ACCUEIL | FLUX RSS
Mercredi 22 Août 2018

PLANETE - Publié le 15/05/2018 à 13:45


Greenpeace confirme la continuité du Récif de l’Amazone dans les eaux guyanaises



L'ONG de protection de l'environnement Greenpeace a confirmé, photos à l’appui, que la bande récifale découverte en 2016 au Brésil se prolonge dans les eaux guyanaises et demande l'interdiction d’exploitation pétrolière des multinationales Total et BP, lors d'une restitution publique samedi à Cayenne.

Ces conclusions font suite à une expédition de cinq semaines à bord de l'Esperanza, le bateau de l'ONG, par une équipe de scientifiques composés de Brésiliens et de Français dont Serge Planes, directeur de recherche au CNRS et François Chartier, chargé de campagne Océans pour Greenpeace France.

Localisée à une profondeur comprise entre 95 et 120 mètres et à 150 km au large des côtes guyanaises, cette "originalité biologique", a précisé Serge Planes "n'est pas un récif corallien". Il a évoqué "des bioconstructions algales", un "écosystème riche et étendu".

Les enjeux de cette découverte sont nombreux. Pour Greenpeace, les éléments récoltés par les scientifiques de l'association constituent une "contre-expertise" des conclusions avancées par Total en février sur l'emplacement de la zone récifale.

Total a de nouveau démenti début mai la présence d'un récif sensible dans la zone au large du Brésil où le groupe pétrolier veut forer un puits d'exploration.

Greenpeace réclame la mise en place "de mesures de conservation pour ces écosystèmes". Si "l'heure n'est plus à l’exploitation pétrolière" comme l'a affirmé François Chartier, les pêcheurs de la région sont plus mitigés.

Interrogé sur les craintes liées au projet pétrolier, Georges Michel Karam, président du Comité régional des pêcheurs de Guyane, a tempéré : "Greenpeace fait sa mission. Sa mission c'est d'empêcher l’exploration pétrolière en Guyane. (...) Nous, nos problématiques immédiates sont la pêche illégale des deux côtés de la frontière avec le Suriname et avec le Brésil et les algues sargasses."

La Collectivité Territoriale de Guyane (CTG) a dénoncé dans la presse locale une "campagne de communication" de Greenpeace et affirme que la zone récifale "n’intéresse pas du tout (...) la zone de forage de Total en Guyane."

La pêche à l'explosif en Libye, fléau écologique en Méditerranée
Un zoo belge perd deux de ses trois koalas en moins d'un mois
À l'Aquarium de Paris, un refuge pour poissons rouges abandonnés
Tefé, une ville au coeur de l'Amazonie brésilienne
Brésil: les drones au service de la préservation des dauphins de l'Amazonie
Au Vietnam, les ours d'élevage meurent car leur bile n'a plus la cote
Un drone marin pour recenser et mieux protéger les cétacés en Méditerranée
Au coeur de l'Amazonie, vivre dans la plus grande jungle du monde
Une marée rouge décime la population aquatique de la côte ouest de la Floride
Puy du fou: des corbeaux ramasseurs de mégots entrent en action
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Indonésie: pourquoi Lombok est frappée par de multiples séismes
Résurgence inédite de l'anthrax dans les pâturages des Hautes-Alpes
La pêche à l'explosif en Libye, fléau écologique en Méditerranée
Un zoo belge perd deux de ses trois koalas en moins d'un mois
La géolocalisation, omniprésente à l'ère du smartphone
 LES PLUS LUS 
Découverte d'un nouveau site de sacrifice rituel d'enfants au Pérou
Voici Norman, l'intelligence artificielle psychopathe
Avec le réchauffement climatique, les légumes vont devenir plus rares
Kenya: huit rhinocéros morts après avoir été changés de parc
Mars à son plus près de la Terre en 15 ans
Rio capitale mondiale des maths, médailles Fields à la clé
Taira, épicentre de l'art rupestre chilien
L'odeur du café est-elle suffisante pour stimuler notre cerveau ?
Canicule: cinq erreurs à ne pas commettre
Une étude douche les espoirs de transformer l'atmosphère martienne
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2018 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.028 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.