ACCUEIL | FLUX RSS
Lundi 21 Mai 2018

CIEL&ESPACE - Publié le 05/05/2018 à 12:31


Les univers multiples, dernière contribution de Stephen Hawking à la science



        
La dernière étude de l'astrophysicien britannique Stephen Hawking portait sur les univers multiples. Un concept controversé, popularisé par la science-fiction, selon lequel notre univers ne serait qu'un parmi d'autres.

"Nous ne sommes pas cantonnés à un univers unique mais nos découvertes montrent que les univers possibles sont beaucoup moins nombreux" que ce que pensent certains chercheurs, avance Stephen Hawking dans cet article publié cette semaine dans le journal High Energy Physics.

Le scientifique de l'université de Cambridge, décédé à l'âge de 76 ans le 14 mars, était devenu une personnalité mondialement connue.

L'idée des univers multiples émerge d'une théorie suggérant qu'à sa création, lors du Big Bang, le cosmos a subi une expansion fulgurante.

Pendant cette période, toutes les régions de l'espace n'auraient pas évolué à la même vitesse, certaines s'arrêtant de s'étendre avant les autres, créant différents univers-bulles. Notre univers étant une de ces bulles.

L'idée d'univers multiples ou "multivers" n'est pas nouvelle. Elle a traversé toute l’histoire de la philosophie mais "elle fait depuis peu effraction dans le champ de la physique théorique", explique à l'AFP Aurélien Barrau, astrophysicien au Laboratoire de physique subatomique et de cosmologie à Paris.

"De nombreux types d'univers multiples sont aujourd'hui envisageables", ajoute-t-il, ce qui impliquerait des lois de la physique et de la chimie différentes.

Thomas Hertog de l'université KU Louvain en Belgique et coauteur de l'ultime étude de Stephen Hawking décrit l'univers multiple comme "une mosaïque de petits univers de poche où chaque poche est différente des autres". Certains préfèrent évoquer l'image de bulles dans l'eau bouillante.

"Il a été soutenu que les différents univers pourraient ne pas être complètement déconnectés et pourraient même entrer en collision", rappelle Sabine Hossenfelder du Frankfurt Institute for Advanced Studies en Allemagne.

- Un îlot dans un méta-monde -

Le "multivers" reste tout de même un sujet très polémique, certains scientifiques critiquant le fait que ce concept ne peut être testé.

Mais pour Aurélien Barrau, "c'est une idée vertigineuse de réinterpréter notre univers tout entier comme un îlot dérisoire dans un immense méta-monde indéfiniment vaste et diversifié".

Une déconvenue pour l'homme qui s'était longtemps cru au centre du monde?

"+Le multivers+ s’inscrit dans l’histoire des idées: notre représentation globale, après avoir été centrée sur une région, sur la Terre, sur le Soleil, sur la galaxie puis sur notre Univers, n'a plus de centre", explique le chercheur du CNRS.

Cette idée se base aussi sur des théories scientifiques. En outre, imaginer qu'il y a une multitude d'univers permettrait de répondre à certaines des interrogations des physiciens.

Des théories peuvent être qualifiées de scientifiques même si elles contiennent des éléments non observables: l'existence des ondes gravitationnelles a été acceptée bien avant leur détection. Mais tout dépend ensuite de la crédibilité qu'on leur accorde.

"Pour certains scientifiques convaincus de leurs théories, le +multivers+ peut apparaître presque aussi réel que l'univers que nous observons. Mais pour la plupart d'entre nous, ces théories sont des spéculations", juge Sabine Hossenfelder.

Pour Aurélien Barrau "on peut évidemment douter de ces théories" mais il regrette que cette idée "soit refusée a priori". "Je m’étonne de la frilosité intellectuelle de certains. Même s’il faut raison garder", conclut-il.

Privatiser l'ISS? Pas si vite, dit le Congrès à Trump
Chine: une start-up privée lance une fusée dans l'espace
Les astronomes un peu plus près des premières étoiles
Sortie spatiale de deux astronautes pour une opération de maintenance
Un gros astéroïde va rater la Terre, assure la NASA
110 jours comme sur la Lune pour des étudiants chinois
Des jets de vapeur d'eau s'échapperaient d'une des lunes de Jupiter
La Nasa prévoit d'envoyer un mini-hélicoptère sur Mars
SpaceX lance avec succès sa plus puissante fusée Falcon 9
SpaceX reporte le tir de sa fusée Falcon 9 nouvelle génération
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Manger mieux avec des agriculteurs mieux payés
Un chirurgien français réussit une greffe de trachée
États généraux de la bioéthique: fin du débat citoyen, place à la synthèse
Greffes et dons d'organes: jusqu'où aller?
Nouveaux tests des Sea Bubbles, taxis volants, sur la Seine
 LES PLUS LUS 
VIDEO: Des images rares du requin du Groenland dans les eaux de l’Arctique
Les tarentules, victimes de la déforestation et des gastronomes au Cambodge
VIDEO: Une famille pourchassée par des guépards dans un parc animalier
Bonheur : votre humeur dépend de ce que vous mangez
Le régime alimentaire à base de produits d'origine animal émet 197,65 kg de CO2 par an et par habitant en France
Luxembourg: derrière la prospérité, la salle de shoot
SpaceX lance avec succès sa plus puissante fusée Falcon 9
L'Australie promet des millions d'euros pour aider ses koalas
Lire à haute voix est la meilleure méthode pour améliorer sa mémoire à long terme
Les légumes verts pourraient retarder le déclin cérébral
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2018 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.037 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.