ACCUEIL | FLUX RSS
Samedi 15 Décembre 2018

SANTE - Publié le 02/05/2018 à 16:44


Une consommation trop élevée de boissons sucrées augmente le risque de mortalité



Les individus qui consomment en grande quantité des breuvages sucrés ont plus de risques de mourir de maladie cardiaque ou d'autres causes, selon une étude publiée par l'American College of Cardiology (ACC).

L'étude a regardé la consommation de boissons sucrées non alcoolisées ("softs drinks"), fruitées, de sodas et jus de fruits chez 17.930 personnes de plus de 45 ans sans antécédents de diabète ou d'accidents cardiaques et a étudié les effets sur la santé en général et le nombre de décès par maladie cardiaque.

Si consommer trop de boissons sucrées peut favoriser des maladies chroniques telles que l'obésité et des troubles métaboliques (tension artérielle, cholestérol, triglycérides), ces nouveaux travaux ajoutent les problèmes cardiaques à la liste des pathologies associées.

D'après les résultats, 25% des plus gros consommateurs de boissons sucrées (plus d'un demi-litre par jour), avaient deux fois plus de risque de mourir d'insuffisance coronarienne par rapport aux 25% ayant la consommation la plus basse (0.028 litres chaque jour). Cette association a également été observée sur le risque accru de décès toutes causes confondus, y compris d'autres maladies cardiovasculaires.

Les travaux ont également étudié si la consommation de boissons sucrées avait les mêmes effets néfastes sur la santé que la prise d'aliments sucrés. Contrairement aux liquides, les sucres consommés dans les desserts, les produits du petit déjeuner ou ceux transformés qui contiennent des sucres et sirops ajoutés, n'entraîneraient pas une augmentation du risque de mortalité, a constaté l'étude.

Pour expliquer ce phénomène, les chercheurs suggèrent que l'organisme métabolise différemment les ingrédients sucrés solides. Selon le Dr Jean Wesh, auteur de l'étude et chercheuse à l'université Emory à Atlanta, " la quantité et la fréquence de consommation des boissons sucrées, couplées au fait qu''elles contiennent peu d'autres substances nutritives, aboutit à un flot de sucres qui doivent être métabolisés. Quand les gens consomment des sucres contenus dans des produits alimentaires il y a souvent d'autres substances nutritives comme des graisses ou des protéines qui ralentissent le métabolisme et peuvent expliquer l'effet différent entre les deux".

Ces résultats ont été présentés lors des sessions scientifiques de l'American College of Cardiology (ACC) 2018 à Orlando du 10 au 12 mars.

La résilience provient d'anomalies dans le cerveau
Nos choix de carrière influencent notre personnalité
Les bactéries intestinales, piste de recherche pour traiter le diabète
La déforestation en Amazonie sous l'oeil des satellites
Homéopathie: l'avis de la Haute autorité de santé repoussé au printemps
Les personnes qui roulent leurs propres cigarettes sont moins susceptibles d'arrêter de fumer
Microbiote: à la découverte de notre jardin intérieur
Naissance du premier bébé grâce à une greffe d'utérus d'une donneuse décédée
Et si médecins et enseignants confondaient immaturité et trouble de l'attention?
Aucune raison de s'opposer au cannabis thérapeutique, pourl le Comité éthique et cancer
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
La résilience provient d'anomalies dans le cerveau
Nos choix de carrière influencent notre personnalité
Les bactéries intestinales, piste de recherche pour traiter le diabète
Virgin Galactic prépare un nouveau vol d'essai, plus près de la frontière de l'espace
Au Bangladesh, le combat d'un homme pour sauver les arbres un par un
 LES PLUS LUS 
Confirmation de présence de glace à la surface de la Lune
La momification, un procédé plus ancien qu'on ne le pensait
Un satellite européen inédit d'étude des vents mis sur orbite
Avec le Brexit, risque d'une pénurie de sperme au Royaume-Uni
Comment la fièvre jaune s'est propagée au Brésil
Un drone filme des images inédites d'un peuple isolé d'Amazonie
Inondations en Inde : alerte aux serpents avec la baisse des eaux
Un reste fossilisé d'enfant prouve l'accouplement entre deux espèces humaines
Un examen ophtalmologique expérimental pourrait détecter Alzheimer
Pas de niveau minimum d'alcool qui soit sans danger pour la santé
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2018 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.052 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.