ACCUEIL | FLUX RSS
Jeudi 18 Octobre 2018

SCIENCE - Publié le 23/05/2018 à 13:27


A la recherche de l'origine des Incas, grâce à la génétique



Quelque 200 Péruviens et Boliviens détiennent en eux la clé des origines des Incas: c'est l'intuition de chercheurs du Pérou, du Brésil et de Bolivie qui veulent retracer l'histoire de ce peuple grâce à la génétique.

L'objectif de cette première "étude génétique sur la famille impériale inca"? Vérifier s'il existe ou non un seul patriarche commun à l'origine de cette civilisation, expliquent à l'AFP les chercheurs péruviens Ricardo Fujita et José Sandoval, de l'Université San Martin de Porres.

"Notre travail, c'est comme faire un test de paternité. Pas entre père et fils mais entre des peuples", souligne Ricardo Fujita.

Pour cela, les chercheurs ont effectué des prélèvements ADN sur 12 familles de la région de Cuzco "car il y a un contexte historique de généalogie, il existe des documents indiquant que depuis 1570 ces familles sont de la lignée des Incas", précise-t-il.

L'idée est notamment de démêler les deux légendes souvent rapportées pour expliquer la naissance du peuple inca: l'une l'attribue au couple formé par Manco Capac et Mama Ocllo, sorti du lac Titicaca, dans la région de Puno, où l'on parle l'aymara; l'autre identifie comme premiers incas les frères Ayar, descendus de la montagne de Pacaritambo dans la région de Cuzco, où l'on parle le quechua.

Des prélèvements ADN ont donc aussi été réalisés chez des habitants du lac Titicaca et du mont Pacaritambo.

"Nous les avons comparés avec notre base généalogique de plus de 3.000 personnes pour reconstruire l'arbre généalogique de tous les individus", indique M. Fujita. "Au final, nous avons réduit cette base à près de 200 personnes partageant des similitudes génétiques proches de la noblesse inca".

A partir de la capitale Cuzco, l'Inca (qui signifie roi en quechua) contrôlait un empire de 2 millions de km2, Tahuantinsuyo, qui s'étendait de l'ouest de l'Argentine, jusqu'au sud de l'actuelle Colombie. Il a régné pendant deux siècles, jusqu'à l'invasion espagnole en 1532.

- Deux lignées -

Après avoir fasciné par sa culture, son organisation ou encore sa maîtrise de l'ingénierie, c'est désormais par le profil génétique de ses descendants que ce peuple intéresse les scientifiques.

L'étude, démarrée il y a trois ans, a donné ses premiers résultats en avril, publiés par la revue spécialisée Molecular Genetics and Genomics: en comparant l'ADN de plus de 3.000 habitants du Pérou, de Bolivie et d'Equateur, ils ont déjà réussi à prouver que les deux légendes autour de la naissance du peuple inca sont sans doute liées.

"La conclusion à laquelle nous sommes parvenus est que la noblesse du Tahuantinsuyo descend de deux lignées, l'une dans la région du lac Titicaca, l'autre vers la montagne de Pacaritambo. Cela confirme les légendes fondatrices, qui pourraient n'être qu'une", explique José Sandoval.

Car, "probablement, de la région de Puno est partie une première migration, qui s'est établie à Pacaritambo pour quelques décennies avant de se dirigée à Cuzco et de fonder le Tahuantinsuyo".

Sur les 200 habitants identifiés comme descendants de la noblesse inca, 18 personnes, réparties entre le sud de la région de Cuzco, celle de Puno et le nord de la Bolivie, affichent un patrimoine génétique étroitement lié.

"Cela nous montre que les ancêtres des Incas sont venus du lac Titicaca et ont fait escale à Pacaritambo", souligne M. Fujita.

Mais le travail des chercheurs ne s'arrête pas là: désormais, il s'agit de déterminer avec exactitude l'origine de ce peuple.

Pour cela, il est nécessaire de prendre de l'ADN de vestiges comme des momies, répertoriées dans des récits ou des documents officiels comme fils ou petits-fils d'incas, pour former le panorama le plus complet de l'origine de la civilisation préhispanique la plus importante", indique M. Fujita.

La tâche promet d'être compliquée car les conquistadors espagnols, à leur arrivée en 1532, ont imposé la destruction de nombreuses momies incas. Les scientifiques cherchent donc où ont été enterrées leurs descendants les plus directs, pour remonter le fil de l'histoire.

Découverte rare de traces d'un bateau viking en Norvège
L'évolution des buveurs de lait
Kilo: le grand K bientôt déboulonné de son piédestal
Le prix Nobel de physique à trois pionniers des lasers
Un scientifique émet des propos sexistes lors d'un atelier du CERN
Une tiquothèque pour connaître l'insecte suceur de sang
Le Titan de Vorombe remporte le titre de plus gros oiseau du monde
Kilo, ampère, kelvin... Petite révolution à venir dans les unités de mesure
Des tests ADN pour mieux traquer les trafiquants d'ivoire
Il y a 50 ans, le sauvetage des temples égyptiens d'Abou Simbel
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Une très rare maladie infantile paralysante inquiète les autorités aux Etats-Unis
La lumière bleue de nos écrans, nouvelle cible de la cosmétique
Un jackpot à 900 millions de dollars à la loterie américaine
En Birmanie, un temple bouddhiste transformé en havre pour pythons
Les émissions liées à l'énergie devraient encore croître en 2018
 LES PLUS LUS 
Kenya: huit rhinocéros morts après avoir été changés de parc
Puces Intel: des chercheurs découvrent une faille de sécurité
Comment limiter le temps d'exposition aux écrans des enfants ?
Des tombes de l'époque romaine découvertes dans un village palestinien
Le binge drinking peut augmenter le risque de maladies cardiovasculaires
Au coeur de l'Amazonie, vivre dans la plus grande jungle du monde
Le plus vieux fromage jamais trouvé aurait été déterré en Égypte
La mortalité par AVC évolue inégalement en Europe
En Bosnie, des cheveux sur mesure et gratuits pour les enfants cancéreux
Le génome complet du blé tendre séquencé pour la première fois
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2018 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.074 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.