ACCUEIL | FLUX RSS | APPLI ANDROID
Jeudi 18 Janvier 2018

RECHERCHE - Publié le 08/12/2017 à 15:01


Nouvelle avancée dans l'édition génétique pour traiter des maladies incurables



Une avancée dans l'édition génétique pourrait permettre de traiter des maladies incurables comme le diabète ou des dystrophies musculaires, montrent de récentes expériences animales prometteuses.

Cette nouvelle technique qui dope l'activité génétique est une version modifiée de la méthode Crispr/Cas9, sorte de ciseaux moléculaires.

Alors que Crispr/Cas9 corrige des gènes en coupant de façon précise des parties défectueuses de l'ADN, la nouvelle version permet d'activer sélectivement des gènes, précisent les chercheurs dont les travaux sont publiés jeudi dans Cell.

Cette approche élimine le risque de modifier des gènes par erreur, ce qui est considéré comme un problème majeur, et ouvre potentiellement la voie à l'utilisation de la technique Crispr pour traiter des maladies humaines dévastatrices.

"Bien que de nombreuses études ont démontré que Crispr/Cas9 peut être utilisé comme un puissant outil génétique, il y a des inquiétudes grandissantes concernant des mutations non-voulues générées par cette technologie", explique Juan Carlos Izpisua Belmonte, un professeur à l'Institut Salk, le principal auteur de la recherche.

"Nous avons pu surmonter ce problème", assure-t-il.

Pour tester cette nouvelle technique, les chercheurs ont utilisé des souris chez lesquelles ils ont provoqué une pathologie rénale grave, un diabète de type 1, et une forme de dystrophie musculaire.

Dans chacun de ces cas, ils ont utilisé le système Crispr/Cas9 pour doper l'expression d'un ou de plusieurs gènes spécifiques susceptibles d'éliminer les symptômes de ces pathologies.

Dans le cas de la pathologie rénale, les scientifiques ont activé deux gènes connus pour jouer un rôle dans la fonction rénale et ont non seulement constaté une augmentation des niveaux de protéines liées à ces gènes, mais également une amélioration du fonctionnement de ces organes.

Pour le diabète, ils ont activé des gènes pouvant générer des cellules productrices d'insuline, ce qui a entraîné une baisse de la glycémie chez les souris diabétiques.

Quant aux souris atteintes de dystrophie musculaire, les chercheurs ont stimulé l'activité de gènes ayant précédemment montré qu'ils pouvaient inverser les symptômes de cette maladie. Un de ces gènes en particulier ne peut pas être aisément acheminé par des virus, voie traditionnelle des thérapies génétiques.

"Nous avons été très satisfaits des résultats obtenus chez ces souris qui ont montré qu'en induisant l'activation de certains gènes on peut en même temps constater des changements physiologiques", explique Fumiyuki Hatanaka, un scientifique de l'Institut Salk, un des principaux co-auteurs de l'étude.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire


 Publicité 
 Top News 
Médicaments, l'invisible pollution de l'eau
Mexique: l'homme le plus gros du monde en passe d'être opéré
Comment Facebook filtre notre connaissance du monde?
Espagne: un mort de la fièvre du Congo après une piqure de tique
A Marseille, l'agriculture urbaine prend ses quartiers Nord
Google installe de vrais clients dans ses voitures autonomes
Décès du mathématicien français Jean-Christophe Yoccoz, médaille Fields 1994
L'infection pulmonaire: un risque de dégradation chez les personnes âgées
Microsoft dévoile les caractéristiques de sa nouvelle Xbox
Italie: un village de trompe-la-mort va révéler son secret
 Publicité 
 En image 
 Dernières réactions 
18/01/2016 - 17:34 - eric
Chez moi: ni bureau, ni papiers, aucune bureaucratie. ...
17/12/2015 - 15:37 - gilles
Je vois une erreur dans ce calcul. Car on ne ...
10/11/2015 - 20:51 - carole ferrer
DES PROMESSES JE N AI PLUS AUCUNE CONFIANCE DANS LES ...
17/03/2014 - 01:21 - Micha
Bordélique de nature je bosse nettement le jour dans l'année ...
03/03/2014 - 10:31 - didier
Se pourrait-il qu'inconsciemment on soit poussé à éternuer sans rien ...
 Publicité 


2011-2018 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.027 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.