ACCUEIL | FLUX RSS
Lundi 23 Juillet 2018

TECHNOLOGIES - Publié le 15/05/2018 à 21:09


Facebook mesure pour la 1ere fois ses efforts contre les contenus répréhensibles



Facebook a publié pour la première fois mardi un bilan chiffré de ses efforts pour supprimer de sa plateforme les contenus contrevenant à ses règles d'utilisation, qu'il s'agisse d'images à caractère sexuel, de commentaires haineux ou de propagande terroriste.

Selon ce rapport inédit, qui s'inscrit dans des efforts de transparence du groupe confronté au scandale Cambridge Analytica, 3,4 millions d'images violentes ont été supprimées ou assorties d'avertissements au premier trimestre 2018, presque le triple du trimestre précédent.

Un bond lié principalement, selon le réseau, à une amélioration de ses technologies d'analyse, qui font de plus en plus appel à l'intelligence artificielle. Dans près de 86% des cas, ces images ont été détectées par le réseau avant même d'avoir été préalablement signalées, et elles ont représenté moins de 0,3% des contenus visionnés sur sa plateforme entre janvier et mars.

Concernant les images de nudité ou d'activité sexuelle (hors pédopornographie), le groupe déclare 21 millions d'éléments supprimés au premier trimestre, autant que fin 2017. Cela représente moins de 0,1% des contenus visionnés, et dans près de 96% des cas les images sont supprimées avant tout signalement. Parfois avec trop de zèle, comme lorsque le réseau censure certaine oeuvres d'art pourtant tolérées par ses règles, à l'image de "La liberté guidant le peuple" de Delacroix.

Concernant la propagande terroriste, le groupe a confirmé des chiffres de fin avril: 1,9 million de contenus ont été supprimés au premier trimestre, soit 73% de plus qu'au 4e trimestre 2017, grâce à des améliorations technologiques. 99,5% des contenus supprimés l'ont été avant tout signalement.

Le groupe a également révélé dans ce rapport avoir désactivé 583 millions de faux comptes au 1er trimestre, "dont la plupart l'ont été quelques minutes après leur inscription", ce qui s'ajoute "aux millions de tentatives de création de faux comptes" déjouées quotidiennement par le réseau. Malgré ces mesures, le groupe a estimé que les faux comptes représentaient 3 à 4% de ses comptes actifs au 1er trimestre.

En outre, Facebook fait état de 837 millions de contenus supprimés sur la même période, car assimilés à des spams, "dont près de 100% ont été détectés" par ses technologies, avant tout signalement.

Facebook peine en revanche à détecter les messages de haine. Le groupe dit en avoir supprimé 2,5 millions au 1er trimestre (56% de plus qu'au trimestre précédent), mais seuls 38% ont été détectés avant tout signalement. Malheureusement, Facebook n'a pas fourni d'estimation de leur prévalence sur sa plateforme.

Le groupe explique avoir du mal à repérer ces messages car l'intelligence artificielle peine encore à trier le bon grain de l'ivraie: des insultes racistes ou homophobes peuvent par exemple être "réappropriées" par les minorités qu'elles visent, ou relayées dans le but de les dénoncer, ce qui est normalement permis par la plateforme. Et seules les attaques contre les personnes sont interdites, pas celles visant une croyance, idéologie ou institution.

Venue présenter ces données à Paris, la responsable de la politique du groupe en matière de contenus et d'antiterrorisme, Monika Bickert, a expliqué que Facebook allait continuer ses efforts pour améliorer l'application de ses règles, tout en s'efforçant de mieux expliquer ses procédures.

Elle a précisé en outre que le groupe, comme il s'y était engagé l'an dernier, avait recruté 3.000 personnes supplémentaires pour contrôler les contenus litigieux. "Nous en étions en début d'année à plus de 7.500 personnes (dédiées à cette tâche, contre 4.500 un an plus tôt, ndlr) et ce nombre va continuer d'augmenter", a-t-elle souligné.

De Paris à Séoul, des cinémas toujours plus high-tech
Comme sur des roulettes, le robot livreur débarque en Chine
Tesla: les frasques d'Elon Musk commencent à inquiéter
Fausses nouvelles: les algorithmes au banc des accusés
Microsoft appelle à une réglementation de la reconnaissance faciale
Facebook: les parents d'une ado allemande décédée autorisés à accéder à son compte
Complexe, le marché des courriers recommandés électroniques aiguise les appétits
Alphabet accentue ses efforts dans les drones et les ballons
Doctolib s'impose comme le champion du rendez-vous médical en ligne
Le géant chinois de la batterie s'installe en sauveur en Allemagne
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Maine-et-Loire: un maire interdit l'entrée de sa commune... aux moustiques
Chasse au crocodile sur les plages de l'île touristique de Phuket
Le chlordécone nuit à la fertilité des souris sur plusieurs générations
Au Mozambique, l'agriculture de conservation au secours de la forêt
Galileo s'étoffe et gagne des utilisateurs
 LES PLUS LUS 
A la recherche de l'origine des Incas, grâce à la génétique
Pologne: Première naissance en captivité d'un couscous, marsupial indonésien
Découverte d'un nouveau site de sacrifice rituel d'enfants au Pérou
Avec le réchauffement climatique, les légumes vont devenir plus rares
Voici Norman, l'intelligence artificielle psychopathe
Un château en Corrèze pour un peu plus de 11 euros et la bonne cause
Dans le sud du Maroc, les météorites suscitent les convoitises
Le musée des égouts de Paris fait peau neuve
Climat: moins de neige et la belette blanche devient une cible
Au Chili, un vent de liberté sexuelle fait exploser les cas de VIH
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2018 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.031 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.