ACCUEIL | FLUX RSS
Mercredi 20 Mars 2019

SCIENCE - Publié le 08/12/2017 à 15:05


Origine de l'homme moderne: de multiples vagues de migrations parties d'Afrique



Les hommes modernes ont commencé à se disperser dans le monde lors de multiples vagues de migrations parties d'Afrique, berceau de l'humanité, avance une nouvelle étude qui remet en question l'hypothèse communément acceptée d'une unique grande vague migratoire il y a environ 60.000 ans.

Ces conclusions, publiées jeudi dans la revue Science, s'appuient sur un grand nombre de nouvelles découvertes en Asie ces dix dernières années qui montrent que l'Homo sapiens a parcouru de vastes distances sur le continent asiatique, s'approchant même de l'Océanie, beaucoup plus tôt qu'on ne le pensait.

Ainsi, des ossements d'Homo sapiens datant de 70.000 à 120.000 ans ont été mis au jour dans le sud et le centre de la Chine.

Des indications génétiques révèlent aussi des croisements tout aussi anciens entre des humains modernes et d'autres hominidés déjà présents en Asie, comme les Néandertaliens et les Denisoviens, des cousins disparus de l'homme.

Des études récentes ont également confirmé que les populations non-africaines actuelles descendent d'un seul groupe en Afrique, remontant à approximativement 60.000 ans.

"Les migrations parties d'Afrique antérieures à 60.000 ans étaient probablement de petits groupes d'explorateurs et certains de ces mouvements migratoires ont laissé de faibles traces génétiques dans les populations humaines modernes", explique Michael Petraglia, un chercheur du Max Planck Institute en Allemagne, le principal auteur de ces travaux.

Il cite des signatures génétiques de croisements entre des humains modernes et d'autres hominidés déjà présents en Asie, comme les Néandertaliens et les Denisoviens.

Les scientifiques estiment qu'aujourd'hui les humains, à l'exception des Africains, ont de 1 à 4% de gènes néandertaliens dans leur ADN tandis que les Mélanésiens, originaires du Pacifique, comptent en moyenne 5% de gènes denisoviens.

Toutes ces indications montrent que les interactions humaines avec ces deux espèces, et peut-être d'autres, sont plus complexes qu'initialement estimée.

"Cette collection d'indices nous donne une image des migrations humaines qui ne peut pas se limiter à une seule vague de population d'Ouest en Est", résume Christopher Bae, chercheur de l'université d'Hawaï à Manoa et co-auteurs de l'étude.

Pour lui, "il faut prendre en compte les variations écologiques et les différentes interactions entre les diverses populations d'hominidés présentes en Asie à la fin du Pléistocène, il y a 100.000 ans".

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Le physicien Marcelo Gleiser: La science ne tue pas Dieu
Mathématiques: le prix Abel attribué à une femme pour la première fois
Des lycéens enfilent la blouse de chercheurs pour étudier les tiques
Comment ragoûts et yaourts néolithiques ont sans doute conduit au f et au v
La peau s'expose à Paris
Chez les chimpanzés, la diversité culturelle aussi est victime des humains
L'intelligence des arbres décryptée par les chercheurs
Un document inédit d'Albert Einstein émerge du passé
Le Cern part à la recherche des particules associées à la matière noire
A Londres, la science au service de la lutte contre l'exploitation forestière illégale
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Un tapis bosnien confectionné avec 25 000 bouchons en plastique
Cancer: 1,4 million de décès prévus en 2019 en Europe
Le météore que personne n'a vu
Pourquoi les jeunes adultes adoptent des comportements sexuels à risque ?
Ces Cubains qui défient le gouvernement grâce aux réseaux sociaux
 LES PLUS LUS 
Beurk ou miam? La différence est plus dans la tête que dans l'assiette
L'empire contre-attaque ou le retour de Microsoft au sommet
Microbiote: à la découverte de notre jardin intérieur
Climat: une ado en colère plaide en faveur des générations futures
Une lettre d'Einstein sur Dieu vendue 2,89 millions de dollars
Cuba: l'internet mobile disponible à partir de jeudi
Attaque sur les petits écrans: le boom des jeux vidéo sur mobile en Afrique
Naissance du premier bébé grâce à une greffe d'utérus d'une donneuse décédée
Premier vol habité à destination de l'ISS depuis le lancement raté
L'hiver est là, le charbon brûle, les Balkans suffoquent
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.044 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.