ACCUEIL | FLUX RSS
Lundi 23 Juillet 2018

TECHNOLOGIES - Publié le 16/05/2018 à 13:26


Twitter: cachez ce troll que je ne saurais voir



Twitter a promis une nouvelle fois mardi de mieux lutter contre les "trolls", ces trublions des réseaux sociaux qui commentent à tout-va, de façon souvent humoristique mais aussi moqueuse voire haineuse.

Le réseau explique analyser désormais les "comportements" typiques des trolls pour les faire taire et pas seulement le contenu de leurs messages, a-t-il expliqué, dans une énième illustration de ses efforts pour limiter, comme Facebook, les contenus litigieux ou négatifs sur sa plateforme, qu'ils proviennent de vraies personnes ou de systèmes automatiques ("bots").

Certains "comportements de type +troll+ sont drôles" ou "humoristiques" mais "ce dont nous parlons aujourd'hui ce sont (ceux) qui déforment et perturbent" le fil des conversations sur Twitter, a expliqué le groupe sur son blog officiel.

Le défi est maintenant de déceler des "comportements perturbateurs qui n'enfreignent pas (forcément) nos conditions d'utilisation mais affectent de façon négative" la qualité des discussions.

Désormais, même si les messages n'enfreignent pas les politiques de Twitter mais s'apparentent à des "comportements de type troll", le réseau social se servira de ces indices pour les rendre moins visibles dans le fils de discussions et dans les résultats de recherche.

Twitter, qui reconnait qu'il y a encore du "travail", assure que cette nouvelle approche anti-trolls a permis selon de premiers tests de réduire de 8% les signalements d'abus dans les fils de conversation et de 4% dans la recherche.

Parmi les indices plaidant en faveur d'un comportement de "type troll": si un compte n'a pas confirmé son adresse mail, si la même personne utilise plusieurs comptes simultanément, tweetant en rafale, ou mentionnant des comptes qui ne les suivent pas, ou tout comportement qui pourrait évoquer une "attaque coordonnée".

Ces schémas sont aussi typiques des "bots", ces robots qui inondent les réseaux sociaux de messages, largement mis en cause dans les tentatives de manipulation politique via les réseaux sociaux, souvent attribuées à la Russie.

De Paris à Séoul, des cinémas toujours plus high-tech
Comme sur des roulettes, le robot livreur débarque en Chine
Tesla: les frasques d'Elon Musk commencent à inquiéter
Fausses nouvelles: les algorithmes au banc des accusés
Microsoft appelle à une réglementation de la reconnaissance faciale
Facebook: les parents d'une ado allemande décédée autorisés à accéder à son compte
Complexe, le marché des courriers recommandés électroniques aiguise les appétits
Alphabet accentue ses efforts dans les drones et les ballons
Doctolib s'impose comme le champion du rendez-vous médical en ligne
Le géant chinois de la batterie s'installe en sauveur en Allemagne
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Maine-et-Loire: un maire interdit l'entrée de sa commune... aux moustiques
Chasse au crocodile sur les plages de l'île touristique de Phuket
Le chlordécone nuit à la fertilité des souris sur plusieurs générations
Au Mozambique, l'agriculture de conservation au secours de la forêt
Galileo s'étoffe et gagne des utilisateurs
 LES PLUS LUS 
A la recherche de l'origine des Incas, grâce à la génétique
Pologne: Première naissance en captivité d'un couscous, marsupial indonésien
Découverte d'un nouveau site de sacrifice rituel d'enfants au Pérou
Avec le réchauffement climatique, les légumes vont devenir plus rares
Voici Norman, l'intelligence artificielle psychopathe
Un château en Corrèze pour un peu plus de 11 euros et la bonne cause
Dans le sud du Maroc, les météorites suscitent les convoitises
Le musée des égouts de Paris fait peau neuve
Climat: moins de neige et la belette blanche devient une cible
Au Chili, un vent de liberté sexuelle fait exploser les cas de VIH
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2018 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.028 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.