ACCUEIL | FLUX RSS
Mercredi 17 Octobre 2018

PLANETE - Publié le 17/05/2018 à 12:55


La biodiversité, un tout relié comme les mailles d'un pull



Derrière le mot obscur de "biodiversité" se cache tout simplement "la partie vivante de la nature", explique le biologiste Gilles Boeuf, qui décrit un système interconnecté comme les mailles d'un pull.

"Tout se tient" alors "arrêtons de croire qu'il y a un humain et à côté une nature", poursuit l'ex-président du Muséum d'histoire naturelle, à la veille de la présentation par Nicolas Hulot de pistes pour protéger ce monde du vivant.

Q: Qu'est-ce que la biodiversité ?

R: "C'est la partie vivante de la nature. D'ailleurs souvent, je dis +le vivant+: vous, moi, vos bactéries, toutes les cellules qui nous entourent. On connaît environ 2 millions d'espèces vivantes aujourd'hui, tout compris: les bactéries, les micro-algues, les levures, les champignons, les plantes et les animaux. Et on sait qu'il y en probablement dix fois plus, on ne connaît qu'une mince fraction de ce qui existe.

Quand la Terre s'est créée, il y a eu une nature, des tremblements de terre et des volcans, du vent, un océan. Et la biodiversité, c'est quand la première cellule vivante apparaît dans l'océan ancestral.

La biodiversité a toujours été faite d'espèces qui apparaissaient et qui disparaissaient mais le problème actuel, c'est que ça va trop vite. Il y a eu des grandes crises à certains moments avec des événements extérieurs terribles, comme d'énormes volcans. Mais aujourd'hui, c'est l'humain: c'est la première fois qu'une espèce parmi les 2 millions est responsable".

Q: A quoi ça sert, la biodiversité ?

R: "Je répondrais par une boutade: et nous, on sert à quoi ? Ça sert simplement à organiser le système Terre. Et à nourrir les humains. Il y a une valeur fantastique là-dedans, mais on ne la reconnaît pas. Si la biodiversité se dégrade trop, on partira avec, et notre économie aussi. L'agriculture est impensable sans biodiversité, la santé publique est impensable sans biodiversité.

Mon maître (le biologiste) Robert Barbault disait +vous faites un beau pull over au tricot puis vous coupez une maille et vous commencez à tirer sur un bout de fil de laine+. Tout va partir, je ne sais pas ce qui partira en premier ou en dernier, mais tout se tient. Ça veut dire que si telle espèce disparaît, il y aura forcément un impact sur le reste".

Q: Comment faire passer le message ?

R: "L'éducation est importante. Comment être capable de toucher chaque individu, pour qu'il réfléchisse à ça, que si le tissu vivant se désagrège, il partira avec. On ne peut pas y échapper, on est dans le vivant, on en fait partie, arrêtons de croire qu'il y a un humain et à côté une nature. Ce qui est grave aujourd'hui, c'est l'enseignement qu'on fait aux enfants, et le mode de vie qui les coupe de cette nature biologique. Les gens ont peur d'aller faire un tour dans l'herbe aujourd'hui, c'est fou ! Dans les grandes villes du monde, on va oublier ces relations avec la nature, et il faut le rappeler en permanence. Il ne faut pas non plus faire de catastrophisme, parce que les gens en ont marre, et on s'adresse à des jeunes qui ne sont pas responsables de la situation actuelle".

Climat: le monde a atteint un point de non retour, selon Ban Ki-moon
Tunisie: le crabe bleu, prédateur redoutable devenu proie prisée
Trump: Je suis un véritable défenseur de l'environnement
Un 10e jour de la nuit pour sensibiliser à la pollution lumineuse
Le réchauffement a multiplié par quatre les catastrophes depuis les années 70
Des élèves cambodgiens collectent les déchets pour pouvoir étudier
Réduire la consommation de viande pour préserver le climat
Seul pays au bilan carbone négatif, le Bhoutan face au réchauffement climatique
Explosion des pertes économiques liées aux catastrophes climatiques
Les forêts d'Europe ne pourront pas freiner davantage le réchauffement
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Cap sur Mercure et ses mystères pour deux sondes spatiales
Un robot invité à parler d'intelligence artificielle devant des députés britanniques
Japon: sentir l'humain, assis, couché, dans son bain, au travail...
Climat: le monde a atteint un point de non retour, selon Ban Ki-moon
Les deux rescapés de Soyouz racontent leur atterrissage d'urgence
 LES PLUS LUS 
Kenya: huit rhinocéros morts après avoir été changés de parc
Puces Intel: des chercheurs découvrent une faille de sécurité
Comment limiter le temps d'exposition aux écrans des enfants ?
Des tombes de l'époque romaine découvertes dans un village palestinien
Le binge drinking peut augmenter le risque de maladies cardiovasculaires
Au coeur de l'Amazonie, vivre dans la plus grande jungle du monde
La mortalité par AVC évolue inégalement en Europe
Le plus vieux fromage jamais trouvé aurait été déterré en Égypte
En Bosnie, des cheveux sur mesure et gratuits pour les enfants cancéreux
Le génome complet du blé tendre séquencé pour la première fois
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2018 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.050 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.