ACCUEIL | FLUX RSS
Mardi 11 Décembre 2018

SANTE - Publié le 23/04/2018 à 21:30


Tampons bios et coupes menstruelles n'empêchent pas le syndrome du choc toxique



Les tampons hygiéniques en coton bio sont souvent présentés comme étant plus sûrs que les classiques, mais ils ne sont en fait pas plus efficaces pour empêcher le syndrome du choc toxique, selon une étude publiée vendredi.

Les coupes menstruelles peuvent elles aussi augmenter le risque de choc toxique et les femmes les utilisant doivent les faire bouillir entre chaque utilisation, selon le journal de la Société américaine de microbiologie, "Applied and Environmental Microbiology".

Il est depuis longtemps conseillé aux femmes de changer de tampon régulièrement pour éviter un choc toxique, une affection rare et potentiellement mortelle due au staphylocoque doré.

Ces dernières années, de nouveaux produits ont fait leur apparition, comme des tampons en coton bio et des coupes menstruelles lavables.

Les chercheurs ont testé onze types de tampons et quatre coupes menstruelles en laboratoire pour étudier leur effet sur le développement du staphylocoque doré.

Ils ont placé les tampons et les coupes dans des sacs en plastique puis injecté du liquide et une trace de bactérie prélevée sur une patiente ayant subi un choc toxique en 2014, puis les ont fermés et laissés ainsi pendant huit heures.

Leur conclusion: le type de tampon ne fait pas de différence tandis que la quantité d'air entre les fibres semble augmenter le risque de croissance de la bactérie.

"Nos résultats ne soutiennent pas l'hypothèse qui suggère que les tampons composés exclusivement de coton bio pourraient être intrinsèquement plus sûrs que ceux faits d'un mélange de coton et de rayonne", a dit Gérard Lina, professeur de microbiologie à l'université Claude Bernard de Lyon, en France.

"Nous avons observé que l'espace entre les fibres qui contribue à l'apport d'air dans le vagin représente également le site majeur de croissance" du staphylocoque doré.

Les coupes menstruelles semblent elles permettre un développement encore plus accru de bactéries que les tampons, ce qui s'expliquerait là aussi par l'apport d'air supplémentaire qu'elles laissent passer.

Il existe au moins un cas recensé de femme ayant souffert du syndrome du choc toxique après avoir utilisé une coupe menstruelle.

"On avance depuis des années que si les tampons étaient faits de matériaux naturels, les chocs toxiques pourraient peut-être être évités. Cette nouvelle étude récemment publiée démontre clairement que ceci est faux", analyse Adi Davidov, responsable du département de gynécologie à l'hôpital universitaire américain de Staten Island, qui n'a pas participé à ces recherches.

Homéopathie: l'avis de la Haute autorité de santé repoussé au printemps
Les personnes qui roulent leurs propres cigarettes sont moins susceptibles d'arrêter de fumer
Microbiote: à la découverte de notre jardin intérieur
Naissance du premier bébé grâce à une greffe d'utérus d'une donneuse décédée
Et si médecins et enseignants confondaient immaturité et trouble de l'attention?
Aucune raison de s'opposer au cannabis thérapeutique, pourl le Comité éthique et cancer
L'ONU réclame un accès universel au dépistage du sida
Infectée par une bactérie, la salade romaine bannie des assiettes américaines
Vincent Lambert: les experts confirment son état végétatif chronique irréversible
Entre plantes et scorpions, les Chinois attachés à leur médecine traditionnelle
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
A Maurice, tout est bon dans la canne à sucre, même l'électricité
Grande Barrière: les coraux ayant survécu au blanchissement sont plus résistants
Le cerveau des enfants abusant des écrans semble modifié
Les entrailles de la Terre grouillent de vie intraterrestre
La glace, bouée de survie pour les Iakoutes dans la plus froide région sur Terre
 LES PLUS LUS 
Puces Intel: des chercheurs découvrent une faille de sécurité
Comment limiter le temps d'exposition aux écrans des enfants ?
Le binge drinking peut augmenter le risque de maladies cardiovasculaires
Des tombes de l'époque romaine découvertes dans un village palestinien
Au coeur de l'Amazonie, vivre dans la plus grande jungle du monde
Le plus vieux fromage jamais trouvé aurait été déterré en Égypte
En Bosnie, des cheveux sur mesure et gratuits pour les enfants cancéreux
Le génome complet du blé tendre séquencé pour la première fois
À l'Aquarium de Paris, un refuge pour poissons rouges abandonnés
Une marée rouge décime la population aquatique de la côte ouest de la Floride
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2018 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.058 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.