ACCUEIL | FLUX RSS
Jeudi 18 Octobre 2018

SANTE - Publié le 02/05/2018 à 16:53


Le temps passé sur les réseaux sociaux diminue le niveau de bien-être des adolescents



Le temps passé sur les réseaux sociaux vers l'âge de 10 ans diminuerait le niveau de bien-être global à l'adolescence, surtout chez les jeunes femmes, indique une étude britannique publiée ce 20 mars, date marquant la journée mondiale du bonheur.  

Les réseaux sociaux peuvent-ils abaisser le niveau de bonheur chez les jeunes ?

Des chercheurs britanniques de l'University College London (UCL) et de l'Université de l'Essex se sont intéressés à l'usage et aux répercussions des réseaux sociaux chez près de 10.000 adolescents britanniques (9.859) entre l'âge de 10 et 15 ans, issus du British Household Panel Survey (BHPS), une base de données britannique de l'université de l'Essex. 

Leurs travaux publiés ce mardi 20 mars, journée mondiale du bonheur, montrent une corrélation entre le temps passé sur ces réseaux sociaux pendant les jours d'école et la baisse du niveau de bien-être à la période sensible de l'adolescence. Les jeunes femmes seraient davantage perturbées, selon l'étude.

Pour arriver à ces conclusions, deux échelles d'évaluation ont permis d'établir un "score de bonheur" d'une part basé sur la perception de la vie dans le domaine familial et scolaire et mesurer d'autre part par les aspects négatifs vécus, parmi lesquels des troubles du comportement et émotionnels.

Si le bien-être semble diminuer chez tous les participants, les auteurs ont constaté une baisse de quasiment trois points (de 36,9 à 33,3) chez les filles contre seulement deux points (de 36,02 à 34,55) chez les garçons.

A l'âge de 13 ans, l'étude montre que 50% des filles passent plus d'une heure par jour sur les réseaux sociaux, contre un tiers des garçons. 

Deux ans plus tard, les adolescents âgés de 15 ans sont encore plus connectés mais là encore, les filles semblent davantage accros aux réseaux sociaux : elles sont 59 % chaque jour à " interagir sur les réseaux sociaux pendant une ou plusieurs heures contre 46% des garçons", selon l'étude. 

Les résultats de l'étude sont publiés dans la revue BMC Public Health.

Handicap: le nombre de bénéficiaires de l'AAH a doublé depuis 1990
Plus de 600.000 décès en France en 2017, nouveau record depuis l'après-guerre
La dépression a progressé en France ces dernières années
À l'ombre des vignes de Niagara, le cannabis a remplacé les orchidées
Le cannabis, nouvel eldorado des géants de l'alcool?
Mieux vaut pousser tôt au premier accouchement, conclut une expérience américaine
Près d'un Français sur trois a renoncé à des soins ces derniers mois
Les cabines de bronzage mises à l'index
Première greffe de foie d'une mère séropositive à son enfant
Cent ans après la grippe espagnole, le monde n'est pas à l'abri d'une pandémie
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Cap sur Mercure et ses mystères pour deux sondes spatiales
Un robot invité à parler d'intelligence artificielle devant des députés britanniques
Japon: sentir l'humain, assis, couché, dans son bain, au travail...
Climat: le monde a atteint un point de non retour, selon Ban Ki-moon
Les deux rescapés de Soyouz racontent leur atterrissage d'urgence
 LES PLUS LUS 
Kenya: huit rhinocéros morts après avoir été changés de parc
Puces Intel: des chercheurs découvrent une faille de sécurité
Comment limiter le temps d'exposition aux écrans des enfants ?
Des tombes de l'époque romaine découvertes dans un village palestinien
Le binge drinking peut augmenter le risque de maladies cardiovasculaires
Au coeur de l'Amazonie, vivre dans la plus grande jungle du monde
La mortalité par AVC évolue inégalement en Europe
Le plus vieux fromage jamais trouvé aurait été déterré en Égypte
En Bosnie, des cheveux sur mesure et gratuits pour les enfants cancéreux
Le génome complet du blé tendre séquencé pour la première fois
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2018 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.092 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.