ACCUEIL | FLUX RSS
Lundi 21 Mai 2018

RECHERCHE - Publié le 13/01/2018 à 15:41


Le gène du cancer du sein sans effet sur la mortalité



        
La mutation génétique BRCA, qui avait poussé l'actrice américaine Angelina Jolie à subir une ablation des seins, n'entraîne pas une mortalité plus élevée après un diagnostic du cancer, selon une étude publiée vendredi.

D'après les chercheurs qui publient cette étude dans The Lancet Oncology, l'opération est donc utile à titre préventif avant le diagnostic, mais pas immédiatement après.

Les femmes porteuses de cette mutation pourraient même avoir un "avantage" leur permettant de mieux survivre dans le cas d'un cancer du sein "triple négatif", forme particulièrement difficile à traiter de la maladie.

"Les femmes auxquelles est diagnostiqué un cancer du sein précoce et qui portent une mutation BRCA se voient souvent proposer des doubles mastectomies peu après le diagnostic", a rappelé l'une des auteurs, Diana Eccles (université de Southampton, Royaume-Uni).

"Nos conclusions laissent penser que cette opération chirurgicale ne doit pas nécessairement être faite immédiatement, en plus des autres traitements", a-t-elle ajouté.

Selon l'American Cancer Society, les femmes porteuses de cette mutation (BRCA-1 ou BRCA-2) ont sept chances sur dix de développer un cancer du sein avant leurs 80 ans. Elles risquent par ailleurs d'être malades plus jeunes que les autres.

En 2013, la star hollywoodienne Angelina Jolie avait révélé avoir subi cette opération de manière préventive, avant tout diagnostic de cancer.

L'étude a porté sur 2.733 Britanniques de 18 à 40 ans ayant été diagnostiquées du cancer du sein entre 2000 et 2008, dont 12% porteuses de la mutation.

Le suivi de leur dossier sur en moyenne huit ans a montré que sur les 678 décédées, le cancer du sein était en cause dans 651 cas (96%).

Mais "il n'y avait pas de différence dans la survie globale que ce soit deux, cinq ou dix ans après le diagnostic pour les femmes avec ou sans mutation BRCA", ont souligné les auteurs dans un communiqué.

Une différence n'apparaît que dans un sous-groupe, les femmes atteintes du cancer du sein triple négatif. Elles survivent légèrement mieux, deux ans après le diagnostic, si elles ont la mutation.

Celles "qui choisissent de reporter une nouvelle opération pendant un ou deux ans pour mieux se remettre du traitement initial doivent être rassurées: cela n'aura probablement pas d'influence sur leurs chances de survie à long terme", indiquent les médecins.

Faire le même choix qu'Angelina Jolie reste cependant sensé. "L'opération de réduction du risque sera toujours probablement bénéfique aux porteuses de la mutation BRCA pour empêcher un autre cancer du sein ou des ovaires de se développer à plus long terme", ont-ils expliqué.

Musique: bide ou carton ? Des chercheurs disent pouvoir prédire le succès
Découverte d'une molécule prometteuse contre la sclérose en plaques
Les fourmis, une source future de médicaments ?
Découverte montréalaise contre le cancer du sein
Des structures embryonnaires créées sans passer par la fécondation
Il y a cinq formes de diabète et non deux, estiment des chercheurs
Comment mieux effacer les tatouages? La science a son idée
Etudier l'huître pour mieux comprendre le développement des cancers
Carmat fait part d'avancées dans l'essai clinique pivot de son coeur artificiel
Le nombre de gènes connus de la dépression triple
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Manger mieux avec des agriculteurs mieux payés
Un chirurgien français réussit une greffe de trachée
États généraux de la bioéthique: fin du débat citoyen, place à la synthèse
Greffes et dons d'organes: jusqu'où aller?
Nouveaux tests des Sea Bubbles, taxis volants, sur la Seine
 LES PLUS LUS 
VIDEO: Des images rares du requin du Groenland dans les eaux de l’Arctique
Les tarentules, victimes de la déforestation et des gastronomes au Cambodge
VIDEO: Une famille pourchassée par des guépards dans un parc animalier
Bonheur : votre humeur dépend de ce que vous mangez
Le régime alimentaire à base de produits d'origine animal émet 197,65 kg de CO2 par an et par habitant en France
Luxembourg: derrière la prospérité, la salle de shoot
SpaceX lance avec succès sa plus puissante fusée Falcon 9
L'Australie promet des millions d'euros pour aider ses koalas
Lire à haute voix est la meilleure méthode pour améliorer sa mémoire à long terme
Les légumes verts pourraient retarder le déclin cérébral
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2018 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.038 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.