ACCUEIL | FLUX RSS
Lundi 23 Juillet 2018

SEXO - Publié le 07/05/2018 à 00:52


Il faut apprendre à se détourner des tentations pour réussir en amour, selon une étude



Y a-t-il des facteurs qui peuvent prédisposer les individus à réussir ou rater leur relation amoureuse ? Selon cette nouvelle étude américaine, dévoilée la veille de la Saint-Valentin, des facteurs psychologiques conduiraient à l'infidélité, cause principale de rupture, tandis que d'autres assureraient une relation à long terme en prévenant les écarts.

Pour évaluer la capacité de chacun d'entre nous à réussir ou échouer en amour, l'étude a suivi 233 couples mariés depuis trois ans et demi en notant leur degré de satisfaction conjugale, l'engagement à long terme, s'ils avaient été infidèles et s'ils étaient encore ensemble.

Sans surprise, l'étude montre que les jeunes et les personnes moins satisfaites de leurs relations étaient plus susceptibles d'être infidèles.

Plus étonnant, les personnes satisfaites de leur vie sexuelle au sein du couple avaient plus de probabilités d'être infidèles.

Les hommes ayant déclaré avoir plus de partenaires sexuels à court terme avant le mariage étaient plus susceptibles d'avoir une liaison, alors que le contraire était vrai pour les femmes, selon l'étude.

Autre facteur de risque d'infidélité selon l'étude, l'attractivité perçue : les femmes moins attirantes étaient plus susceptibles d'avoir une liaison tandis que les hommes étaient plus susceptibles d'être infidèles lorsque leurs partenaires étaient moins attirants.

Pour aller plus loin, deux processus psychologiques souvent inconscients que tout le monde partage à des degrés divers à savoir "détourner son attention d'une personne attirante" et "dévaloriser un partenaire potentiel attirant" ont été testés auprès des couples qui ont regardé des photos d'hommes et de femmes "très attirants" ou "d'apparence moyenne".

D'après les résultats, les participants qui se sont désintéressés rapidement d'une personne attirante étaient moins susceptibles de se livrer à l'infidélité tandis que les autres avaient un risque plus élevé et leurs mariages étaient plus susceptibles d'échouer, selon l'étude.

Les individus qui ont détourné leur attention plus vite que la moyenne étaient près de 50% moins susceptibles d'avoir des relations sexuelles en dehors du mariage.

Les auteurs de l'étude ont aussi constaté que les personnes fidèles évaluaient les "tentations" de manière beaucoup plus négative que les individus infidèles.

Ces deux réactions minimisent le risque d'infidélité et, par conséquent, peuvent prédire les chances de la relation, concluent les auteurs de l'étude qui expliquent que ces processus en grande partie spontanés peuvent être façonnés par la biologie et/ou les expériences de la petite enfance.

Ces travaux sont publiés dans le Journal of Personality and Social Psychology today.

Gonorrhée : espoir pour un nouveau traitement
Sites de rencontres : hommes et femmes n'auraient pas les mêmes exigences de niveau d'instruction
Sperme dégradé, puberté précoce: des causes probablement environnementales
Manger des noix améliore la qualité du sperme
Au Cambodge, une blogueuse féministe brise les tabous du sexe
Le transsexualisme ne doit plus être considéré comme une maladie mentale, dit l'OMS
Le trouble de l'érection serait un symptôme d'un dysfonctionnement cardiaque
Les femmes se méfient des hommes qui affichent leur richesse
Chirurgie intime masculine: pour quelques centimètres de plus...
Au Chili, un vent de liberté sexuelle fait exploser les cas de VIH
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Maine-et-Loire: un maire interdit l'entrée de sa commune... aux moustiques
Chasse au crocodile sur les plages de l'île touristique de Phuket
Le chlordécone nuit à la fertilité des souris sur plusieurs générations
Au Mozambique, l'agriculture de conservation au secours de la forêt
Galileo s'étoffe et gagne des utilisateurs
 LES PLUS LUS 
A la recherche de l'origine des Incas, grâce à la génétique
Pologne: Première naissance en captivité d'un couscous, marsupial indonésien
Découverte d'un nouveau site de sacrifice rituel d'enfants au Pérou
Avec le réchauffement climatique, les légumes vont devenir plus rares
Voici Norman, l'intelligence artificielle psychopathe
Un château en Corrèze pour un peu plus de 11 euros et la bonne cause
Dans le sud du Maroc, les météorites suscitent les convoitises
Le musée des égouts de Paris fait peau neuve
Climat: moins de neige et la belette blanche devient une cible
Au Chili, un vent de liberté sexuelle fait exploser les cas de VIH
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2018 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.031 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.