ACCUEIL | FLUX RSS
Jeudi 18 Octobre 2018

PLANETE - Publié le 07/05/2018 à 14:52


Le régime alimentaire à base de produits d'origine animal émet 197,65 kg de CO2 par an et par habitant en France



Quel est l'impact de notre alimentation sur l'environnement ? Un distributeur en ligne de superaliments Nu3 a mesuré l'empreinte carbone alimentaire de 130 pays, en relevant la consommation de viande de boeuf, de volaille, de poisson, mais aussi celle d'un régime à base d'ingrédients d'origine végétale. En France, le sud-est constitue la région dont les habitudes alimentaires impactent le plus la planète. 

Le régime alimentaire des habitants du sud-est de la France est le plus énergivore en gaz carbonique, en raison de la consommation importante de viande d'agneau, estimée à 49,44 kg par an et par personne, et de boeuf, évaluée à 33,31 kg par an et par habitant. Leur façon de manger émet 2.942,73 kg de CO2 par an et par personne. A l'inverse, les habitudes alimentaires les plus light pour la planète sont observées dans le centre-est, avec des émissions de gaz carbonique limitées à 2.071,70kg par an et par habitant. A Paris, l'indice se situe sur la médiane, avec 2.343,56 kg de CO2 rejetés par an et par habitant. 

Pour établir ce classement, pour les huit régions françaises selon la définition de FranceAgriMer, la consommation de boeuf, de porc, d'agneau et de chèvre, de volaille et de poisson a été mesurée. Sans surprise, la cuisine de la mer est la moins impactante pour la Terre. Au pire, elle "pèse" 41,42 kg de CO2 par an et par habitant, selon le régime alimentaire des Français du sud-ouest qui en dévorent le plus (25,94 kg). 

Les Argentins croquent la Terre

Au total, en France, les habitudes alimentaires à base de produits d'origine animal représente 197,65 kg de CO2 par an et par habitant. Les traditions divergeant d'un pays à l'autre, le poids de l'alimentation n'est pas le même selon si l'on habite en Amérique du Sud ou en Asie. L'empreinte carbone alimentaire des Argentins est le plus haut, parmi les 130 pays étudiés, soit 305,81 kg de CO2 par an et par habitant pour un régime carnivore. Le goût pour la viande de boeuf est une des premières raisons (55,48 kg de viande consommée), à laquelle il faut ajouter la consommation importante en produits laitiers (195,08 kg). L'Australie s'inscrit dans la même dynamique (270,79 kg de CO2 par an et par habitant), devant l'Islande (243,45 kg de CO2 par an et par habitant). 

Contrairement à ce que l'on aurait imaginé, les Américains ne sont donc pas les plus gourmands, avec un régime alimentaire carnivore évalué à 240,11 kg de CO2 émis par an et par habitant. 

Mais, la viande n'est pas toujours la première incriminée en matière d'émissions de CO2. Du fait de leur appétit pour le poisson, avec 179,71 kg engloutis chaque année par chaque habitant, les Maldiviens émettent 286,94 kg de CO2. Les Japonais, quant à eux, égratignent la planète à cause de leur goût prononcé pour les oeufs (78,71 kg de CO2 au total). 

En Europe, le pays le plus gourmand en gaz carbonique est le Luxembourg, avec 224,53 kg de CO émis par an et par habitant, pour ceux qui ne se restreignent pas aux ingrédients uniquement végétaux.  

De l'autre côté de l'échelle, le régime alimentaire du Bangladesh, à base de produit d'origine animale, est le moins lourd pour la planète, soit 21,36 kg de CO2. L'impact environnemental de son régime est surtout lié à sa consommation de riz (171,73 kg). Toutefois, le classement doit être tempéré en prenant en compte la situation économique de chacun. 

Le calcul de l'étude a été établi en fonction du montant de denrées alimentaires produites pour la consommation. Les données se concentrent sur la quantité d'aliments d'origine animale (porc, volaille, bœuf, agneau et chèvre, poisson, œufs et produits laitiers, fromage inclus) et d'aliments d'origine végétale (blé et produits céréaliers, riz, soja, fruits à coque, beurre de cacahuète inclus) produits pour la consommation de chaque pays.

Climat: le monde a atteint un point de non retour, selon Ban Ki-moon
Tunisie: le crabe bleu, prédateur redoutable devenu proie prisée
Trump: Je suis un véritable défenseur de l'environnement
Un 10e jour de la nuit pour sensibiliser à la pollution lumineuse
Le réchauffement a multiplié par quatre les catastrophes depuis les années 70
Des élèves cambodgiens collectent les déchets pour pouvoir étudier
Réduire la consommation de viande pour préserver le climat
Seul pays au bilan carbone négatif, le Bhoutan face au réchauffement climatique
Explosion des pertes économiques liées aux catastrophes climatiques
Les forêts d'Europe ne pourront pas freiner davantage le réchauffement
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Cap sur Mercure et ses mystères pour deux sondes spatiales
Un robot invité à parler d'intelligence artificielle devant des députés britanniques
Japon: sentir l'humain, assis, couché, dans son bain, au travail...
Climat: le monde a atteint un point de non retour, selon Ban Ki-moon
Les deux rescapés de Soyouz racontent leur atterrissage d'urgence
 LES PLUS LUS 
Kenya: huit rhinocéros morts après avoir été changés de parc
Puces Intel: des chercheurs découvrent une faille de sécurité
Comment limiter le temps d'exposition aux écrans des enfants ?
Des tombes de l'époque romaine découvertes dans un village palestinien
Le binge drinking peut augmenter le risque de maladies cardiovasculaires
Au coeur de l'Amazonie, vivre dans la plus grande jungle du monde
La mortalité par AVC évolue inégalement en Europe
Le plus vieux fromage jamais trouvé aurait été déterré en Égypte
En Bosnie, des cheveux sur mesure et gratuits pour les enfants cancéreux
Le génome complet du blé tendre séquencé pour la première fois
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2018 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.039 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.