ACCUEIL | FLUX RSS
Samedi 23 Juin 2018

SANTE - Publié le 02/05/2018 à 16:53


Le temps passé sur les réseaux sociaux diminue le niveau de bien-être des adolescents



Le temps passé sur les réseaux sociaux vers l'âge de 10 ans diminuerait le niveau de bien-être global à l'adolescence, surtout chez les jeunes femmes, indique une étude britannique publiée ce 20 mars, date marquant la journée mondiale du bonheur.  

Les réseaux sociaux peuvent-ils abaisser le niveau de bonheur chez les jeunes ?

Des chercheurs britanniques de l'University College London (UCL) et de l'Université de l'Essex se sont intéressés à l'usage et aux répercussions des réseaux sociaux chez près de 10.000 adolescents britanniques (9.859) entre l'âge de 10 et 15 ans, issus du British Household Panel Survey (BHPS), une base de données britannique de l'université de l'Essex. 

Leurs travaux publiés ce mardi 20 mars, journée mondiale du bonheur, montrent une corrélation entre le temps passé sur ces réseaux sociaux pendant les jours d'école et la baisse du niveau de bien-être à la période sensible de l'adolescence. Les jeunes femmes seraient davantage perturbées, selon l'étude.

Pour arriver à ces conclusions, deux échelles d'évaluation ont permis d'établir un "score de bonheur" d'une part basé sur la perception de la vie dans le domaine familial et scolaire et mesurer d'autre part par les aspects négatifs vécus, parmi lesquels des troubles du comportement et émotionnels.

Si le bien-être semble diminuer chez tous les participants, les auteurs ont constaté une baisse de quasiment trois points (de 36,9 à 33,3) chez les filles contre seulement deux points (de 36,02 à 34,55) chez les garçons.

A l'âge de 13 ans, l'étude montre que 50% des filles passent plus d'une heure par jour sur les réseaux sociaux, contre un tiers des garçons. 

Deux ans plus tard, les adolescents âgés de 15 ans sont encore plus connectés mais là encore, les filles semblent davantage accros aux réseaux sociaux : elles sont 59 % chaque jour à " interagir sur les réseaux sociaux pendant une ou plusieurs heures contre 46% des garçons", selon l'étude. 

Les résultats de l'étude sont publiés dans la revue BMC Public Health.

Les moins de 5 ans premières victimes des brûlures
Mort d'une adolescente en état végétatif après l'arrêt des soins
Des associations dénoncent les prix exhorbitants et injustifiés des nouveaux médicaments
Fatigue et douleur, problèmes persistants après la fin du cancer
Danger mercure! La viande de dauphin pilote indésirable dans les assiettes
Plus obèses, fumeurs et malades: la mauvaise santé des Américains ruraux
L'Ordre des médecins prend ses distances avec l'homéopathie
La santé mentale des réfugiés, une urgence oubliée des politiques publiques
Pesticides : premier procès sur des possibles effets cancérigènes du RoundUp
Moins sucrée, plus naturelle: quand la pâtisserie cherche à allier bon et sain
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Les moins de 5 ans premières victimes des brûlures
Le son du robinet qui fuit décodé par des chercheurs
Au Pérou, un site précolombien révèle des peintures millénaires
Mort d'une adolescente en état végétatif après l'arrêt des soins
Ecosse: les 5 habitants d'Ulva fêtent l'achat de leur île
 LES PLUS LUS 
Les scientifiques américains transfèrent la mémoire d'un escargot à l'autre en transplantant de l'ARN
A la recherche de l'origine des Incas, grâce à la génétique
Pologne: Première naissance en captivité d'un couscous, marsupial indonésien
Découverte d'un nouveau site de sacrifice rituel d'enfants au Pérou
Avec le réchauffement climatique, les légumes vont devenir plus rares
Voici Norman, l'intelligence artificielle psychopathe
Un château en Corrèze pour un peu plus de 11 euros et la bonne cause
Dans le sud du Maroc, les météorites suscitent les convoitises
Le musée des égouts de Paris fait peau neuve
Au Chili, un vent de liberté sexuelle fait exploser les cas de VIH
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2018 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.038 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.