ACCUEIL | FLUX RSS
Samedi 23 Juin 2018

SCIENCE - Publié le 28/04/2017 à 17:48


Les premiers Américains prennent un bon coup de vieux



Des scientifiques ont daté mercredi de 130.000 ans la présence humaine sur le continent américain, "vieillissant" de plus de 100.000 ans les premiers "Américains" et invitant à repenser l'histoire du peuplement du Nouveau monde.

Les traces trouvées en Californie "indiquent qu'une espèce d'hominidés vivait en Amérique du Nord 115.000 ans plus tôt que ce que nous pensions", explique Judy Gradwohl la présidente du Muséum d'histoire naturel de San Diego, établissement ayant piloté une étude publiée mercredi dans la revue Nature.

L'équipe de chercheurs affirme avoir réussi à dater des outils de pierre et des ossements d'un mastodonte, un ancêtre de l'éléphant aujourd'hui disparu, portant selon eux les traces d'une intervention humaine.

"Des os et plusieurs dents prouvent clairement que des humains les ont volontairement cassés en faisant preuve d'habilité et d'expérience", explique Steve Holen, coauteur de l'étude, dans un communiqué du Muséum d'histoire naturelle de San Diego.

Anthropologues et archéologues sont divisés sur les origines du peuplement du continent américain. Quand les premiers humains sont-ils arrivés ? Par où et de quelle façon ? Les opinions divergent et les théories sont régulièrement remises en cause.

Jusqu'à maintenant, la thèse dominante était que les premiers hommes - des Homo sapiens - à avoir foulé le sol du Nouveau monde étaient arrivés d'Asie il y a environ 14.500 ans.

Des scientifiques avancent que la colonisation a pu se faire par l'intérieur des terres en empruntant un corridor de 1.500 km de long, qui reliait la Sibérie orientale au continent nord-américain et en partie noyé aujourd'hui sous le détroit de Béring. Mais d'autres suggèrent que les premiers hommes sont arrivés en longeant le Pacifique depuis l'Alaska, à pied ou par la mer.

Mais ces hommes arrivés d'Asie ne seraient donc peut-être pas les premiers "Américains", selon cette nouvelle étude.

Probablement éteints

Pour ses auteurs, une espèce du genre Homo non identifiée serait à l'origine des traces de présence humaine retrouvées sur le site archéologique de la région de San Diego, le Cerutti Mastodon Site, fouillé au début des années 1990.

Jusqu'à aujourd'hui restées muettes, ces reliques ont pu livrer leur secret grâce à la méthode de datation par l'uranium-thorium qui permet de remonter à des périodes très anciennes.

"Les technologies de datation ont progressé et nous permettent maintenant de dire avec plus de certitude que les premiers humains étaient là nettement plus tôt que ce qui était communément admis", affirme dans un communiqué Thomas Demere, paléontologue du Muséum d'histoire naturelle de San Diego et coauteur de l'étude.

Le fait que des humains primitifs aient dégusté un mastodonte en Californie 115.000 ans avant ce que l'on pensait être la date de l'entrée du premier homme sur le continent soulève bien des questions: qui étaient-ils ? Depuis quand étaient-ils là ? Comment sont-ils arrivés ?

Ces hommes ayant laissé ces traces ne sont probablement pas des Homo Sapiens, l'homme moderne, puisque ce dernier n'est supposé avoir quitté l'Afrique qu'il y a environ 100.00 ans. Pour les chercheurs, il s'agit plutôt d'un de ses cousins disparus, Homo erectus, Néandertaliens ou même des Denisoviens.

Les scientifiques n'ayant pas relevé de traces d'ADN sur le site, la famille à laquelle appartiennent ces hominidés, probablement éteints selon les chercheurs, reste un mystère.

"Les populations fondatrices des Américains pourraient être très diversifiées", estime, dans un commentaire accompagnant l'étude, Erella Hovers, de l'Université hébraïque de Jérusalem. Dans un document accompagnant l'étude, remarque-t-elle, les auteurs soutiennent que malgré l'élévation du niveau de la mer, il n'est pas impossible que les populations humaines de l'époque aient pu gagner l'Amérique sur une embarcation.

Au Pérou, un site précolombien révèle des peintures millénaires
Le T-Rex ne pouvait pas tirer sa langue
La plus petite maison du monde repousse les limites de l'extrêmement petit
À la recherche de l'ADN du monstre du Loch Ness
Colombie: la paix dévoile des merveilles d'art rupestre cachées dans la jungle
L'accélérateur de particules du Cern entame sa mue pour multiplier les collisions
Découverte d'un nouveau site de sacrifice rituel d'enfants au Pérou
Les sciences participatives ont maintenant leur site web
Des fossiles de tétrapodes en Afrique du Sud remettent en cause la théorie des tropiques
Des empreintes d'animaux vieilles de 541 millions d'années découvertes en Chine
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Les moins de 5 ans premières victimes des brûlures
Le son du robinet qui fuit décodé par des chercheurs
Au Pérou, un site précolombien révèle des peintures millénaires
Mort d'une adolescente en état végétatif après l'arrêt des soins
Ecosse: les 5 habitants d'Ulva fêtent l'achat de leur île
 LES PLUS LUS 
Les scientifiques américains transfèrent la mémoire d'un escargot à l'autre en transplantant de l'ARN
A la recherche de l'origine des Incas, grâce à la génétique
Pologne: Première naissance en captivité d'un couscous, marsupial indonésien
Découverte d'un nouveau site de sacrifice rituel d'enfants au Pérou
Avec le réchauffement climatique, les légumes vont devenir plus rares
Voici Norman, l'intelligence artificielle psychopathe
Un château en Corrèze pour un peu plus de 11 euros et la bonne cause
Dans le sud du Maroc, les météorites suscitent les convoitises
Le musée des égouts de Paris fait peau neuve
Au Chili, un vent de liberté sexuelle fait exploser les cas de VIH
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2018 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.044 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.