ACCUEIL | FLUX RSS
Lundi 23 Juillet 2018

SEXO - Publié le 02/05/2018 à 16:06


Sexualité et fertilité, les oubliés du traitement du cancer



Le retour à une sexualité épanouie et la préservation de la fertilité sont parfois les oubliés du traitement du cancer, a souligné mercredi l'Académie nationale de médecine, qui recommande une meilleure prise en charge.

"Le maintien d'une cohésion familiale est important et passe par le retour à une vie sexuelle normale et une proposition de préservation de la fertilité avec conservation des gamètes", écrit l'Académie, dans un rapport intitulé "Retour à la vie 'normale' après traitement d'un cancer".

Concernant la fertilité, les manques sont encore criants.

Une enquête de l'Institut national du cancer (INCa) en 2014 avait montré que seuls 16% des hommes potentiellement concernés avaient vu leur sperme préservé, et 2% des femmes leurs ovocytes. Rien n'avait été proposé à plus des deux tiers des patients (68%).

L'Académie recommande de rendre plus systématique "une proposition de préservation de la fertilité adaptée au type de cancer, à l'âge et aux risques d'infertilité liés aux traitements et une évaluation en cancérologie des résultats en terme de grossesses des méthodes de préservation des gamètes".

Ce droit est prévu par la loi de bioéthique de 2004, modifiée en 2011. Il concerne "environ 55.000 patients par an", d'après l'instance.

Par ailleurs, "la sexualité après cancer est perturbée mais il n'existe pas de données épidémiologiques précises", a déploré l'Académie. Et "la prise en charge des troubles de la sexualité est recommandée, mais il n'existe pas de prise en charge véritablement organisée".

L'étude de l'INCa en 2014 avait montré que 48% des hommes et 53% des femmes avaient fait état d'une détérioration "forte" ou "modérée" de leur santé sexuelle après un cancer.

L'Académie recommande "une évaluation psychologique des patients dès leur prise en charge qui permettra de leur expliquer de façon éclairée les conséquences physiques et sexuelles des traitements et dirigera le suivi pendant et après le traitement".

Gonorrhée : espoir pour un nouveau traitement
Sites de rencontres : hommes et femmes n'auraient pas les mêmes exigences de niveau d'instruction
Sperme dégradé, puberté précoce: des causes probablement environnementales
Manger des noix améliore la qualité du sperme
Au Cambodge, une blogueuse féministe brise les tabous du sexe
Le transsexualisme ne doit plus être considéré comme une maladie mentale, dit l'OMS
Le trouble de l'érection serait un symptôme d'un dysfonctionnement cardiaque
Les femmes se méfient des hommes qui affichent leur richesse
Chirurgie intime masculine: pour quelques centimètres de plus...
Au Chili, un vent de liberté sexuelle fait exploser les cas de VIH
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Maine-et-Loire: un maire interdit l'entrée de sa commune... aux moustiques
Chasse au crocodile sur les plages de l'île touristique de Phuket
Le chlordécone nuit à la fertilité des souris sur plusieurs générations
Au Mozambique, l'agriculture de conservation au secours de la forêt
Galileo s'étoffe et gagne des utilisateurs
 LES PLUS LUS 
A la recherche de l'origine des Incas, grâce à la génétique
Pologne: Première naissance en captivité d'un couscous, marsupial indonésien
Découverte d'un nouveau site de sacrifice rituel d'enfants au Pérou
Avec le réchauffement climatique, les légumes vont devenir plus rares
Voici Norman, l'intelligence artificielle psychopathe
Un château en Corrèze pour un peu plus de 11 euros et la bonne cause
Dans le sud du Maroc, les météorites suscitent les convoitises
Le musée des égouts de Paris fait peau neuve
Climat: moins de neige et la belette blanche devient une cible
Au Chili, un vent de liberté sexuelle fait exploser les cas de VIH
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2018 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.034 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.