ACCUEIL | FLUX RSS
Samedi 23 Juin 2018

PLANETE - Publié le 08/12/2017 à 14:50


Milices et braconniers exercent une pression énorme sur la faune d'Afrique centrale



Groupes armés et braconniers exercent une "pression énorme" sur les espèces sauvages, notamment les éléphants, dans les aires protégées d'Afrique centrale, profitant de l'instabilité qui règne dans la région, révèle une nouvelle étude publiée vendredi.

Selon ce rapport de l'ONG Traffic, qui se concentre sur trois parcs nationaux aux confins de la République démocratique du Congo (RDC) et de la Centrafrique, le "braconnage est répandu dans toute la région et ses principaux auteurs sont des groupes armés non-étatiques, des acteurs étatiques, des éleveurs armés et des braconniers indépendants".

Ces acteurs, en particulier "l’Armée de résistance du Seigneur (LRA), les Janjaweeds (milice soudanaise) et d’autres milices non-étatiques", exercent une "pression énorme sur les populations d’espèces sauvages dans ces aires protégées", les parcs de la Garamba et Bili (nord de la RDC), ainsi que la réserve de Chinko (sud-est de la RCA).

Les groupes armés "ciblent en particulier les grands mammifères, notamment les bongos (une grande antilope, ndlr), les buffles, les éléphants et les hippopotames", explique l'étude de terrain, menée dans près de 90 villages de la région.

La LRA vise en priorité les populations d’éléphants depuis une décennie. En 2015, des organismes de veille ont signalé que Joseph Kony, le chef de ce groupe rebelle millénariste ougandais, avait demandé à ses combattants "d’obtenir 100 défenses d’éléphant dans le complexe de la Garamba, sur une période de neuf mois".

"La corruption dans la région constitue un obstacle majeur à l'application des lois", alors que "les autorités nationales et locales, y compris les FARDC (armée congolaise), ont été impliquées directement dans le braconnage ou ont facilité le braconnage et le trafic", poursuit l'ONG.

Des informations indiquent cependant que "le braconnage par les soldats des FARDC a diminué ces dernières années grâce à une collaboration plus étroite avec les autorités des parcs", ajoute l'étude.

"Certains éleveurs fulani (peuls) nomades de bétail représentent une grave menace pour les espèces sauvages" dans toute cette région, s'inquiète également Traffic.

"Il est avéré que les Fulani et les Mbororo (un sous-groupe fulani), souvent lourdement armés pour leur protection, tuent des élans de Derby et des buffles pour les vendre comme viande de brousse et empoisonnent des prédateurs, tels que les lions, pour prévenir les attaques contre leur bétail".

Des Fulani "sont aussi impliqués dans le trafic transfrontalier de produits comme l'ivoire et la peau de léopard, principalement vers le Sud-Soudan et l'Ouganda", selon Traffic.

"Selon des informateurs clés, un réseau indépendant et militarisé de braconnage cible les grands mammifères dans ces aires protégées" de cette partie de l'Afrique centrale frappée par "l'instabilité politique, l'absence de gouvernance et de maintien de l'ordre", souligne par ailleurs l'ONG.

"Ces braconniers vendent la viande à des individus et à des restaurants dans les villes et les villages périphériques, et transportent les produits de valeur, comme l'ivoire, les peaux et d'autres trophées, vers les grandes municipalités pour continuer de financer le braconnage. Ce groupe est constitué d'acteurs locaux et étrangers, équipéss d'armes semi-automatiques".

"Les communautés environnantes exercent également une pression sur la faune sauvage locale", relève Traffic, ce qui "fragilise davantage des populations d'espèces menacées et déjà en déclin, comme les éléphants et les chimpanzés".

La chasse est en effet "une source de revenus" pour les habitants, avec près de 20% des hommes dans le nord-est de la RDC qui admettent "pratiquer le braconnage à petite échelle".

Ecosse: les 5 habitants d'Ulva fêtent l'achat de leur île
En Antarctique, un bain glacé pour fêter le solstice
Corée du sud: tuer les chiens pour leur viande est illégal, juge un tribunal
Une nature sous cloche pour mieux comprendre l'impact humain
Plancton décimé, poissons sonnés: les effets du vacarme sous-marin créé par l'homme
L'environnement figurera dans l'article premier de la Constitution française
Koko, le gorille qui maîtrisait la langue des signes, est mort
Pythons, lion empaillé, crânes de babouins: 30.000 animaux sauvages, victimes de trafics, interceptés
Alouettes, abeilles et orchidées... un eden près des tarmacs
Désemparés, des apiculteurs contraints de réduire en cendres leurs abeilles
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Les moins de 5 ans premières victimes des brûlures
Le son du robinet qui fuit décodé par des chercheurs
Au Pérou, un site précolombien révèle des peintures millénaires
Mort d'une adolescente en état végétatif après l'arrêt des soins
Ecosse: les 5 habitants d'Ulva fêtent l'achat de leur île
 LES PLUS LUS 
Les scientifiques américains transfèrent la mémoire d'un escargot à l'autre en transplantant de l'ARN
A la recherche de l'origine des Incas, grâce à la génétique
Pologne: Première naissance en captivité d'un couscous, marsupial indonésien
Découverte d'un nouveau site de sacrifice rituel d'enfants au Pérou
Avec le réchauffement climatique, les légumes vont devenir plus rares
Voici Norman, l'intelligence artificielle psychopathe
Un château en Corrèze pour un peu plus de 11 euros et la bonne cause
Dans le sud du Maroc, les météorites suscitent les convoitises
Le musée des égouts de Paris fait peau neuve
Au Chili, un vent de liberté sexuelle fait exploser les cas de VIH
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2018 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.037 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.