ACCUEIL | FLUX RSS
Mercredi 17 Juillet 2019

SCIENCE - Publié le 23/05/2018 à 13:27


A la recherche de l'origine des Incas, grâce à la génétique



Quelque 200 Péruviens et Boliviens détiennent en eux la clé des origines des Incas: c'est l'intuition de chercheurs du Pérou, du Brésil et de Bolivie qui veulent retracer l'histoire de ce peuple grâce à la génétique.

L'objectif de cette première "étude génétique sur la famille impériale inca"? Vérifier s'il existe ou non un seul patriarche commun à l'origine de cette civilisation, expliquent à l'AFP les chercheurs péruviens Ricardo Fujita et José Sandoval, de l'Université San Martin de Porres.

"Notre travail, c'est comme faire un test de paternité. Pas entre père et fils mais entre des peuples", souligne Ricardo Fujita.

Pour cela, les chercheurs ont effectué des prélèvements ADN sur 12 familles de la région de Cuzco "car il y a un contexte historique de généalogie, il existe des documents indiquant que depuis 1570 ces familles sont de la lignée des Incas", précise-t-il.

L'idée est notamment de démêler les deux légendes souvent rapportées pour expliquer la naissance du peuple inca: l'une l'attribue au couple formé par Manco Capac et Mama Ocllo, sorti du lac Titicaca, dans la région de Puno, où l'on parle l'aymara; l'autre identifie comme premiers incas les frères Ayar, descendus de la montagne de Pacaritambo dans la région de Cuzco, où l'on parle le quechua.

Des prélèvements ADN ont donc aussi été réalisés chez des habitants du lac Titicaca et du mont Pacaritambo.

"Nous les avons comparés avec notre base généalogique de plus de 3.000 personnes pour reconstruire l'arbre généalogique de tous les individus", indique M. Fujita. "Au final, nous avons réduit cette base à près de 200 personnes partageant des similitudes génétiques proches de la noblesse inca".

A partir de la capitale Cuzco, l'Inca (qui signifie roi en quechua) contrôlait un empire de 2 millions de km2, Tahuantinsuyo, qui s'étendait de l'ouest de l'Argentine, jusqu'au sud de l'actuelle Colombie. Il a régné pendant deux siècles, jusqu'à l'invasion espagnole en 1532.

- Deux lignées -

Après avoir fasciné par sa culture, son organisation ou encore sa maîtrise de l'ingénierie, c'est désormais par le profil génétique de ses descendants que ce peuple intéresse les scientifiques.

L'étude, démarrée il y a trois ans, a donné ses premiers résultats en avril, publiés par la revue spécialisée Molecular Genetics and Genomics: en comparant l'ADN de plus de 3.000 habitants du Pérou, de Bolivie et d'Equateur, ils ont déjà réussi à prouver que les deux légendes autour de la naissance du peuple inca sont sans doute liées.

"La conclusion à laquelle nous sommes parvenus est que la noblesse du Tahuantinsuyo descend de deux lignées, l'une dans la région du lac Titicaca, l'autre vers la montagne de Pacaritambo. Cela confirme les légendes fondatrices, qui pourraient n'être qu'une", explique José Sandoval.

Car, "probablement, de la région de Puno est partie une première migration, qui s'est établie à Pacaritambo pour quelques décennies avant de se dirigée à Cuzco et de fonder le Tahuantinsuyo".

Sur les 200 habitants identifiés comme descendants de la noblesse inca, 18 personnes, réparties entre le sud de la région de Cuzco, celle de Puno et le nord de la Bolivie, affichent un patrimoine génétique étroitement lié.

"Cela nous montre que les ancêtres des Incas sont venus du lac Titicaca et ont fait escale à Pacaritambo", souligne M. Fujita.

Mais le travail des chercheurs ne s'arrête pas là: désormais, il s'agit de déterminer avec exactitude l'origine de ce peuple.

Pour cela, il est nécessaire de prendre de l'ADN de vestiges comme des momies, répertoriées dans des récits ou des documents officiels comme fils ou petits-fils d'incas, pour former le panorama le plus complet de l'origine de la civilisation préhispanique la plus importante", indique M. Fujita.

La tâche promet d'être compliquée car les conquistadors espagnols, à leur arrivée en 1532, ont imposé la destruction de nombreuses momies incas. Les scientifiques cherchent donc où ont été enterrées leurs descendants les plus directs, pour remonter le fil de l'histoire.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Égypte: ouverture au public de deux nouvelles pyramides
Le plus vieil Homo sapiens non africain a été retrouvé
Envie de musarder utile cet été ? Faites des sciences participatives
Une tête de Toutankhamon vendue à Londres malgré la colère de l'Égypte
2014, année charnière en Antarctique... mais on ignore pourquoi
Une gigantesque tête de loup vieille de 32.000 ans découverte en Sibérie
Les plus vieilles traces d'usage de cannabis découvertes en Asie centrale
Les poissons aussi ont des chagrins d'amour
Des gravures d'animaux datant de 12.000 ans découvertes à Angoulême
En Bolivie, ces tours funéraires pré-inca qui ont survécu au passage du temps
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Le cerveau connecté de Neuralink testé dès l'an prochain, selon Musk
Australie : des plongeurs au secours d'une raie manta
Quand une mère orang-outan veut mettre les voiles, elle se gratte
Une solution contre la fonte de l'Antarctique ouest? Des canons à neige
Les Vikings ont rasé les forêts, l'Islande reboise à tout-va
 LES PLUS LUS 
Planète: la seule issue se trouve sous terre, selon certains experts
Une nouvelle espèce humaine découverte aux Philippines
Google ouvre son premier laboratoire d'intelligence artificielle en Afrique
A Cuba, les abeilles butinent heureuses et leur miel ravit l'Europe
Comment nettoyer l'espace des vieux satellites et débris spatiaux
La Lune dans cinq ans ? La NASA entretient le mystère
Les rideaux d'hôpitaux sont des nids à bactéries
L'activité physique pourrait aider à guérir d'une lésion de la moelle épinière
Un régime riche en viande accroît le risque de mortalité
Infarctus ne rime pas nécessairement avec arrêt maladie prolongé
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.056 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.