ACCUEIL | FLUX RSS
Samedi 23 Juin 2018

SCIENCE - Publié le 23/05/2018 à 13:21


Pourquoi les oiseaux n'ont-ils plus de dents ? Une nouvelle piste



Pourquoi les oiseaux, qui descendent des dinosaures, ont-ils perdu leurs dents au cours de l'évolution ? Peut-être pour permettre à leurs oeufs d'éclore plus rapidement et d'avoir de meilleures chances de survie, selon une étude publiée mercredi.

Les oiseaux modernes sont dotés d'un bec sans dent comme l'étaient aussi certains dinosaures du Mésozoïque (-251 millions d'années à -65 millions d'années).

Plusieurs hypothèses ont déjà été émises pour expliquer le bec des oiseaux. Pour certains chercheurs, la disparition des dents a permis d'alléger le poids de la tête et de faciliter le vol actif des oiseaux.

Mais cela n'explique pas pourquoi certains dinosaures carnivores du Mésozoïque incapables de voler n'avaient pas de dents, mais un bec, objectent des chercheurs de l'Université de Bonn dans une étude parue dans Biology Letters (Royal Society).

La thèse la plus couramment admise pour la disparition des dents est celle d'un changement de régime alimentaire chez les oiseaux. Leur bec leur aurait permis de saisir plus facilement certains types de nourriture comme les graines.

Cela aurait facilité leur survie lors de la grande extinction des espèces il y a quelque 65 millions d'années, provoquée notamment par la chute d'un astéroïde géant qui a bouleversé le climat de la planète.

Les chercheurs de l'Université de Bonn avancent mercredi une nouvelle hypothèse liée à la stratégie de reproduction des dinosaures aviaires et à la durée d'incubation des oeufs.

Ils s'appuient sur une recherche récente de paléontologues américains qui a mis en évidence la lente incubation des oeufs de dinosaures. Elle aurait été de plusieurs mois, comme celles des reptiles primitifs, alors que cette durée est nettement plus courte chez les oiseaux modernes (allant d'une dizaine de jours à quelques semaines).

La faute aux dents: leur développement chez les dinosaures prenait environ 60 % du temps de l'incubation. Du coup, l'embryon devait en quelque sorte «attendre dans l'oeuf» que la fabrication des dents soit terminée, soulignent les chercheurs Tzu-Ruei Yang et Martin Sander.

Or, les oeufs sont des proies de choix pour les prédateurs, d'autant plus que la plupart des dinosaures se contentaient de les enterrer et ne s'en occupaient pas.

De ce fait une période d'incubation réduite, permettant une éclosion plus rapide, a offert «un important avantage» évolutif.

«Nous suggérons que la sélection naturelle en faveur d'une disparition des dents est un effet secondaire de la sélection en faveur d'une croissance plus rapide de l'embryon et donc d'une durée d'incubation plus courte», écrivent-ils.

Cette observation permet également d'expliquer la perte des dents et la présence d'un bec chez certains dinosaures non aviaires, soulignent les chercheurs.

Au Pérou, un site précolombien révèle des peintures millénaires
Le T-Rex ne pouvait pas tirer sa langue
La plus petite maison du monde repousse les limites de l'extrêmement petit
À la recherche de l'ADN du monstre du Loch Ness
Colombie: la paix dévoile des merveilles d'art rupestre cachées dans la jungle
L'accélérateur de particules du Cern entame sa mue pour multiplier les collisions
Découverte d'un nouveau site de sacrifice rituel d'enfants au Pérou
Les sciences participatives ont maintenant leur site web
Des fossiles de tétrapodes en Afrique du Sud remettent en cause la théorie des tropiques
Des empreintes d'animaux vieilles de 541 millions d'années découvertes en Chine
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Les moins de 5 ans premières victimes des brûlures
Le son du robinet qui fuit décodé par des chercheurs
Au Pérou, un site précolombien révèle des peintures millénaires
Mort d'une adolescente en état végétatif après l'arrêt des soins
Ecosse: les 5 habitants d'Ulva fêtent l'achat de leur île
 LES PLUS LUS 
Les scientifiques américains transfèrent la mémoire d'un escargot à l'autre en transplantant de l'ARN
A la recherche de l'origine des Incas, grâce à la génétique
Pologne: Première naissance en captivité d'un couscous, marsupial indonésien
Découverte d'un nouveau site de sacrifice rituel d'enfants au Pérou
Avec le réchauffement climatique, les légumes vont devenir plus rares
Voici Norman, l'intelligence artificielle psychopathe
Un château en Corrèze pour un peu plus de 11 euros et la bonne cause
Dans le sud du Maroc, les météorites suscitent les convoitises
Le musée des égouts de Paris fait peau neuve
Au Chili, un vent de liberté sexuelle fait exploser les cas de VIH
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2018 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.033 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.