ACCUEIL | FLUX RSS
Mardi 17 Juillet 2018

RECHERCHE - Publié le 02/05/2018 à 16:20


Etudier l'huître pour mieux comprendre le développement des cancers



Comprendre le développement cellulaire responsable de la croissance des cancers en étudiant l'huître. Pour la première fois, une équipe de chercheurs s'intéresse aux capacités de ce mollusque d'activer ce développement, mais aussi et surtout de le désactiver.

"C'est la première fois qu'on regroupe des biologistes marins et des chercheurs en cancérologie pour étudier certains mécanismes de l'huître", assure à l'AFP Charlotte Corporeau, du laboratoire Physiologie des invertébrés de l'Ifremer, l'Institut français de recherche pour l'exploitation de la mer qui coordonne le projet Mollusc, financé par la fondation Arc contre le cancer.

Participent aussi l'Université de Bretagne occidentale (UBO), l'Inserm, le CNRS, l'Université de Paris Sud et le Centre méditerranéen de médecine moléculaire C3M.

"Ce programme ouvre de nouvelles pistes de recherche basées sur les mécanismes ancestraux de l'huître", souligne Catherine Brenner, directrice de recherche au CNRS, spécialisée en oncologie et maladies cardio-vasculaires. "Il y a des mécanismes communs entre l'huître et le cancer, c'est vraiment surprenant!"

Régulièrement étudiée pour comprendre les impacts de la pollution sur l'environnement du fait de son fort potentiel d'accumulation de polluants et de métaux lourds, l'huître n'avait encore jamais été scrutée pour ses similitudes avec l'homme en matière de développement cellulaire.

Tout comme l'homme, le mollusque connait l'effet Warburg, du nom du biologiste Otto Warburg qui a identifié en 1930 ce phénomène de développement cellulaire responsable de la croissance des cancers. Il est pour le moment irréversible chez l'homme. Mais l'huître creuse parviendrait à le contrôler.

En laboratoire, les chercheurs de l'Ifremer ont démontré (Journal of Proteomics, 2014) qu'un stress de température bloquait le déclenchement de ce phénomène chez l'huître, une espèce qui contrairement à l'homme n'est pas capable de réguler sa température interne.

- "Très surprenantes" -
"Les gens doivent comprendre qu'il y a des choses à leurs pieds qui sont très surprenantes, les huîtres ne sont pas seulement bonnes à manger avec du citron !" s'amuse Charlotte Corporeau, tout en comptant méticuleusement les petites huîtres de moins de deux centimètres de long qu'elle vient de sortir d'une poche fixée en haut de l'estran, la zone de balancement des marées, sur un site ostréicole de la rade de Brest.

Tous les 15 jours, la biologiste va observer, compter et peser les petits animaux placés à trois endroits différents de l'estran, définissant ainsi leur période d'immersion.

"Le but est de faire vivre ces animaux dans des conditions très différentes afin d'étudier leur capacité d'adaptation", explique la biologiste.

"C'est comme si en bas d'estran les huîtres (qui se nourrissent du phytoplancton en suspension dans l'eau, ndlr) étaient vautrées dans un canapé en train de manger des chips, et tout en haut en train de faire du sport et à la diète", illustre-t-elle. Les premières seront en outre soumises à de moins fortes variations de température, car souvent immergées, que celles du haut.

Le projet Mollusc vise ainsi à valider l'hypothèse selon laquelle l'huître possède des mécanismes lui permettant de contrôler l'effet Warburg par la température.

Dans un second temps, il s'intéressera au virus Ostreid herpes, à l'origine d'importantes vagues de mortalité dans les élevages. Ce virus est en effet capable de détruire la cellule de l'huître alors qu'elle est soumise à l'effet Warburg, en le détournant à son profit. En effet, il l'utilise pour assurer sa réplication jusqu'à la mort du mollusque.

"Les recherches sur l'huître menées par Charlotte Corporeau pourraient ouvrir des pistes inexplorées afin de trouver de nouvelles cibles thérapeutiques", se félicite François Dupré, directeur général de la fondation Arc.

Le monde marin intéresse de plus en plus les chercheurs en santé humaine du fait de sa richesse.

Un colloque sur ce thème se tiendra à Brest les 8 et 9 octobre. Intitulé "Les espèces marines, réservoirs de molécules pour la santé humaine", il fera la part belle aux huîtres, mais aussi aux oursins, également étudiés dans la lutte contre le cancer, aux algues, qui pourraient fournir de nouveaux médicaments anti-cancéreux, ou encore aux vers marins comme l'arénicole, dont l'hémoglobine est capable d'acheminer cinquante fois plus d'oxygène que celle de l'homme.

Ebola: des chercheurs espagnols travaillent sur un vaccin universel
Test prometteur en Australie pour combattre la dengue
Les thérapies géniques: un espoir pour les patients, un défi pour les payeurs
Progrès encourageant vers un vaccin contre le VIH
La plupart des études sont fausses: l'avertissement choc d'un chercheur
La médecine moins lourde contre le cancer progresse
Les pesticides à l'origine d'un surpoids chez les souris mâles selon une étude
Au Gabon, un laboratoire ultra-sécurisé contre le virus Ebola
La technique s'améliore pour greffer des organes infectés par l'hépatite C
Les virus géants, inventeurs de leurs gènes?
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Au Kenya, les restes de poisson donnent des objets de mode en cuir
Le paracétamol, un médicament courant mais dangereux
Régner depuis son salon: les micronations de l'immense Australie
Japon: des entreprises ont utilisé des apprentis étrangers pour décontaminer Fukushima
Plus d'1 million de m3 de matières et déchets radioactifs en France
 LES PLUS LUS 
A la recherche de l'origine des Incas, grâce à la génétique
Les scientifiques américains transfèrent la mémoire d'un escargot à l'autre en transplantant de l'ARN
Pologne: Première naissance en captivité d'un couscous, marsupial indonésien
Découverte d'un nouveau site de sacrifice rituel d'enfants au Pérou
Avec le réchauffement climatique, les légumes vont devenir plus rares
Voici Norman, l'intelligence artificielle psychopathe
Un château en Corrèze pour un peu plus de 11 euros et la bonne cause
Dans le sud du Maroc, les météorites suscitent les convoitises
Le musée des égouts de Paris fait peau neuve
Climat: moins de neige et la belette blanche devient une cible
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2018 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.030 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.