ACCUEIL | FLUX RSS
Dimanche 18 Novembre 2018

PLANETE - Publié le 17/05/2018 à 21:13


Une étude décrit l'empiètement des humains sur les zones protégées



Des autoroutes, des forages et même des villes apparaissent au beau milieu de zones qui ne sont protégées que sur le papier, ont averti jeudi des chercheurs après avoir passé en revue des millions de kilomètres carrés d'aires protégées de la planète.

Un tiers des aires désignées officiellement dans le monde par les États comme «protégées» subissent une «importante pression humaine», conclut le rapport, publié jeudi dans la revue de référence Science.

Dans ces conditions, dans six millions de kilomètres carrés de terres protégées, l'équivalent de deux tiers de la Chine, la protection d'espèces menacées s'amenuise à grande vitesse.

«Seuls 10 % des terres sont complètement sans activité humaine, mais la plupart de ces régions se trouvent dans des endroits isolés, dans des pays de haute latitude comme la Russie et le Canada», ajoute le rapport.

Le problème est urgent en Asie, en Europe et en Afrique, explique un coauteur de l'étude, James Watson, directeur de recherche à la Wildlife Conservation Society, une organisation de protection de la nature et qui gère des zoos à New York.

«La plupart des pays font le premier pas et créent des zones protégées, mais ils s'arrêtent là et oublient le travail plus difficile et plus important consistant à financer la gestion de ces aires protégées, afin d'empêcher toute ingérence humaine d'importance», explique-t-il à l'AFP.

Le principe des parcs, forêts, montagnes ou zones maritimes protégés est qu'ils offrent un refuge aux oiseaux, mammifères et à la faune marine, dans un but de préservation de la biodiversité.

La communauté internationale en a pris conscience. Depuis 1992, la superficie de terres déclarées protégées a doublé.

Autoroute à six voies

Mais d'un bout à l'autre de la Terre, les exemples d'infrastructures humaines construites à l'intérieur des réserves naturelles abondent.

Au Kenya, une voie de chemin de fer traverse les parcs nationaux de Tsavo, où le rhinocéros noir, une espèce menacée, vit. «Il y a un projet avancé de construction d'une autoroute à six voies», ajoute James Watson.

En Australie, des activités pétrolières sont implantées dans le parc national de Barrow Island, habitat naturel d'un wallaby, ainsi que d'un rat-kangourou et d'autres marsupiaux menacés.

Sur l'île indonésienne de Sumatra, plus de 100 000 personnes se sont installées, illégalement, à l'intérieur du parc national de Bukit Barisan Selatan, reprenant des terres au tigre de Sumatra, aux orangs-outans et aux rhinocéros. Environ 15 % du parc a été recouvert de plantations de café.

Et aux États-Unis, les grands parcs Yosemite et Yellowstone ont vu l'apparition «d'infrastructures touristiques de plus en plus sophistiquées à l'intérieur de leurs frontières».

«On a découvert des infrastructures routières importantes comme des autoroutes, de l'agriculture industrielle, et même des villes entières à l'intérieur de zones qui étaient censées être consacrées à la protection de la nature», rapporte un autre coauteur, Kendall Jones, chercheur à l'Université Queensland, en Australie.

Au total, plus de 90 % des zones protégées dans le monde, telles que réserves et parcs naturels, sont soumises à des «activités humaines néfastes».

Pour stopper les dommages, les chercheurs appellent les États à dégager les fonds nécessaires à la protection de la biodiversité dans leurs frontières.

Les cas de réussites existent. James Watson cite ainsi le sanctuaire de Keo Seima au Cambodge, le parc national Madidi en Bolivie, ainsi que la réserve de biosphère de Yasuni, en Équateur.

Une pub contre l'huile de palme critiquée par un acteur majeur du secteur
Contre la sécheresse, Le Cap devrait déraciner les arbres non indigènes
Une carte postale géante de 125 000 messages pour le climat
Nouvelle norme pour l'huile de palme durable
Réchauffement climatique : moitié moins de neige dans les Pyrénées d'ici 2050
Gironde: une piste cyclable photoluminescente inaugurée à Pessac
L'Espagne veut interdire la vente de véhicules essence et diesel dès 2040
Rien ne se perd: en Afrique du Sud, de l'urine peut faire des briques
Electricité: fermeture possible des centrales à charbon après 2020
Du cuir aux carburants, l'impact de nos consommations sur la déforestation
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Epidémie de sans-gluten ? La recherche tente d'y voir plus clair
Chine: une carrière reconvertie en hôtel 5 étoiles
Bordeaux : a-t-on enfin localisé le corps disparu de Montaigne ?
Une pub contre l'huile de palme critiquée par un acteur majeur du secteur
Contre la sécheresse, Le Cap devrait déraciner les arbres non indigènes
 LES PLUS LUS 
Puces Intel: des chercheurs découvrent une faille de sécurité
Comment limiter le temps d'exposition aux écrans des enfants ?
Des tombes de l'époque romaine découvertes dans un village palestinien
Le binge drinking peut augmenter le risque de maladies cardiovasculaires
Au coeur de l'Amazonie, vivre dans la plus grande jungle du monde
Le plus vieux fromage jamais trouvé aurait été déterré en Égypte
La mortalité par AVC évolue inégalement en Europe
En Bosnie, des cheveux sur mesure et gratuits pour les enfants cancéreux
Le génome complet du blé tendre séquencé pour la première fois
Mars à son plus près de la Terre en 15 ans
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2018 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.039 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.