ACCUEIL | FLUX RSS
Mercredi 20 Mars 2019

SEXO - Publié le 02/05/2018 à 16:06


Sexualité et fertilité, les oubliés du traitement du cancer



Le retour à une sexualité épanouie et la préservation de la fertilité sont parfois les oubliés du traitement du cancer, a souligné mercredi l'Académie nationale de médecine, qui recommande une meilleure prise en charge.

"Le maintien d'une cohésion familiale est important et passe par le retour à une vie sexuelle normale et une proposition de préservation de la fertilité avec conservation des gamètes", écrit l'Académie, dans un rapport intitulé "Retour à la vie 'normale' après traitement d'un cancer".

Concernant la fertilité, les manques sont encore criants.

Une enquête de l'Institut national du cancer (INCa) en 2014 avait montré que seuls 16% des hommes potentiellement concernés avaient vu leur sperme préservé, et 2% des femmes leurs ovocytes. Rien n'avait été proposé à plus des deux tiers des patients (68%).

L'Académie recommande de rendre plus systématique "une proposition de préservation de la fertilité adaptée au type de cancer, à l'âge et aux risques d'infertilité liés aux traitements et une évaluation en cancérologie des résultats en terme de grossesses des méthodes de préservation des gamètes".

Ce droit est prévu par la loi de bioéthique de 2004, modifiée en 2011. Il concerne "environ 55.000 patients par an", d'après l'instance.

Par ailleurs, "la sexualité après cancer est perturbée mais il n'existe pas de données épidémiologiques précises", a déploré l'Académie. Et "la prise en charge des troubles de la sexualité est recommandée, mais il n'existe pas de prise en charge véritablement organisée".

L'étude de l'INCa en 2014 avait montré que 48% des hommes et 53% des femmes avaient fait état d'une détérioration "forte" ou "modérée" de leur santé sexuelle après un cancer.

L'Académie recommande "une évaluation psychologique des patients dès leur prise en charge qui permettra de leur expliquer de façon éclairée les conséquences physiques et sexuelles des traitements et dirigera le suivi pendant et après le traitement".

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Pourquoi les jeunes adultes adoptent des comportements sexuels à risque ?
L'Allemagne veut interdire les thérapies de conversion des homosexuels
USA: bientôt d'autres choix que Monsieur et Madame sur les billets d'avion
Petit lexique des nouvelles définitions du genre
Pansexuel, bi, queer, trans, non-binaire : ces jeunes qui bousculent les normes de genre
Les hommes choisiraient de manger de la viande lorsqu'ils veulent séduire les femmes
La souffrance des filles serait sous-estimée face à celle des garçons
Penser à son partenaire permettrait de réduire son stress
La sextech fait vibrer le CES de Las Vegas
Une Française sur trois n'est pas épanouie sexuellement
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Un tapis bosnien confectionné avec 25 000 bouchons en plastique
Cancer: 1,4 million de décès prévus en 2019 en Europe
Le météore que personne n'a vu
Pourquoi les jeunes adultes adoptent des comportements sexuels à risque ?
Ces Cubains qui défient le gouvernement grâce aux réseaux sociaux
 LES PLUS LUS 
Beurk ou miam? La différence est plus dans la tête que dans l'assiette
L'empire contre-attaque ou le retour de Microsoft au sommet
Microbiote: à la découverte de notre jardin intérieur
Climat: une ado en colère plaide en faveur des générations futures
Une lettre d'Einstein sur Dieu vendue 2,89 millions de dollars
Cuba: l'internet mobile disponible à partir de jeudi
Attaque sur les petits écrans: le boom des jeux vidéo sur mobile en Afrique
Naissance du premier bébé grâce à une greffe d'utérus d'une donneuse décédée
Premier vol habité à destination de l'ISS depuis le lancement raté
L'hiver est là, le charbon brûle, les Balkans suffoquent
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.035 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.