ACCUEIL | FLUX RSS
Dimanche 17 Fevrier 2019

SANTE - Publié le 02/05/2018 à 16:53


Le temps passé sur les réseaux sociaux diminue le niveau de bien-être des adolescents



Le temps passé sur les réseaux sociaux vers l'âge de 10 ans diminuerait le niveau de bien-être global à l'adolescence, surtout chez les jeunes femmes, indique une étude britannique publiée ce 20 mars, date marquant la journée mondiale du bonheur.  

Les réseaux sociaux peuvent-ils abaisser le niveau de bonheur chez les jeunes ?

Des chercheurs britanniques de l'University College London (UCL) et de l'Université de l'Essex se sont intéressés à l'usage et aux répercussions des réseaux sociaux chez près de 10.000 adolescents britanniques (9.859) entre l'âge de 10 et 15 ans, issus du British Household Panel Survey (BHPS), une base de données britannique de l'université de l'Essex. 

Leurs travaux publiés ce mardi 20 mars, journée mondiale du bonheur, montrent une corrélation entre le temps passé sur ces réseaux sociaux pendant les jours d'école et la baisse du niveau de bien-être à la période sensible de l'adolescence. Les jeunes femmes seraient davantage perturbées, selon l'étude.

Pour arriver à ces conclusions, deux échelles d'évaluation ont permis d'établir un "score de bonheur" d'une part basé sur la perception de la vie dans le domaine familial et scolaire et mesurer d'autre part par les aspects négatifs vécus, parmi lesquels des troubles du comportement et émotionnels.

Si le bien-être semble diminuer chez tous les participants, les auteurs ont constaté une baisse de quasiment trois points (de 36,9 à 33,3) chez les filles contre seulement deux points (de 36,02 à 34,55) chez les garçons.

A l'âge de 13 ans, l'étude montre que 50% des filles passent plus d'une heure par jour sur les réseaux sociaux, contre un tiers des garçons. 

Deux ans plus tard, les adolescents âgés de 15 ans sont encore plus connectés mais là encore, les filles semblent davantage accros aux réseaux sociaux : elles sont 59 % chaque jour à " interagir sur les réseaux sociaux pendant une ou plusieurs heures contre 46% des garçons", selon l'étude. 

Les résultats de l'étude sont publiés dans la revue BMC Public Health.

Maladies chroniques : et si on prescrivait des activités physiques sur ordonnance ?
Le fractionné serait encore plus efficace pour maigrir que l'entraînement continu d'intensité modérée
Le pari du détatouage sans douleur
Les internes de médecine générale font trop d'heures à l’hôpital
L'OMS cible le volume audio des smartphones et MP3
Les Français mangent de la viande en moyenne 3,4 fois par semaine
L'épidémie de grippe a déjà fait 1.800 morts cet hiver
Le sport a un impact positif sur la santé des enfants traités pour des cancers
Un adolescent obèse augmenterait son risque futur d'inaptitude au travail
Les Français consomment de moins en moins de vin
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Everest: la Chine interdit aux touristes son camp de base au Tibet
Déforestation en Indonésie: plus de 1,3 milliard en amendes impayées
La NASA presse sur l'accélérateur pour un retour sur la Lune
Découverte de la chambre funéraire d'un noble inca au Pérou
Maladies chroniques : et si on prescrivait des activités physiques sur ordonnance ?
 LES PLUS LUS 
Beurk ou miam? La différence est plus dans la tête que dans l'assiette
L'empire contre-attaque ou le retour de Microsoft au sommet
Microbiote: à la découverte de notre jardin intérieur
Cuba: l'internet mobile disponible à partir de jeudi
Climat: une ado en colère plaide en faveur des générations futures
Une lettre d'Einstein sur Dieu vendue 2,89 millions de dollars
Attaque sur les petits écrans: le boom des jeux vidéo sur mobile en Afrique
Naissance du premier bébé grâce à une greffe d'utérus d'une donneuse décédée
L'hiver est là, le charbon brûle, les Balkans suffoquent
Premier vol habité à destination de l'ISS depuis le lancement raté
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.027 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.