ACCUEIL | FLUX RSS
Lundi 20 Mai 2019

SANTE - Publié le 08/06/2018 à 14:39


Un test sanguin pour prédire une naissance prématurée



Des chercheurs américains et danois ont annoncé jeudi avoir mis au point un test sanguin peu coûteux qui permet de prédire à 80% si une femme enceinte donnera naissance à un bébé prématuré, selon une étude.

Bien que d'autres recherches soient nécessaires avant que le test ne soit prêt à être utilisé à grande échelle, les experts affirment qu'il a le potentiel de réduire le nombre de décès et de complications dus aux 15 millions de naissances prématurées par an dans le monde entier.

Le test peut également être utilisé pour estimer la date d'accouchement de la mère «de manière aussi fiable et moins coûteuse que l'échographie», indique le rapport paru dans la revue Science.

Le test mesure l'activité des gènes maternels, placentaires et foetaux, évaluant les niveaux d'ARN sans cellules, qui sont des molécules messagères qui transportent les instructions génétiques du corps.

«Nous avons constaté qu'une poignée de gènes sont très prédictifs concernant des femmes à risque pour un accouchement prématuré», a déclaré Mads Melbye, coauteur principal, professeur invité à l'Université de Stanford et PDG du Statens Serum Institut à Copenhague.

«J'ai passé beaucoup de temps au fil des ans à travailler pour comprendre l'accouchement prématuré. C'est le premier progrès scientifique réel et significatif sur ce problème depuis longtemps», a-t-il estimé.

Un autre chercheur dans cette étude est Stephen Quake, professeur de bio-ingénierie et de physique appliquée à l'Université de Stanford, ancien dirigeant d'une équipe qui a créé un test sanguin pour le syndrome de Down en 2008, aujourd'hui utilisé par plus de trois millions de femmes enceintes par an.

Définie comme un bébé arrivant au moins trois semaines à l'avance, la naissance prématurée touche 9% des naissances aux États-Unis et est la première cause de décès avant l'âge de cinq ans chez les enfants du monde entier.

Jusqu'à présent, certains tests de prédiction des naissances prématurées étaient disponibles, mais ils avaient tendance à ne fonctionner que chez les femmes à haut risque et n'étaient précis qu'à environ 20%, selon le rapport.

Pour mettre au point le test, les chercheurs ont examiné des échantillons de sang de 31 femmes danoises afin d'identifier les gènes qui donnent des signaux fiables sur l'âge gestationnel et le risque de prématurité.

Quand le test arrivera sur le marché, les chercheurs assurent qu'il sera probablement assez simple d'utilisation et peu coûteux pour être utilisé dans les régions pauvres du monde.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Les familles au niveau socio-économique élevé seraient davantage exposées aux substances chimiques
La capacité à détecter l'odeur de café pourrait aider à lutter contre l'addiction au tabac ou au cannabis
Orthorexie : une étude canadienne évalue les comportements à risque
Boire deux tasses de café par jour permettrait de vivre plus longtemps
La paternité tardive comporte des risques pour la mère et l'enfant à naître
Un sommeil de bonne qualité et un moral d'acier préservent la mémoire à court terme
Une étude chinoise établit un lien entre le diabète de type 2 et des risques élevés de cancers
Les élèves victimes de harcèlement scolaire seraient de plus gros consommateurs d'analgésiques
Des scientifiques développent un algorithme pour détecter l'anxiété chez les jeunes enfants
Un outil pour détecter la présence de bactéries en quelques minutes
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Mayotte: naissance d'un nouveau volcan sous-marin à l'origine des séismes
Voir le trou noir fut comme reconstituer une chanson jouée sur un piano cassé, dit Katie Bouman
SpaceX reporte encore son premier lancement de satellites internet
Embrasse ta vache, le défi qui ne fait pas rire l'Autriche
La Chine à la recherche du manteau lunaire
 LES PLUS LUS 
Le KitKat au thé matcha débarque en Europe
A Cuba, les abeilles butinent heureuses et leur miel ravit l'Europe
Une nouvelle espèce humaine découverte aux Philippines
Comment nettoyer l'espace des vieux satellites et débris spatiaux
Les rideaux d'hôpitaux sont des nids à bactéries
La Lune dans cinq ans ? La NASA entretient le mystère
Déforestation en Indonésie: plus de 1,3 milliard en amendes impayées
La NASA presse sur l'accélérateur pour un retour sur la Lune
L'activité physique pourrait aider à guérir d'une lésion de la moelle épinière
Google ouvre son premier laboratoire d'intelligence artificielle en Afrique
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.033 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.