ACCUEIL | FLUX RSS
Mercredi 17 Juillet 2019

CIEL&ESPACE - Publié le 06/06/2018 à 15:12


La NASA veut faire appel à des entreprises privées pour gérer la Station spatiale



La NASA est en discussion avec plusieurs entreprises privées pour la gestion au quotidien de la Station spatiale internationale (ISS) dans les années à venir, a expliqué l'administrateur de l'agence spatiale américaine Jim Bridenstine.

"Nous sommes maintenant à un stade où il y a des gens en dehors (de la NASA) qui peuvent assurer la gestion commerciale de la Station spatiale internationale", a déclaré mardi M. Bridenstine au quotidien Washington Post, qui a pris la tête de la NASA en avril.

"J'ai eu des discussions avec de nombreuses grandes entreprises qui seraient prêtes à s'impliquer à travers un consortium", a-t-il ajouté, mais sans donner plus de précisions sur les entreprises auxquelles il a parlé.

La Maison Blanche avait indiqué plus tôt cette année qu'elle avait l'intention d'arrêter d'ici 2025 le financement direct de l'avant-poste orbital construit en étroite collaboration avec les Russes, onze pays européens mais aussi les Japonais et les Canadiens.

Les Etats-Unis investissent entre 3 et 4 milliards de dollars par an dans l'ISS, qui a coûté environ 100 milliards de dollars à assembler et qui est habité sans interruption depuis 2000.

Ted Cruz, sénateur républicain du Texas --où l'industrie spatiale est florissante-- avait vertement critiqué l'annonce de la Maison Blanche estimant que "quand vous êtes un conservateur en matière budgétaire vous savez que l'une des choses les plus idiotes que l'on puisse faire c'est d'annuler un programme après des milliards en investissements et quand il reste toujours une durée de vie utile".

Selon les experts, le caractère international de l'avant-poste orbital dont le fonctionnement repose sur une étroite collaboration entre de nombreux partenaires y compris d'agences fédérales américaines pourraient rendre compliqués un éventuel plan de privatisation.

Pour l'heure la NASA a un contrat avec le géant aéronautique et spatial Boeing, pour gérer l'ISS.

Mark Mulqueen, le responsable de la gestion de l'ISS chez Boeing, s'est montré lui aussi sceptique.

"Donner les clés d'une rare structure nationale à des entreprises commerciales avant que le secteur privé ne soit prêt pourrait avoir des conséquences désastreuses pour le leadership américain dans l'espace et pour les chances de bâtir un secteur spatial privé", a-t-il déclaré en février.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


À 82 ans, Sue Finley, codeuse à la NASA, vise toujours les étoiles
Objectif Lune pour une sonde indienne
La machine qui a aidé les hommes à arriver sur la Lune
Des centaines d'objets archéologiques sur la Lune: faut-il les protéger?
Un drone sur Titan en 2034, la mission d'une vie
Test réussi par la Nasa de l'interruption d'urgence du lancement d'astronautes
Spectaculaire éclipse totale de soleil au-dessus du Chili
Les mystérieuses flatuosités de méthane de Mars
Découverte de l'origine très, très lointaine d'un sursaut radio rapide
La NASA va envoyer un drone sur Titan, plus grande lune de Saturne
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Le cerveau connecté de Neuralink testé dès l'an prochain, selon Musk
Australie : des plongeurs au secours d'une raie manta
Quand une mère orang-outan veut mettre les voiles, elle se gratte
Une solution contre la fonte de l'Antarctique ouest? Des canons à neige
Les Vikings ont rasé les forêts, l'Islande reboise à tout-va
 LES PLUS LUS 
Planète: la seule issue se trouve sous terre, selon certains experts
Une nouvelle espèce humaine découverte aux Philippines
Google ouvre son premier laboratoire d'intelligence artificielle en Afrique
A Cuba, les abeilles butinent heureuses et leur miel ravit l'Europe
Comment nettoyer l'espace des vieux satellites et débris spatiaux
La Lune dans cinq ans ? La NASA entretient le mystère
Les rideaux d'hôpitaux sont des nids à bactéries
L'activité physique pourrait aider à guérir d'une lésion de la moelle épinière
Un régime riche en viande accroît le risque de mortalité
Infarctus ne rime pas nécessairement avec arrêt maladie prolongé
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.069 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.