ACCUEIL | FLUX RSS
Samedi 23 Juin 2018

SANTE - Publié le 18/05/2017 à 09:07


Dépistage de la trisomie 21: vers l'introduction des tests ADN



Dépister la trisomie 21 dans l'ADN du foetus après une simple prise de sang chez la mère pour limiter le nombre d'amniocentèses : cette possibilité, qui pose des questions éthiques, sera bientôt proposée aux Françaises, à partir d'un certain niveau de risques.

La Haute autorité de santé (HAS) a recommandé l'utilisation de ces tests ADN dans certains cas, dans un rapport publié mercredi. Le but : "améliorer" le dépistage et réduire le nombre d'amniocentèses, examen qui comporte des risques de fausse couche (estimés à 1% mais qui ne se monteraient en réalité qu'à 0,1% en France).

Certaines femmes enceintes, dont le nombre n'est pas connu, utilisent déjà ces tests ADN en France. Mais ils ne figurent pas dans le dispositif retenu par les autorités de santé et ne sont pas remboursés par la Sécu (ils coûtent 390 euros).

Le décret sur l'utilisation de ces tests est paru au Journal officiel le 7 mai. Après l'avis de la HAS, un arrêté doit maintenant être pris par le ministère de la Santé pour permettre leur introduction effective dans le dispositif. Et donc leur remboursement.

Aucune date n'est fixée, mais il existe "une exigence de rapidité dans la mise en oeuvre de ce dépistage", a indiqué le professeur Agnès Buzyn, présidente de la HAS, lors d'une conférence de presse organisée mercredi matin... quelques heures avant sa nomination surprise comme ministre de la Santé.

Les tests ADN pourraient concerner 58.000 femmes par an sur 800.000 grossesses. Soit un surcoût pour la collectivité de 18 millions d'euros.

Etapes

Depuis 2009, le diagnostic prénatal de la trisomie 21 a lieu en deux temps.

D'abord, au premier trimestre de grossesse, une échographie combinée à une prise de sang pour repérer certains marqueurs de la trisomie. Cela concerne toutes les femmes enceintes.

Le résultat de ces premiers examens est exprimé en probabilité de risques. Si le risque estimé est supérieur à 1/250, on passe à une deuxième étape : le caryotype, l'analyse des chromosomes du foetus, principalement via une amniocentèse (on prélève avec une aiguille du liquide amniotique qui entoure le foetus).

La HAS recommande que le test ADN s'intercale entre ces deux étapes et "soit proposé à toutes les femmes enceintes dont le niveau de risque est compris entre 1/1.000 et 1/51" à l'issue des premiers examens.

Efficace à plus de 99%, ce test permet d'analyser l'ADN du bébé à partir d'une simple prise de sang chez la mère, via les cellules du foetus qui y sont présentes.

Si le test ADN est négatif, l'amniocentèse peut être évitée. Elle reste toutefois indispensable en cas de résultat positif.

Pour un niveau de risque supérieur à 1/50, la HAS recommande une amniocentèse d'emblée.

Le caryotype est le seul moyen d'établir à coup sûr un diagnostic de la trisomie. Mais l'amniocentèse est un examen dit "invasif", et donc potentiellement à risque, car on perfore la membrane entourant le foetus.

38.000 caryotypes sont réalisés chaque année. L'introduction des tests ADN devrait permettre d'en éviter 11.000.

Angoisse

"Innovation technologique indéniable" selon la HAS, ces tests soulèvent des questions éthiques. L'élargissement des seuils de risque (1/1.000 contre 1/250 auparavant pour l'amniocentèse) est susceptible de nourrir l'angoisse chez les couples.

La HAS préconise donc un bilan des tests trois ans après leur introduction pour en "évaluer l'impact en vie réelle".

La Fondation Jérôme Lejeune a dénoncé dans un communiqué une démarche "eugéniste".

"L'insertion du nouveau test dans le système de santé va conduire à augmenter le nombre de bébés trisomiques supprimés", a estimé cette fondation anti-IVG.

Syndrome caractérisé par de graves problèmes dans le développement physique et mental, la trisomie 21 est provoquée par la présence d'un troisième chromosome 21. Elle concerne 27 grossesses sur 10.000 (6,6 naissances pour 10.000, soit 570 nouveau-nés en 2012) et sa fréquence augmente avec l'âge maternel.

Sur 1.956 cas diagnostiqués avant la naissance en 2014, 1.552 ont abouti à une interruption médicale de grossesse (IMG, avortement thérapeutique).

Les moins de 5 ans premières victimes des brûlures
Mort d'une adolescente en état végétatif après l'arrêt des soins
Des associations dénoncent les prix exhorbitants et injustifiés des nouveaux médicaments
Fatigue et douleur, problèmes persistants après la fin du cancer
Danger mercure! La viande de dauphin pilote indésirable dans les assiettes
Plus obèses, fumeurs et malades: la mauvaise santé des Américains ruraux
L'Ordre des médecins prend ses distances avec l'homéopathie
La santé mentale des réfugiés, une urgence oubliée des politiques publiques
Pesticides : premier procès sur des possibles effets cancérigènes du RoundUp
Moins sucrée, plus naturelle: quand la pâtisserie cherche à allier bon et sain
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Les moins de 5 ans premières victimes des brûlures
Le son du robinet qui fuit décodé par des chercheurs
Au Pérou, un site précolombien révèle des peintures millénaires
Mort d'une adolescente en état végétatif après l'arrêt des soins
Ecosse: les 5 habitants d'Ulva fêtent l'achat de leur île
 LES PLUS LUS 
Les scientifiques américains transfèrent la mémoire d'un escargot à l'autre en transplantant de l'ARN
A la recherche de l'origine des Incas, grâce à la génétique
Pologne: Première naissance en captivité d'un couscous, marsupial indonésien
Découverte d'un nouveau site de sacrifice rituel d'enfants au Pérou
Avec le réchauffement climatique, les légumes vont devenir plus rares
Voici Norman, l'intelligence artificielle psychopathe
Un château en Corrèze pour un peu plus de 11 euros et la bonne cause
Dans le sud du Maroc, les météorites suscitent les convoitises
Le musée des égouts de Paris fait peau neuve
Au Chili, un vent de liberté sexuelle fait exploser les cas de VIH
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2018 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.033 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.