ACCUEIL | FLUX RSS
Jeudi 21 Juin 2018

PLANETE - Publié le 04/05/2017 à 10:57


Le Maroc veut sauver le singe magot, un macaque en danger



"Si rien n'est fait, cette espèce disparaîtra dans dix ans", met en garde l'affiche sur la vitre d'un vieux 4X4. A son bord, Ahmed Harrad sillonne le nord du Maroc pour convaincre la population de protéger le singe magot.

Seul macaque vivant hors d'Asie, le magot ou "macaque de Barbarie", qui peut peser 15 à 20 kilos, était autrefois répandu en Afrique du nord. Mais, disparu depuis 1900 de Tunisie, il ne vit plus aujourd'hui qu'au Maroc dans les zones montagneuses du Rif (nord) et du Moyen Atlas, ainsi qu'en Algérie, surtout dans les massifs de Kabylie. Environ 230 macaques de Barbarie -introduits d'Afrique du nord- vivent aussi à Gibraltar où ils constituent une célèbre attraction touristique.

L'espèce est aujourd'hui menacée d'extinction, selon l'Union internationale de conservation de la nature (UICN).

En cause, la surexploitation des forêts qui réduit son habitat naturel, le braconnage à des fins d'exportation illégale vers l'Europe et l'inconscience des touristes qui nourrissent ce primate aux dépens de sa santé.

En 2016, sur proposition du royaume et de l'Union européenne, l'espèce a été classée sur l'annexe I de la Cites, la Convention sur le commerce international des espèces menacées d'extinction, afin qu'elle soit considérée comme "très protégée".

Ce qui "permettra au Maroc et à d'autres pays de fédérer leurs efforts pour lutter contre le commerce illégal du magot", se félicite Zouhair Ahmaouch, cadre au Haut commissariat aux eaux et forêts de ce pays.

De fait, face au danger, le Maroc a lancé un plan de sauvegarde et compte sur une société civile "très active" pour protéger l'espèce, souligne Violeta Barrios de l'UICN Méditerranée.

"Nous travaillons sur deux axes: la surveillance, le suivi et le recensement de cette espèce dans le Rif, ainsi que la sensibilisation des populations locales afin qu'elles deviennent des actrices actives de sa sauvegarde", explique à l'AFP M. Harrad, président de l'association Barbary Macaque Awareness & Conservation (BMAC), une des plus engagées dans la défense du singe magot au Maroc.

"Casse et mord"

D'après lui, le macaque de Barbarie est vendu illégalement entre 1.000 et 3.000 dirhams (entre 100 et 300 euros) à des clients en Europe, au mépris de la législation marocaine qui interdit ce commerce. "Beaucoup d'étrangers achètent des singes magots pour en faire des animaux de compagnie."

Petit, le magot est "calme et mignon", mais adulte, il peut vite devenir encombrant: "il casse, mord, se bagarre avec les enfants, grimpe aux rideaux". Ces primates sont alors abandonnés par leurs propriétaires, relève M. Harrad.

Or le Maroc, qui a pourtant "la responsabilité de conserver ce patrimoine, ne peut pas rapatrier les singes lâchés en Europe", indique à l'AFP Zouhair Ahmaouch, "car nous ne savons pas s'ils viennent de Gibraltar, d'Algérie ou du Maroc."

Aucun recensement à l'échelle du Maroc n'a été réalisé, mais selon les estimations, les magots seraient au total entre 3.000 et 10.000 aujourd'hui, contre 17.000 il y a 30 ans, selon des études scientifiques.

En Algérie, ils étaient estimés à 5.500 il y a 30 ans. Aucun chiffre récent n'est disponible, mais leurs zones de présence ont diminué de moitié. Le macaque ne figure pas sur la liste des espèces menacées dans ce pays, regrette l'UICN, soulignant que ce singe ne bénéficie donc pas des interdictions totales de capture, détention et commercialisation prévues par cette liste.

Alger élabore actuellement une stratégie de préservation qui doit être finalisée fin 2017, indique à l'AFP l'UICN Méditerranée, qui envisage aussi de durcir les sanctions.

Obésité

Au Maroc, s'ils restent difficilement approchables dans le Rif, vivant encore à l'état sauvage, les macaques de Barbarie sont domestiqués dans les forêts du Moyen Atlas, où les touristes s'amusent à leur donner à manger.

Un comportement qui provoque des "problèmes sanitaires, comme l'obésité, qui se répercute sur leur capacité de reproduction", regrette Lahcen Oukennou, responsable au parc national d'Ifrane. Confronté au même problème, Gibraltar impose une amende de plus de 500 euros aux touristes qui leur donnent à manger.

Le plan du Maroc comprend par ailleurs des mesures de "réhabilitation et de reconstitution des habitats de cette espèce", souligne Anouar Jaoui, directeur du parc national de Talassemtane (nord), où vivent à l'état sauvage des dizaines de magots.

En clair: il s'agit de reboiser et régénérer des espèces forestières dans les milieux où vivent les magots, et d'interdire l'élevage dans ces zones, explique un responsable du Haut commissariat.

Le Maroc doit encore "faire des progrès pour faire respecter les lois de protection de la faune sauvage" sur le terrain, relève Mme Barrios, en prônant la poursuite des campagnes de sensibilisation.

Comme celles menées dans les forêts du Moyen Atlas: là, le Haut-commissariat aux eaux et forêts organise des "sessions de sensibilisation au profit des touristes", explique Lahcen Oukennou.

A l'école, les élèves sont confrontés à la problématique et apprennent "l'importance de l'espèce", souligne-t-il.

Pythons, lion empaillé, crânes de babouins: 30.000 animaux sauvages, victimes de trafics, interceptés
Alouettes, abeilles et orchidées... un eden près des tarmacs
Désemparés, des apiculteurs contraints de réduire en cendres leurs abeilles
Un projet de catamaran qui carbure aux déchets plastiques
Au Sirha Green, les chefs repeignent la cuisine en vert
L'orang-outang le plus âgé du monde meurt dans un zoo australien
Alimentation: un rapport prône la création d'un nouveau label bio, local et équitable
Pas de lien entre fracturation hydraulique et pollution au méthane
Au Bec Hellouin, en Normandie, la luxuriance d'une microferme sans pétrole ni pesticide
Ecolo et bio, le savon artisanal retrouve sa place dans les salles de bains
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Pythons, lion empaillé, crânes de babouins: 30.000 animaux sauvages, victimes de trafics, interceptés
Alouettes, abeilles et orchidées... un eden près des tarmacs
Désemparés, des apiculteurs contraints de réduire en cendres leurs abeilles
Des associations dénoncent les prix exhorbitants et injustifiés des nouveaux médicaments
Fatigue et douleur, problèmes persistants après la fin du cancer
 LES PLUS LUS 
Les scientifiques américains transfèrent la mémoire d'un escargot à l'autre en transplantant de l'ARN
A la recherche de l'origine des Incas, grâce à la génétique
Pologne: Première naissance en captivité d'un couscous, marsupial indonésien
Découverte d'un nouveau site de sacrifice rituel d'enfants au Pérou
Avec le réchauffement climatique, les légumes vont devenir plus rares
Voici Norman, l'intelligence artificielle psychopathe
Un château en Corrèze pour un peu plus de 11 euros et la bonne cause
Dans le sud du Maroc, les météorites suscitent les convoitises
Le musée des égouts de Paris fait peau neuve
Reforestation: un appel à projets pour planter un million d'arbres
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2018 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.022 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.