ACCUEIL | FLUX RSS
Samedi 22 Septembre 2018

TECHNOLOGIES - Publié le 16/05/2018 à 13:26


Twitter: cachez ce troll que je ne saurais voir



Twitter a promis une nouvelle fois mardi de mieux lutter contre les "trolls", ces trublions des réseaux sociaux qui commentent à tout-va, de façon souvent humoristique mais aussi moqueuse voire haineuse.

Le réseau explique analyser désormais les "comportements" typiques des trolls pour les faire taire et pas seulement le contenu de leurs messages, a-t-il expliqué, dans une énième illustration de ses efforts pour limiter, comme Facebook, les contenus litigieux ou négatifs sur sa plateforme, qu'ils proviennent de vraies personnes ou de systèmes automatiques ("bots").

Certains "comportements de type +troll+ sont drôles" ou "humoristiques" mais "ce dont nous parlons aujourd'hui ce sont (ceux) qui déforment et perturbent" le fil des conversations sur Twitter, a expliqué le groupe sur son blog officiel.

Le défi est maintenant de déceler des "comportements perturbateurs qui n'enfreignent pas (forcément) nos conditions d'utilisation mais affectent de façon négative" la qualité des discussions.

Désormais, même si les messages n'enfreignent pas les politiques de Twitter mais s'apparentent à des "comportements de type troll", le réseau social se servira de ces indices pour les rendre moins visibles dans le fils de discussions et dans les résultats de recherche.

Twitter, qui reconnait qu'il y a encore du "travail", assure que cette nouvelle approche anti-trolls a permis selon de premiers tests de réduire de 8% les signalements d'abus dans les fils de conversation et de 4% dans la recherche.

Parmi les indices plaidant en faveur d'un comportement de "type troll": si un compte n'a pas confirmé son adresse mail, si la même personne utilise plusieurs comptes simultanément, tweetant en rafale, ou mentionnant des comptes qui ne les suivent pas, ou tout comportement qui pourrait évoquer une "attaque coordonnée".

Ces schémas sont aussi typiques des "bots", ces robots qui inondent les réseaux sociaux de messages, largement mis en cause dans les tentatives de manipulation politique via les réseaux sociaux, souvent attribuées à la Russie.

Le Pentagone investit 2 milliards de dollars dans l'intelligence artificielle
Chine: les jeunes accros aux jeux vidéo sous surveillance
Pixium Vision a réussi 5 implantations de son nouvel oeil bionique
Coeur artificiel: la nouvelle usine Carmat obtient sa certification
Des applications à foison pour s'orienter dans la jungle alimentaire
En Chine, les robots débarquent à la maternelle
La géolocalisation, omniprésente à l'ère du smartphone
Puces Intel: des chercheurs découvrent une faille de sécurité
Dans les vignes, un boîtier bourguignon indique la présence de pesticides
Au restaurant en Chine, le serveur est un robot
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
L'espérance de vie des Européens, en hausse mais menacée par l'obésité
Plan santé: il y aura des mesures sur la psychiatrie selon Agnès Buzyn
Évaluation de l'homéopathie: la Haute autorité de santé peaufine sa méthode
Un monastère mexicain, dernier refuge de salamandres aquatiques
Colombie: naissance en captivité d'un singe araignée, espèce menacée
 LES PLUS LUS 
Kenya: huit rhinocéros morts après avoir été changés de parc
Puces Intel: des chercheurs découvrent une faille de sécurité
Comment limiter le temps d'exposition aux écrans des enfants ?
Des tombes de l'époque romaine découvertes dans un village palestinien
Le binge drinking peut augmenter le risque de maladies cardiovasculaires
Au coeur de l'Amazonie, vivre dans la plus grande jungle du monde
Mars à son plus près de la Terre en 15 ans
Le plus vieux fromage jamais trouvé aurait été déterré en Égypte
La mortalité par AVC évolue inégalement en Europe
Le génome complet du blé tendre séquencé pour la première fois
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2018 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.023 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.