ACCUEIL | FLUX RSS
Mardi 26 Mars 2019

RECHERCHE - Publié le 26/04/2018 à 21:43


Le nombre de gènes connus de la dépression triple



La découverte de trente nouveaux gènes impliqués dans la dépression grave multiplie par trois le nombre de gènes connus pour jouer un rôle dans la maladie, d'après une étude réalisée sur près d'un demi-million de gens.

Cette base génétique élargie de la dépression majeure recouvre celle d'autres troubles psychiatriques, tels que la schizophrénie, relève le consortium de près de 250 scientifiques dont les travaux sont parus dans la revue spécialisée Nature Genetics.

«Ça change la donne», estime Patrick Sullivan, directeur du Centre de génomique psychiatrique à l'Université de Caroline du Nord et coresponsable de cette recherche.

Ces résultats devraient fournir des cibles pour la mise au point de nouveaux médicaments et d'autres formes de traitement, selon la revue.

«Nous sommes tous porteurs de variantes génétiques de prédisposition à la dépression», mais ceux qui présentent un profil génétique plus défavorable encourent plus de risques, souligne Naomi Wray, coauteure principale, chercheuse à l'Université du Queensland en Australie.

Le surpoids et l'obésité sont des facteurs de risque de dépression, selon les données de cette recherche.

Le rapport entre les facteurs génétiques et les facteurs non génétiques qui sous-tendent la dépression varie d'un individu à l'autre, mais il s'agit presque toujours d'une combinaison des deux.

«Comprendre la base génétique de la dépression majeure a été très difficile», commente M. Sullivan, pour qui l'étude permet une vision plus approfondie sur la base génétique de cette maladie humaine handicapante.

Le consortium a examiné des données concernant plus de 135 000 personnes atteintes de dépression, et a comparé leurs profils génétiques à ceux de 344 000 personnes sans aucun signe de la maladie.

L'identification des trente nouveaux gènes repose sur une corrélation sans ambiguïté, d'après l'étude.

Dans le monde, 14 % environ des adultes sont sujets à des épisodes de dépression profonde, qui contribue également à l'invalidité à long terme, selon l'Organisation mondiale de la santé. Seulement la moitié environ des patients diagnostiqués répondent bien aux traitements existants.

Cette étude n'est toutefois «que le premier pas», selon la cosignataire Cathryn Lewis du King's College de Londres.

De plus amples recherches sont nécessaires «pour découvrir plus de fondements génétiques, et comprendre comment la génétique et les facteurs de stress environnementaux travaillent ensemble pour augmenter le risque de dépression», précise la professeure Lewis.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Les petits-déjeuners en famille aideraient les enfants à mieux accepter leur corps
Une nouvelle étude montre les bienfaits de l'allaitement sur la santé cardiaque des mères
Antilles: être exposé aux brumes de sable augmente le risque de prématurité
Une piste pour contourner la stérilité d'enfants traités par chimiothérapie
Le dépistage du diabète de grossesse permet de sauver des vies
Une forte consommation de boissons sucrées augmenterait le risque de décès précoce
Vivre en haute altitude peut altérer la mémoire verbale et spatiale
Le cannabis testé chez des malades de Parkinson à Marseille
La rousseur couplée à la présence de nombreux grains de beauté indiquerait une propension au mélanome
Un écran dans la chambre nuirait à la santé physique et mentale des enfants
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Rare découverte d'une épave de navire viking en Norvège
Huit Français sur dix pour une répartition régulée des médecins libéraux sur le territoire
Sept marques d’implants mammaires pourraient être interdites en France
Les petits-déjeuners en famille aideraient les enfants à mieux accepter leur corps
Une nouvelle étude montre les bienfaits de l'allaitement sur la santé cardiaque des mères
 LES PLUS LUS 
Beurk ou miam? La différence est plus dans la tête que dans l'assiette
Dans la violente Ciudad Juarez, réhydrater des cadavres pour les identifier
Une technique de poterie millénaire remise au goût du jour contre le gaspillage de l'eau
En Saône-et-Loire, une usine change les déchets en biogaz
Qu'est-ce que tu veux pour Noël? Un test ADN!
L'UE sans plastiques à usage unique en 2021
Voix éraillée, robe balafrée: en France, un centre de soins pour cloches blessées
Indonésie: l'incroyable odyssée d'un enfant handicapé pour aller à l'école
En Chine, le marsouin du Yangtsé en survie précaire hors du fleuve
Nos choix de carrière influencent notre personnalité
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.063 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.