ACCUEIL | FLUX RSS
Mardi 11 Décembre 2018

RECHERCHE - Publié le 26/04/2018 à 21:43


Le nombre de gènes connus de la dépression triple



La découverte de trente nouveaux gènes impliqués dans la dépression grave multiplie par trois le nombre de gènes connus pour jouer un rôle dans la maladie, d'après une étude réalisée sur près d'un demi-million de gens.

Cette base génétique élargie de la dépression majeure recouvre celle d'autres troubles psychiatriques, tels que la schizophrénie, relève le consortium de près de 250 scientifiques dont les travaux sont parus dans la revue spécialisée Nature Genetics.

«Ça change la donne», estime Patrick Sullivan, directeur du Centre de génomique psychiatrique à l'Université de Caroline du Nord et coresponsable de cette recherche.

Ces résultats devraient fournir des cibles pour la mise au point de nouveaux médicaments et d'autres formes de traitement, selon la revue.

«Nous sommes tous porteurs de variantes génétiques de prédisposition à la dépression», mais ceux qui présentent un profil génétique plus défavorable encourent plus de risques, souligne Naomi Wray, coauteure principale, chercheuse à l'Université du Queensland en Australie.

Le surpoids et l'obésité sont des facteurs de risque de dépression, selon les données de cette recherche.

Le rapport entre les facteurs génétiques et les facteurs non génétiques qui sous-tendent la dépression varie d'un individu à l'autre, mais il s'agit presque toujours d'une combinaison des deux.

«Comprendre la base génétique de la dépression majeure a été très difficile», commente M. Sullivan, pour qui l'étude permet une vision plus approfondie sur la base génétique de cette maladie humaine handicapante.

Le consortium a examiné des données concernant plus de 135 000 personnes atteintes de dépression, et a comparé leurs profils génétiques à ceux de 344 000 personnes sans aucun signe de la maladie.

L'identification des trente nouveaux gènes repose sur une corrélation sans ambiguïté, d'après l'étude.

Dans le monde, 14 % environ des adultes sont sujets à des épisodes de dépression profonde, qui contribue également à l'invalidité à long terme, selon l'Organisation mondiale de la santé. Seulement la moitié environ des patients diagnostiqués répondent bien aux traitements existants.

Cette étude n'est toutefois «que le premier pas», selon la cosignataire Cathryn Lewis du King's College de Londres.

De plus amples recherches sont nécessaires «pour découvrir plus de fondements génétiques, et comprendre comment la génétique et les facteurs de stress environnementaux travaillent ensemble pour augmenter le risque de dépression», précise la professeure Lewis.

Cancer du sein: un test sanguin pourrait aider à choisir le traitement
À la recherche de nouvelles molécules contre le paludisme
Un placenta artificiel pourrait aider à comprendre les problèmes de la grossesse
Thé ou café ? Les goûts déterminés par la génétique, selon une étude australienne
Des cellules souches iPS transplantées dans le cerveau d'un patient atteint de Parkinson
Manger des carottes est bon pour la vue? Vrai, confirment des recherches
La maladie de Parkinson commence peut-être dans l'appendice
Trop de sucre dans le sang: risque accru de tuberculose, selon des chercheurs
Un strabisme à l'origine du génie de Léonard de Vinci?
Des souriceaux nés de souris de même sexe
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
A Maurice, tout est bon dans la canne à sucre, même l'électricité
Grande Barrière: les coraux ayant survécu au blanchissement sont plus résistants
Le cerveau des enfants abusant des écrans semble modifié
Les entrailles de la Terre grouillent de vie intraterrestre
La glace, bouée de survie pour les Iakoutes dans la plus froide région sur Terre
 LES PLUS LUS 
Puces Intel: des chercheurs découvrent une faille de sécurité
Comment limiter le temps d'exposition aux écrans des enfants ?
Le binge drinking peut augmenter le risque de maladies cardiovasculaires
Des tombes de l'époque romaine découvertes dans un village palestinien
Au coeur de l'Amazonie, vivre dans la plus grande jungle du monde
Le plus vieux fromage jamais trouvé aurait été déterré en Égypte
En Bosnie, des cheveux sur mesure et gratuits pour les enfants cancéreux
Le génome complet du blé tendre séquencé pour la première fois
À l'Aquarium de Paris, un refuge pour poissons rouges abandonnés
Une marée rouge décime la population aquatique de la côte ouest de la Floride
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2018 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.062 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.