ACCUEIL | FLUX RSS
Mardi 25 Juin 2019

PLANETE - Publié le 25/05/2018 à 22:11


Climat: moins de neige et la belette blanche devient une cible



"Camouflage discordant"... Les belettes à fourrure blanche qui batifolaient jadis incognito dans les champs couverts de neige sont désormais la cible des prédateurs en raison du réchauffement climatique, selon une étude publiée jeudi.

La population d'une sous-espèce de la belette d'Europe (Mustela nivalis nivalis) vivant dans la forêt polonaise de Bialowieza a ainsi décliné de façon importante, le changement climatique réduisant de moitié le nombre de jours où le sol est couvert de neige, explique cette étude parue dans la revue Scientific Reports.

La neige dans les régions en altitude disparaît près d'un mois plus tôt qu'il y a 50 ans, et bien avant que la fourrure de l'animal longiligne ne reprenne sa couleur brun-roux ressemblant à la terre, l'exposant alors à la vue des renards, des rapaces, des loups et d'autres prédateurs.

"Le changement climatique va fortement influencer la mortalité de la Mustela nivalis en raison d'un camouflage discordant prolongé", expliquent les chercheurs dirigés par Kamal Atmeh, de l'université de Bordeaux.

Conserver le pelage blanc qui lui permettait de traverser un champ enneigé sans être repérée fait d'elle une cible quand la neige a fondu et "pourrait conduire à l'extinction au niveau local" de cette sous-espèce blanche en hiver, poursuivent-ils.

La belette, originaire du Canada et d'Eurasie, a été introduite dans d'autres parties du monde, par accident ou pour lutter contre des espèces considérées comme nuisibles.

L'animal bas sur pattes se nourrit en effet de petits rongeurs, en particulier de souris, ou de jeunes lapins.

Seule la sous-espèce Mustela nivalis a évolué, dans les régions enneigées, en changeant la couleur de sa fourrure en hiver qui perd ensuite sa blancheur immaculée quand le printemps arrive.

Mais le processus d'évolution qui a conduit à cette adaptation a pris des milliers, voire des dizaines de milliers d'années, et ne peut pas être inversé en quelques décennies, soulignent les chercheurs.

Si cette sous-espèce "n'est pas capable de répondre au changement climatique en modifiant sa période de mue, elle va soit disparaître localement soit se déplacer", prédisent-ils.

Une de ses cousines, Mustela nivalis vulgaris au pelage brun pourrait alors prendre sa place.

Pour vérifier leur hypothèse sur la nouvelle vulnérabilité de la belette blanche au début du printemps, les chercheurs ont placé de faux animaux dans différents endroits.

Le résultat est sans appel, selon eux: "le camouflage est le facteur le plus important lié à la détection par un prédateur".

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Une nouvelle revue pour les adeptes de la collapsologie
Une épidémie menace un perroquet en danger d'extinction
Bonheur et Harmonie : deux pandas prometteurs pour la survie de l'espèce
L'océan, un poumon de la planète au coeur des enjeux climatiques
Attention aux montagnes de promesses du bio, prévient 60 Millions de consommateurs
L'Inde suffoque sous la chaleur, jusqu'à 50°C
Europol: sauvetage de milliers de reptiles destinés à finir en sac à main
À New Delhi, une montagne de déchets haute comme le Taj Mahal
Les chimpanzés ne survivent plus que dans des ghettos forestiers
Encore loin du zéro déchet, les Sénégalais mènent la lutte contre les ordures
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Le CBD pourrait devenir une arme puissante contre l'antibiorésistance
Un traitement pour soigner l'hypertension pourrait protéger de la maladie d'Alzheimer
Une nouvelle revue pour les adeptes de la collapsologie
Un tour d'évasion tourne au drame: le corps du magicien retrouvé dans le Gange
Des chercheurs dissèquent le regard attendrissant du chien
 LES PLUS LUS 
Planète: la seule issue se trouve sous terre, selon certains experts
Une nouvelle espèce humaine découverte aux Philippines
Google ouvre son premier laboratoire d'intelligence artificielle en Afrique
A Cuba, les abeilles butinent heureuses et leur miel ravit l'Europe
Comment nettoyer l'espace des vieux satellites et débris spatiaux
Les rideaux d'hôpitaux sont des nids à bactéries
La Lune dans cinq ans ? La NASA entretient le mystère
L'activité physique pourrait aider à guérir d'une lésion de la moelle épinière
Un régime riche en viande accroît le risque de mortalité
Infarctus ne rime pas nécessairement avec arrêt maladie prolongé
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.064 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.