ACCUEIL | FLUX RSS
Mardi 11 Décembre 2018

SEXO - Publié le 24/04/2018 à 17:07


Quand l’intelligence artificielle reconnaît l’homosexualité sur une photo



Ils voulaient mettre en garde contre les revers du monde numérique à venir. En devinant l’orientation sexuelle grâce à un logiciel analysant de simples photos du visage, des chercheurs de Stanford ont mis le feu aux poudres.

Dans un monde qui attacherait à l’orientation sexuelle des individus la place qu’elle mérite c’est-à-dire aucune- une telle étude serait inconcevable. Nous ne sommes pas dans un monde parfait. Deux chercheurs de Stanford viennent d’en faire la démonstration en publiant dans le Journal of personality and social psychology les résultats de sept expériences démontrant que «les réseaux neuronaux profonds (deep learning, NDLR) peuvent détecter l’orientation sexuelle à partir des visages». Oh bien sûr les résultats sont loin d’être infaillibles, quoique meilleurs que des évaluateurs humains, mais le fait qu’une telle recherche ait été possible esquisse les potentialités du deep learning, ce système permettant à un ordinateur d’apprendre et d’améliorer ses performances.

35 000 photos analysées

Les deux chercheurs affirment avoir voulu démontrer que: «La digitalisation croissante de nos vies et les progrès rapides de l’intelligence artificielle continuent d’éroder la confidentialité de l’orientation sexuelle et d’autres traits intimes». Ils ont donc utilisé plus de 35 000 photos issues du profil de 14 776 personnes inscrites sur un site de rencontre pour nourrir l’algorithme de reconnaissance faciale des traits féminins et masculins. L’hypothèse «d’atypie de genre», à la base de l’algorithme, étant que les gays ont plus souvent des traits féminins que les hétérosexuels alors que les lesbiennes ont plus souvent des traits masculins que les hétérosexuelles.

Le visage féminin est moins prédictif

Soumis à une paire de photos de visages avec un hétérosexuel et un gay, l’algorithme s’est avéré capable de classer correctement l’orientation sexuelle dans 81% des cas (il se trompait une fois sur cinq). Un expérimentateur humain y parvenait dans 61% des cas, soit un peu mieux qu’un choix au hasard. Les performances étaient moins bonnes pour les deux avec une paire de photos de visages d’une hétérosexuelle et d’une lesbienne: 71% d’exactitude pour l’algorithme, 54% pour l’humain. Wang et Kosinski nuancent toutefois ces résultats: «Le fait que les visages de gays et de lesbiennes soient, en moyenne de genre atypique, ne signifie pas que tous les gays aient un visage plus féminin que les hétérosexuels, ou qu’il n’y ait pas de gays avec des caractéristiques faciales extrêmement masculines (et inversement pour les lesbiennes)» .

Les justifications de Wang et Kosinski

Ce n’est pas la première fois que l’hypothèse biologique de l’homosexualité est à la base de travaux de recherche sur la morphologie du visage. Elle postule que l’orientation sexuelle serait en partie définie par des différences d’imprégnations hormonales pendant la vie intra-utérine. Attaqué par des associations LGBT après la publication de cette étude d’intelligence artificielle, le Pr Michal Kosinski a souligné au quotidien anglais The Guardian que l’étude venait appuyer la théorie biologique souvent défendue par les milieux LGBT. Il a aussi expliqué avoir utilisé des outils de reconnaissance faciale déjà existants pour démontrer la réalité du danger soulevé par son travail, et s’est refusé à rendre publique l’algorithme utilisé. L’étude de Wang et Kosinski montre au passage qu’un humain est incapable de déterminer l’orientation sexuelle d’un autre humain à partir de simples photos. Mais une question reste sans réponse: pourquoi vouloir apprendre à un ordinateur à le faire?

Dans un couple vieillissant, les critiques négatives laissent place à l'humour
Des objets d'Hugh Hefner, le fondateur de Playboy, vendus aux enchères
Sexe et consentement : des premiers rapports pas toujours voulus
Une ville américaine s'oppose à la première maison close de robots
Avec le Brexit, risque d'une pénurie de sperme au Royaume-Uni
De l'influence des textos sur les relations amoureuses
Quand on veut être père, mieux vaut porter le caleçon
Gonorrhée : espoir pour un nouveau traitement
Sites de rencontres : hommes et femmes n'auraient pas les mêmes exigences de niveau d'instruction
Sperme dégradé, puberté précoce: des causes probablement environnementales
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
A Maurice, tout est bon dans la canne à sucre, même l'électricité
Grande Barrière: les coraux ayant survécu au blanchissement sont plus résistants
Le cerveau des enfants abusant des écrans semble modifié
Les entrailles de la Terre grouillent de vie intraterrestre
La glace, bouée de survie pour les Iakoutes dans la plus froide région sur Terre
 LES PLUS LUS 
Puces Intel: des chercheurs découvrent une faille de sécurité
Comment limiter le temps d'exposition aux écrans des enfants ?
Le binge drinking peut augmenter le risque de maladies cardiovasculaires
Des tombes de l'époque romaine découvertes dans un village palestinien
Au coeur de l'Amazonie, vivre dans la plus grande jungle du monde
Le plus vieux fromage jamais trouvé aurait été déterré en Égypte
En Bosnie, des cheveux sur mesure et gratuits pour les enfants cancéreux
Le génome complet du blé tendre séquencé pour la première fois
À l'Aquarium de Paris, un refuge pour poissons rouges abandonnés
Une marée rouge décime la population aquatique de la côte ouest de la Floride
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2018 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.154 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.