ACCUEIL | FLUX RSS
Samedi 23 Juin 2018

PLANETE - Publié le 30/08/2017 à 14:57


Bio: l'UFC-Que Choisir dénonce tarifs et marges prohibitifs des distributeurs



Les fruits et légumes bio restent en moyenne 79% plus chers que leurs équivalents en agriculture conventionnelle, des tarifs prohibitifs pour les plus modestes et qui proviennent en grande partie de "sur-marges" pratiquées par les distributeurs, dénonce mardi l'UFC-Que Choisir.

Une étude menée par l'association de consommateurs sur 1.541 magasins montre que le prix d'une consommation annuelle en fruits et légumes bio revient pour un ménage français en moyenne à 660 euros, contre 368 euros pour le conventionnel.

"Si les coûts de production sont plus élevés en bio, ceci n'explique qu'à peine la moitié du surcoût pour les consommateurs" dont "46% provient en réalité des +sur-marges+ réalisées sur le bio par les grandes surfaces", affirme l'UFC dans un communiqué.

Ainsi, sur la consommation annuelle de fruits et légumes d'un ménage, la grande distribution réalise 304 euros de marge brute - différence entre le prix de vente et le prix d'achat - sur le bio, contre 169 euros pour le conventionnel.

Cette étude "est totalement partiale et ne reflète pas la réalité du marché", elle "repose sur une série d'approximations méthodologiques qui lui enlèvent toute portée concrète", a réagi la fédération représentant la grande distribution française (FCD) dans un communiqué.

Ainsi "contrairement aux conclusions de cette étude, le taux de marge brute sur les fruits et légumes bio est en moyenne équivalent à celui pratiqué sur les fruits et légumes conventionnels", indique la FCD.

Selon les calculs de l'AFP à partir des données de l'UFC, le taux de marge brute - rapport entre la marge et le prix d'achat - est de 94,70% pour le bio et de 93,88% pour le conventionnel.

Mais pour l'UFC, "au global, la stratégie de marge de la grande distribution - à la justification économique obscure - aboutit à renchérir de 135 euros le panier bio annuel d'un ménage".

Ces différences de prix et de marges constituent "un frein rédhibitoire" à l'accès au bio, indique l'UFC, qui réclame à l'Observatoire des prix et des marges de "faire toute la transparence sur les marges" réalisées sur le bio.

"C'est vrai qu'un produit bio est plus cher (...) Pour autant, il ne faut pas qu'en plus viennent se surajouter des marges qui ne seraient pas proportionnelles à l'écart initial car on risque de faire une consommation bio à deux vitesses. C'est là que la sonnette d'alarme de l'UFC est intéressante", estime Florent Guhl, directeur de l'Agence Bio.

"Que cette marge brute soit justifiée, on n'a pas les clés pour le dire car il y a une part de secret industriel", a-t-il ajouté, en marge du déplacement de Nicolas Hulot dans le cadre du festival des Fermes d'Avenir.

"Ce qu'on peut dire c'est que le réseau de producteurs en France ne fournit pas assez par rapport à la demande très élevée des consommateurs", a-t-il conclu.

L'UFC note ainsi une difficulté à trouver une offre suffisamment fournie en magasin. Ainsi, dans 43% des grandes surfaces, il apparaît impossible de trouver à la fois des pommes et des tomates bio. Et dans près d'un quart des magasins, les casiers de tomates bio sont souvent vides ou quasi-vides.

Ecosse: les 5 habitants d'Ulva fêtent l'achat de leur île
En Antarctique, un bain glacé pour fêter le solstice
Corée du sud: tuer les chiens pour leur viande est illégal, juge un tribunal
Une nature sous cloche pour mieux comprendre l'impact humain
Plancton décimé, poissons sonnés: les effets du vacarme sous-marin créé par l'homme
L'environnement figurera dans l'article premier de la Constitution française
Koko, le gorille qui maîtrisait la langue des signes, est mort
Pythons, lion empaillé, crânes de babouins: 30.000 animaux sauvages, victimes de trafics, interceptés
Alouettes, abeilles et orchidées... un eden près des tarmacs
Désemparés, des apiculteurs contraints de réduire en cendres leurs abeilles
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Les moins de 5 ans premières victimes des brûlures
Le son du robinet qui fuit décodé par des chercheurs
Au Pérou, un site précolombien révèle des peintures millénaires
Mort d'une adolescente en état végétatif après l'arrêt des soins
Ecosse: les 5 habitants d'Ulva fêtent l'achat de leur île
 LES PLUS LUS 
Les scientifiques américains transfèrent la mémoire d'un escargot à l'autre en transplantant de l'ARN
A la recherche de l'origine des Incas, grâce à la génétique
Pologne: Première naissance en captivité d'un couscous, marsupial indonésien
Découverte d'un nouveau site de sacrifice rituel d'enfants au Pérou
Avec le réchauffement climatique, les légumes vont devenir plus rares
Voici Norman, l'intelligence artificielle psychopathe
Un château en Corrèze pour un peu plus de 11 euros et la bonne cause
Dans le sud du Maroc, les météorites suscitent les convoitises
Le musée des égouts de Paris fait peau neuve
Au Chili, un vent de liberté sexuelle fait exploser les cas de VIH
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2018 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.035 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.