vient d’être découvert par une équipe américano-autrichienne dans des bassins bouillonnants de boue d’épuration.

Les virus géants sont des nouveaux venus dans la biologie puisque les premiers ont été décrits par des chercheurs français (sous la direction de Didier Raoult) en 2003. Ils apparaissent de plus en plus comme des bizarreries de la nature, aux frontières des virus et des cellules.

Un nouveau groupe de ces virus géants vient d’être découvert par une équipe américano-autrichienne (travaux publiés dans la revue Science). Ce «girus» - contraction de giant virus - a été baptiséKlosneuvirus car il a été découvert dans la ville de Klosterneuburg, en Autriche, dans des bassins bouillonnants de boue d’épuration. Les chercheurs ont pu, en le décorticant, conclure que ces virus géants descendent, non de cellules, mais de plus petits virus qui, un peu à la manière de la créature de Frankenstein, sont faits de bric et de broc avec des bouts d’autres organismes.

S’ils s’appellent géants, c’est bien à cause de leur taille. D’ailleurs, le tout premier découvert, en 1992, avait été classé parmi les bactéries. Celles-ci font une taille de l’ordre de quelques micromètres (un millième de millimètre) alors que les virus sont mille fois plus petits (quelques dizaines de nanomètres). Les bactéries sont visibles au microscope optique alors que les virus ne le sont normalement pas. Celui découvert en 2002, appelé mimivirus (0,75 millième de millimètre), est bien plus gros que d’autres (il est visible au microscope optique): si le mimivirus était un ballon de football, le virus du rhume est comme une cerise et le virus du sida comme une pomme. La taille de leur ADN et le nombre de gènes qu’ils possèdent sont à la hauteur de leur taille.

En analysant les génomes des trois à quatre familles connues de girus, les chercheurs se sont aperçus qu’ils possédaient des centaines voire des milliers de gènes alors que les autres, comme celui de la grippe, n’en possèdent que quelques petites dizaines. Parmi les gènes en plus, les scientifiques se sont rendu compte qu’on les trouvait normalement chez les plantes, les animaux et les autres organismes cellulaires. Certains de ces gènes permettent la traduction de l’ADN en protéines. Comme si, au cours de l’évolution, ce virus avait «braqué» des éléments génétiques dans ses hôtes successifs. Plutôt que de détourner les usines de la cellule à son profit, un virus géant monte entièrement ses propres usines pour produire ses descendants.

Ebola: des chercheurs espagnols travaillent sur un vaccin universel
Test prometteur en Australie pour combattre la dengue
Les thérapies géniques: un espoir pour les patients, un défi pour les payeurs
Progrès encourageant vers un vaccin contre le VIH
La plupart des études sont fausses: l'avertissement choc d'un chercheur
La médecine moins lourde contre le cancer progresse
Les pesticides à l'origine d'un surpoids chez les souris mâles selon une étude
Au Gabon, un laboratoire ultra-sécurisé contre le virus Ebola
La technique s'améliore pour greffer des organes infectés par l'hépatite C
Les virus géants, inventeurs de leurs gènes?
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Au Kenya, les restes de poisson donnent des objets de mode en cuir
Le paracétamol, un médicament courant mais dangereux
Régner depuis son salon: les micronations de l'immense Australie
Japon: des entreprises ont utilisé des apprentis étrangers pour décontaminer Fukushima
Plus d'1 million de m3 de matières et déchets radioactifs en France
 LES PLUS LUS 
A la recherche de l'origine des Incas, grâce à la génétique
Les scientifiques américains transfèrent la mémoire d'un escargot à l'autre en transplantant de l'ARN
Pologne: Première naissance en captivité d'un couscous, marsupial indonésien
Découverte d'un nouveau site de sacrifice rituel d'enfants au Pérou
Avec le réchauffement climatique, les légumes vont devenir plus rares
Voici Norman, l'intelligence artificielle psychopathe
Un château en Corrèze pour un peu plus de 11 euros et la bonne cause
Dans le sud du Maroc, les météorites suscitent les convoitises
Le musée des égouts de Paris fait peau neuve
Climat: moins de neige et la belette blanche devient une cible
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2018 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.027 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.