ACCUEIL | FLUX RSS
Vendredi 22 Mars 2019

SCIENCE - Publié le 30/11/2017 à 13:46


Des analyses confortent la tradition sur le lieu du tombeau du Christ



Des analyses sur le site communément considéré comme la tombe de Jésus à Jérusalem ont daté du IVe siècle des matériaux retrouvés sur place, confortant la tradition, a indiqué mardi une scientifique impliquée dans les travaux.

Si elles ne fournissent pas de preuve que le Christ a bien été enterré à cet endroit, ces analyses sont cohérentes avec la croyance selon laquelle les Romains y avaient érigé un monument environ 300 ans après la mort de Jésus.

C'est la première fois que de telles analyses sont conduites sur ce site, où a plus tard été édifiée l'église du Saint-Sépulcre, dans la vieille ville de Jérusalem.

Elles font suite à l'ouverture, en octobre 2016, de la tombe présumée du Christ pour la première fois depuis au moins deux siècles.

La plaque de marbre recouvrant la tombe, qui se trouve à l'intérieur d'un édicule lui-même situé dans l'église du Saint-Sépulcre, avait alors été déplacée durant trois jours dans le cadre de travaux de restauration de cet édicule.

Jointe au téléphone par l'AFP, la scientifique coordonnant les travaux de restauration, Antonia Moropoulou, a indiqué que le mortier scellant la plaque de marbre à la tombe datait du IVe siècle de l'ère chrétienne.

Ces conclusions sont en accord avec des écrits historiques selon lesquels les Romains avaient construit sur le site un monument autour de 326, sous le règne de Constantin Ier, qui favorisa l'essor du christianisme dans l'empire.

"C'est une découverte très importante qui confirme, comme cela est historiquement prouvé, que c'est Constantin le Grand qui a fait recouvrir de marbre la roche de la tombe du Christ", a expliqué Mme Moropoulou, spécialiste de la conservation à l'Université nationale technique d'Athènes.

La datation du mortier reflète une continuité historique sur le site, à travers l'ère byzantine, les Croisades, la Renaissance et au-delà, a-t-elle dit.

Selon la tradition chrétienne, le corps de Jésus a été posé sur un lit funéraire taillé dans le roc à la suite de sa crucifixion par les Romains en l'an 30 ou 33.

Les chrétiens croient que le Christ est ressuscité et que sa dépouille avait disparu quand des femmes sont venues oindre son corps trois jours après son enterrement.

Au IVe siècle, Constantin avait ordonné que soit construit sur les lieux un vaste complexe chrétien, à une époque où l'Empire romain commençait à se convertir au christianisme.

Depuis, plusieurs constructions se sont succédé sur le site présumé du tombeau de Jésus.

L'édicule actuel, qui attire de nombreux pèlerins chrétiens, a été bâti en 1809-1810 dans le style baroque ottoman après un incendie qui avait endommagé la basilique. Sa récente restauration a pris neuf mois et s'est achevée en mars.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Le physicien Marcelo Gleiser: La science ne tue pas Dieu
Mathématiques: le prix Abel attribué à une femme pour la première fois
Des lycéens enfilent la blouse de chercheurs pour étudier les tiques
Comment ragoûts et yaourts néolithiques ont sans doute conduit au f et au v
La peau s'expose à Paris
Chez les chimpanzés, la diversité culturelle aussi est victime des humains
L'intelligence des arbres décryptée par les chercheurs
Un document inédit d'Albert Einstein émerge du passé
Le Cern part à la recherche des particules associées à la matière noire
A Londres, la science au service de la lutte contre l'exploitation forestière illégale
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Une tortue sacrée embaumée pour l'éternité au Vietnam
Une fusée Vega met sur orbite un satellite d’observation de la Terre pour l’Italie
Chili: faire pousser des légumes dans le désert le plus aride du monde
Climat: les géants de l'énergie ont dépensé 1 milliard de dollars en lobbying depuis la COP21
Le plastique menace toute vie aux Galapagos
 LES PLUS LUS 
Beurk ou miam? La différence est plus dans la tête que dans l'assiette
Microbiote: à la découverte de notre jardin intérieur
Climat: Mars n'est pas un plan B pour l'humanité, met en garde une astronaute
Froid dedans, plus chaud dehors: l'Inde dans le cercle vicieux des climatiseurs
Cop24: Réduire le gaspillage et consommer moins de viande pour nourrir la terre en 2050 selon une étude
Dans la violente Ciudad Juarez, réhydrater des cadavres pour les identifier
Une technique de poterie millénaire remise au goût du jour contre le gaspillage de l'eau
En Saône-et-Loire, une usine change les déchets en biogaz
Qu'est-ce que tu veux pour Noël? Un test ADN!
L'UE sans plastiques à usage unique en 2021
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.038 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.