ACCUEIL | FLUX RSS
Samedi 18 Août 2018

SANTE - Publié le 23/04/2018 à 21:28


Première preuve d'une adaptation génétique à la plongée



Des scientifiques ont découvert la première preuve d'une adaptation génétique de l'être humain à la plongée en profondeur, à savoir le développement exceptionnel de la rate du peuple Bajau en Indonésie, selon une étude publiée jeudi.

Surnommés les "nomades de la mer", ces indigènes pêchent en descendant jusqu'à 70 mètres de profondeur avec pour seuls équipements des poids et un masque de bois.

Ils passent jusqu'à 60% de leur journée de travail à plonger à la recherche de poissons, pieuvres et autres crustacés --une durée similaire à celle des loutres de mer-- et peuvent passer jusqu'à treize minutes sous l'eau sans respirer, selon une étude publiée dans la revue Cell.

Intriguée par de telles aptitudes, la scientifique américaine Melissa Ilardo s'est demandé s'ils avaient subi une modification génétique pour être en mesure de rester sous l'eau beaucoup plus longtemps que les autres humains.

Elle a passé plusieurs mois en Indonésie auprès des Bajau et d'un autre peuple qui ne plonge pas, les Saluan.

Elle a notamment prélevé des échantillons génétiques et effectué des échographies, qui ont montré que la rate des Bajau était environ 50% plus grosse que celle des Saluan.

Cet organe est important en matière de plongée car il libère davantage d'oxygène dans le sang lorsque l'organisme est placé dans une situation de stress, comme lorsqu'une personne retient son souffle.

La rate des Balau était plus grosse, qu'il s'agisse ou non de plongeurs, et une analyse ADN en a révélé la raison: en comparant le génome des Bajau à deux populations différentes --les Saluan et les Han chinois--, les scientifiques ont trouvé 25 sites génomiques ayant d'importantes différences.

L'une d'elles se trouvait sur le gène PDE10A, considéré comme déterminant dans la taille de la rate des Bajau.

Chez les souris, ce gène "est connu pour réguler l'hormone thyroïdienne qui contrôle la taille de la rate, ce qui soutient l'idée que les Bajau ont peut-être évolué pour que leur rate dispose de la taille nécessaire pour accompagner leurs longues et fréquentes plongées", a souligné l'étude.

Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour déterminer la façon dont cette hormone affecte la taille de la rate des humains.

En attendant, cette découverte pourrait accélérer la recherche médicale sur la façon dont le corps réagit au manque d'oxygène dans différentes circonstances, comme la plongée mais aussi l'altitude, une intervention chirurgicale ou une maladie pulmonaire.

Une étude montre que le vélo est la forme de transport la plus saine en ville
En Bosnie, des cheveux sur mesure et gratuits pour les enfants cancéreux
Le binge drinking peut augmenter le risque de maladies cardiovasculaires
Comment limiter le temps d'exposition aux écrans des enfants ?
La mortalité par AVC évolue inégalement en Europe
La prévention contre l'excès de sel devrait se concentrer sur la Chine
Blanchiment de la peau: comment ça marche
Trouble de l'attention chez l'enfant: une étude conforte la Ritaline
Des algues dans l'assiette, oui, mais attention à l'excès d'iode
En cas d'infarctus, une femme survit davantage avec un médecin femme
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Une étude montre que le vélo est la forme de transport la plus saine en ville
Des tombes de l'époque romaine découvertes dans un village palestinien
Moins de deux enfants? En Chine, on propose de vous taxer
Tefé, une ville au coeur de l'Amazonie brésilienne
Brésil: les drones au service de la préservation des dauphins de l'Amazonie
 LES PLUS LUS 
Pologne: Première naissance en captivité d'un couscous, marsupial indonésien
Découverte d'un nouveau site de sacrifice rituel d'enfants au Pérou
Voici Norman, l'intelligence artificielle psychopathe
Avec le réchauffement climatique, les légumes vont devenir plus rares
Kenya: huit rhinocéros morts après avoir été changés de parc
Mars à son plus près de la Terre en 15 ans
L'odeur du café est-elle suffisante pour stimuler notre cerveau ?
Naissances en série au zoo d'Amnéville
A Strasbourg, la révolution verte est en marche
Des records de chaleur dans tout l'hémisphère nord
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2018 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.022 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.