ACCUEIL | FLUX RSS
Lundi 23 Juillet 2018

SCIENCE - Publié le 23/04/2018 à 22:51


Des fossiles de 3,5 milliards d'années, plus vieille trace de vie terrestre



Des fossiles vieux de près de 3,5 milliards d'années découverts en Australie sont l'empreinte des plus anciens micro-organismes connus ayant vécu sur Terre, ont confirmé des scientifiques selon qui la vie est probablement apparue encore beaucoup plus tôt.

Pour ces chercheurs, les travaux publiés lundi dans la dernière édition des Comptes-rendus de l'Académie américaine des sciences (PNAS), laisse aussi penser que la vie pourrait être fréquente dans l'Univers, tout au moins sous forme de micro-organismes.

Les chercheurs des universités de Californie et du Wisconsin ont identifié, grâce à une nouvelle technologie de spectrométrie de masse, les signatures chimiques de onze spécimens microbiens qui appartiennent à cinq espèces dont certaines étaient similaires à celles existant aujourd'hui.

«C'est le premier lieu le plus ancien sur la planète où nous avons à la fois l'empreinte morphologique et chimique de la vie», explique John Valley, professeur de géochimie et de pétrologie à l'université du Wisconsin, le principal co-auteur de cette étude.

«Nous avons aussi découvert qu'il existait plusieurs types de métabolismes et différentes espèces avec des fonctions biologiques différentes: certaines produisaient du méthane, d'autres en consommaient ou utilisaient l'énergie solaire pour la photosynthèse», précise-t-il à l'AFP.

Le méthane devait former une partie importante de l'atmosphère de la toute jeune Terre fréquemment bombardée par des comètes, où l'oxygène était rare ou absent.

Certaines de ces bactéries, aujourd'hui éteintes, appartenaient aux archées, un groupe de micro-organismes unicellulaires procaryotes, des êtres vivants unicellulaires sans noyau.

D'autres étaient similaires aux espèces microbiennes encore trouvées aujourd'hui.

Cette étude laisse ainsi penser que certains des micro-organismes, décrits pour la première fois en 1993 dans la revue Science en fonction de leur morphologie cylindrique et filamenteuse, pourraient avoir vécu à un moment où il n'y avait pas encore d'oxygène sur la Terre.

«Pas l'aube de la vie»

«Ces organismes --de 0,01 millimètre de largeur-- formaient une communauté de micro-organismes très bien développés qui ne constituaient probablement pas l'aube de la vie», résume le professeur Valley.

Le fait que différents types de microbes étaient déjà présents il y a 3,5 milliards d'années «nous indique que la vie a dû commencer bien plus tôt sur la Terre, sans que personne ne sache quand, et confirme aussi qu'il n'est pas très difficile pour une forme de vie primitive d'évoluer vers des micro-organismes plus avancés», pointe William Schopf, professeur de paléobiologie à l'université de Californie, autre principal co-auteur de ces travaux.

Pour lui, cette étude, avec d'autres, indique que la vie pourrait être fréquente dans le cosmos.

Des études publiées en 2001 par l'équipe du professeur Valley suggéraient que l'existence d'océans d'eau liquide pourrait remonter à 4,3 milliards d'années, plus de 800 millions d'années avant les fossiles décrits dans ces derniers travaux et tout juste 250 millions d'année après la formation de la Terre.

«Nous ne disposons d'aucune preuve directe que la vie existait il y a 4,3 milliards d'années mais cela aurait très bien pu être le cas... et c'est quelque chose que nous voulons tous savoir», relève le professeur Valley.

Des études publiées en septembre dans la revue britannique Nature ont fait part de la découverte d'indices potentiels de vie remontant à 3,95 milliards d'années, les plus anciens à ce jour mais qui restent à être confirmés.

Ces fossiles ont été trouvés dans des grains de graphite, une forme de carbone. Ils étaient piégés dans d'anciennes roches sédimentaires au Canada.

Egypte: découverte d'un atelier de poterie de plus de 4.500 ans
Néandertal savait lui aussi allumer le feu
Sous la surface de la Terre, des milliards de tonnes de diamant
Découverte exceptionnelle d'un crâne de mastodonte, cousin de l'éléphant
Lorsqu'il s'est investi, l'humain peut être aussi bête qu'une souris
Des outils trouvés en Chine repoussent la présence de l'homme en Asie
Après le séisme de Mexico, un temple découvert dans une pyramide
Argentine: découverte d'un dinosaure géant vieux de plus de 200 milllions d'années
Les Romains pourraient avoir chassé la baleine en Méditerranée
Découverte d'un dinosaure géant en Argentine
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Maine-et-Loire: un maire interdit l'entrée de sa commune... aux moustiques
Chasse au crocodile sur les plages de l'île touristique de Phuket
Le chlordécone nuit à la fertilité des souris sur plusieurs générations
Au Mozambique, l'agriculture de conservation au secours de la forêt
Galileo s'étoffe et gagne des utilisateurs
 LES PLUS LUS 
A la recherche de l'origine des Incas, grâce à la génétique
Pologne: Première naissance en captivité d'un couscous, marsupial indonésien
Découverte d'un nouveau site de sacrifice rituel d'enfants au Pérou
Avec le réchauffement climatique, les légumes vont devenir plus rares
Voici Norman, l'intelligence artificielle psychopathe
Un château en Corrèze pour un peu plus de 11 euros et la bonne cause
Dans le sud du Maroc, les météorites suscitent les convoitises
Le musée des égouts de Paris fait peau neuve
Climat: moins de neige et la belette blanche devient une cible
Au Chili, un vent de liberté sexuelle fait exploser les cas de VIH
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2018 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.033 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.