ACCUEIL | FLUX RSS
Samedi 18 Août 2018

SANTE - Publié le 23/04/2018 à 21:17


L'usage croissant d'une drogue de synthèse inquiète autorités et milieu de la nuit à Paris



Les autorités et le milieu de la nuit parisienne ont tiré lundi la sonnette d'alarme face à l'usage croissant chez les jeunes fêtards d'une drogue de synthèse, la GBL, responsable depuis fin 2017 de plusieurs comas dont l'un s'est soldé par la mort d'un jeune homme.

"C'est un phénomène qui est en train de s'étendre", a déclaré à la presse le préfet de police de Paris, Michel Delpuech, à l'issue d'une réunion organisée avec les professionnels de la nuit, les autorités de santé et les services de police.

Depuis la fin 2017, l'absorption volontaire ou involontaire de GBL (gamma-butyrolactone), un solvant détourné en drogue, cousine du GHB surnommé "la drogue du violeur", a causé dix comas chez des jeunes âgés de 19 à 25 ans dans des établissements de nuit parisiens, selon des données de la préfecture de police.

Le 10 mars, au "Petit Bain", un établissement du 13e arrondissement, la soirée a même viré au drame lorsque deux jeunes sont tombés dans le coma après avoir ingéré des liquides dans des bouteilles ne leur appartenant pas. Après plusieurs semaines d'hospitalisation, l'un d'eux est récemment décédé.

Signe de la fermeté des autorités, six établissements abritant des trafics de stupéfiants ont fait l'objet depuis le début de l'année d'une fermeture administrative, soit le même total que sur l'ensemble de l'année 2017. Trois autres procédures sont en cours, a détaillé M. Delpuech.

Face à la recrudescence des incidents dramatiques mais aussi de ces fermetures, les professionnels de la nuit réunis dans le Collectif Action Nuit avaient demandé "de l'aide" aux pouvoirs publics "face à une situation que nous ne pouvons gérer seuls", selon un communiqué diffusé le 22 mars.

Saluant "l'esprit de responsabilité" des acteurs de la nuit parisienne, le préfet de police s'est engagé lundi, à explorer les pistes juridiques destinées à "limiter la vente de ces produits ou leur accès facile, notamment par internet".

Il souhaite également, d'ici l'été, bâtir un "plan d'action partenariale" avec les professionnels, demandeurs "de formation, de sensibilisation et de bonnes pratiques", et plus largement sensibiliser le grand public aux dangers de la GBL.

A cet égard, le préfet a relevé que les comas causés par le GBL ne se limitent pas aux lieux festifs mais débordent aussi dans la sphère privée.

"On est sur un rythme de 50 à 100 comas par an" à l'échelle des hôpitaux de Paris. "C'est une évolution inquiétante, il y a deux ou trois ans, c'était 10", a souligné M. Delpuech.

Une étude montre que le vélo est la forme de transport la plus saine en ville
En Bosnie, des cheveux sur mesure et gratuits pour les enfants cancéreux
Le binge drinking peut augmenter le risque de maladies cardiovasculaires
Comment limiter le temps d'exposition aux écrans des enfants ?
La mortalité par AVC évolue inégalement en Europe
La prévention contre l'excès de sel devrait se concentrer sur la Chine
Blanchiment de la peau: comment ça marche
Trouble de l'attention chez l'enfant: une étude conforte la Ritaline
Des algues dans l'assiette, oui, mais attention à l'excès d'iode
En cas d'infarctus, une femme survit davantage avec un médecin femme
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Une étude montre que le vélo est la forme de transport la plus saine en ville
Des tombes de l'époque romaine découvertes dans un village palestinien
Moins de deux enfants? En Chine, on propose de vous taxer
Tefé, une ville au coeur de l'Amazonie brésilienne
Brésil: les drones au service de la préservation des dauphins de l'Amazonie
 LES PLUS LUS 
Pologne: Première naissance en captivité d'un couscous, marsupial indonésien
Découverte d'un nouveau site de sacrifice rituel d'enfants au Pérou
Voici Norman, l'intelligence artificielle psychopathe
Avec le réchauffement climatique, les légumes vont devenir plus rares
Kenya: huit rhinocéros morts après avoir été changés de parc
Mars à son plus près de la Terre en 15 ans
L'odeur du café est-elle suffisante pour stimuler notre cerveau ?
Naissances en série au zoo d'Amnéville
A Strasbourg, la révolution verte est en marche
Des records de chaleur dans tout l'hémisphère nord
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2018 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.025 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.