ACCUEIL | FLUX RSS
Lundi 21 Mai 2018

SEXO - Publié le 02/05/2018 à 19:11


Puberté: des règles précoces constituent un facteur de risque d'obésité à l'âge adulte



        
Une puberté précoce exposerait les femmes à un risque plus élevé d'obésité à l'âge adulte et constituerait un facteur de risque à part entière au même titre que l'alimentation ou le niveau d'éducation, suggère une étude  publiée dans l'International Journal of Obesity.

Les femmes qui ont eu une puberté avant l'âge de 12 ans ont plus de risque d'être en surpoids, du fait de changements hormonaux précoces, concluent des travaux conduits par des chercheurs de l'Imperial College London dans l'International Journal of Obesity.

Les chercheurs ont utilisé une technique appelée "randomisation mendélienne" qui sert à identifier des facteurs de risques - de maladies cardiovasculaires par exemple - en se basant sur la génétique pour établir ce lien de cause à effet. 

Cette analyse génétique a permis d'évincer d'autres critères pouvant influencer la prise de poids à l'âge adulte comme l'origine ethnique, le niveau d'éducation, le contexte économique et l'alimentation, souligne l'étude. 

Chez les 182.416 femmes sélectionnées pour ces travaux, les chercheurs ont identifié 122 variantes génétiques associées au déclenchement de la puberté et des premières règles.

Ils ont ensuite regardé des données issues d'un autre panel de 80.465 femmes enregistrées sur la UK Biobank, une base de données médicales britannique, pour évaluer l'effet de la puberté précoce sur l'indice de masse corporelle (IMC).

Ils ont constaté que les filles qui commencaient leur puberté plus tôt, avant l'âge de 12 ans en moyenne, avaient plus de risque d'être obèses que celles qui ont eu leurs règles plus tardivement.

Ce lien de cause à effet a été confirmé sur un troisième groupe de 70.962 femmes, selon l'étude qui relève une diminution de l'IMC de l'ordre de 0.38kg/m2 pour chaque année retardée de l'apaprition des règles. 

Des facteurs psychologiques comme une différence de traitement et des pressions sociales vis à vis de filles physiquement plus matures pourraient expliquer ce lien de cause à effet, avance l'étude.

Sur le plan physiologique, les auteurs de l'étude évoquent les changements hormonaux liés à la puberté comme la poussée de la poitrine de manière précoce qui peut constituer un risque augmenté d' indice de masse corporelle (IMC) plus élévé ou d'obésité plus tard dans la vie.

Pour consulter l'étude : nature.com/articles/s41366-018-0048-7

Des réflexions sur le sexe découvertes dans le journal intime d'Anne Frank
Pour plaire aux femmes, mieux vaut avoir de grandes jambes que le bras long
Les femmes plus satisfaites sexuellement au début de la relation
Sexo : des rituels à deux pour booster sa libido
Encore timide, l'utilisation des sextoys progresse chez les Français
Les choix en matière de contraception changent en fonction des relations
Il faut apprendre à se détourner des tentations pour réussir en amour, selon une étude
VIDEO: L'épicentre de l'amour, c'est en Slovaquie
Concevoir un bébé : les futurs parents devraient surveiller leur consommation de boissons sucrées
Quand un chagrin d'amour brise le coeur, littéralement!
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Manger mieux avec des agriculteurs mieux payés
Un chirurgien français réussit une greffe de trachée
États généraux de la bioéthique: fin du débat citoyen, place à la synthèse
Greffes et dons d'organes: jusqu'où aller?
Nouveaux tests des Sea Bubbles, taxis volants, sur la Seine
 LES PLUS LUS 
VIDEO: Des images rares du requin du Groenland dans les eaux de l’Arctique
Les tarentules, victimes de la déforestation et des gastronomes au Cambodge
VIDEO: Une famille pourchassée par des guépards dans un parc animalier
Bonheur : votre humeur dépend de ce que vous mangez
Le régime alimentaire à base de produits d'origine animal émet 197,65 kg de CO2 par an et par habitant en France
Luxembourg: derrière la prospérité, la salle de shoot
SpaceX lance avec succès sa plus puissante fusée Falcon 9
L'Australie promet des millions d'euros pour aider ses koalas
Lire à haute voix est la meilleure méthode pour améliorer sa mémoire à long terme
Les légumes verts pourraient retarder le déclin cérébral
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2018 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.034 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.