ACCUEIL | FLUX RSS
Lundi 23 Juillet 2018

SEXO - Publié le 01/05/2018 à 21:27


Regarder du porno, c'est tromper?



Dans le monde, 13% des recherches internet concernent des contenus sexuellement explicites, autrement dit, du porno.

Selon des chiffres de 2014 collectés par l'Ifop, «le nombre de Français à avoir déjà surfé sur un site pornographique au cours de leur vie a progressé de manière continue au cours des 10 dernières années, passant de 17% en 2005 à 39% en 2009 pour s’élever désormais à 60%». Et en 2017, cette tendance haussière se poursuivait. Aux États-Unis, en 2013, le Pew Research Center estimait que 25% des hommes et 8% des femmes se servaient d'internet pour télécharger du porno –des chiffres probablement sous-côtés de l'aveu même de l'institut de sondages, vu que l'enquête reposait sur une auto-évaluation de la consommation.

En d'autres termes: qu'on se bouche ou non le nez face à lui, le porno fait partie de notre quotidien. Mais qu'en est-il de son influence sur le quotidien de nos relations personnelles en général et amoureuses en particulier? Quatre psychologues des universités d'Alicante, en Espagne, et de Floride centrale, aux États-Unis, viennent spécifiquement de se pencher sur les liens entre pornographie et jalousie: est-ce que regarder du porno, c'est tromper? Un parallèle établi dans certaines études, dont la significativité est cependant limitée par leur recrutement au sein de cabinets de sexologues et autres conseillers conjugaux. Soit chez des populations où la fréquence de problèmes affectifs est, par définition, plus élevée que la moyenne.

Cette nouvelle étude, publiée dans le numéro d'avril des Archives of Sexual Behavior, porte sur 392 étudiants américains (266 femmes et 126 hommes âgés de 18 à 36 ans) et 200 étudiants espagnols (157 femmes et 43 hommes âgés de 18 à 35 ans). Chez les Américains, 49,7% des participants s'identifiaient comme Blancs non-hispaniques, 24% comme Hispaniques, 11,6 % comme Afro-Américains, 6,9% comme Asio-Américains et 6,1% comme «autre». L'échantillon espagnol se divisait quant à lui en 93,5% d'auto-identifiés comme Blancs/Espagnols et 5,5% comme Hispaniques.

Il en ressort que 77% des Espagnols et 73% des Américains estiment que regarder du porno n'équivaut pas à tromper son partenaire, que l'infidélité soit considérée comme sexuelle ou affective.

Sans trop de surprise, les chercheurs, menés par Charles Negy, observent une plus forte assimilation du porno à l'infidélité chez les personnes les plus religieuses et/ou qui ne sont pas consommatrices de contenus sexuellement explicites. Une corrélation d'autant plus solide chez les Américains que chez les Espagnols.

Source: Archives of Sexual Behavior

Gonorrhée : espoir pour un nouveau traitement
Sites de rencontres : hommes et femmes n'auraient pas les mêmes exigences de niveau d'instruction
Sperme dégradé, puberté précoce: des causes probablement environnementales
Manger des noix améliore la qualité du sperme
Au Cambodge, une blogueuse féministe brise les tabous du sexe
Le transsexualisme ne doit plus être considéré comme une maladie mentale, dit l'OMS
Le trouble de l'érection serait un symptôme d'un dysfonctionnement cardiaque
Les femmes se méfient des hommes qui affichent leur richesse
Chirurgie intime masculine: pour quelques centimètres de plus...
Au Chili, un vent de liberté sexuelle fait exploser les cas de VIH
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Maine-et-Loire: un maire interdit l'entrée de sa commune... aux moustiques
Chasse au crocodile sur les plages de l'île touristique de Phuket
Le chlordécone nuit à la fertilité des souris sur plusieurs générations
Au Mozambique, l'agriculture de conservation au secours de la forêt
Galileo s'étoffe et gagne des utilisateurs
 LES PLUS LUS 
A la recherche de l'origine des Incas, grâce à la génétique
Pologne: Première naissance en captivité d'un couscous, marsupial indonésien
Découverte d'un nouveau site de sacrifice rituel d'enfants au Pérou
Avec le réchauffement climatique, les légumes vont devenir plus rares
Voici Norman, l'intelligence artificielle psychopathe
Un château en Corrèze pour un peu plus de 11 euros et la bonne cause
Dans le sud du Maroc, les météorites suscitent les convoitises
Le musée des égouts de Paris fait peau neuve
Climat: moins de neige et la belette blanche devient une cible
Au Chili, un vent de liberté sexuelle fait exploser les cas de VIH
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2018 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.032 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.