ACCUEIL | FLUX RSS
Jeudi 25 Avril 2019

PLANETE - Publié le 18/06/2018 à 19:53


New York se met à la glace carbonique pour combattre les rats



Un museau et deux petits yeux noirs surgissent du trou, trop tard : un pied les recouvre déjà, et l'orifice va être bientôt rempli de glace carbonique, synonyme de mort certaine pour ce rat et nouvelle arme fatale des services sanitaires new-yorkais.

L'équipe de Rick Simeone, directeur du service antiparasitaire de New York, est à pied d'oeuvre dans le parc Sara D. Roosevelt, situé dans le Lower East Side, l'un des plus anciens quartiers de Manhattan.

La veille, ils ont passé plus de trois heures à repérer toutes les entrées de terriers, 67 au total. Selon le mode de calcul généralement utilisé, ils pourraient être plus de 250 « rattus norvegicus », leur nom scientifique, à résider ici.

Terrier par terrier, l'équipe dépose, dans chaque trou, plusieurs petites pelletées de ce qui ressemble à des glaçons. Il s'agit de glace carbonique, du gaz carbonique refroidi, sous forme solide.

À température ambiante, le dioxyde de carbone va reprendre forme gazeuse et asphyxier les rats, qui le plus souvent dorment à cette heure de la journée. En moyenne, 90 à 100 % des rongeurs sont exterminés.

« C'est une révolution pour les parcs et les espaces verts », affirme M. Simeone, dont le service, qui comprend environ 160 personnes, dépend du département municipal de la santé. « On entend toujours que les rats gagnent la bataille. Mais ceci change la donne. »

Présents à New York depuis le milieu du XVIIIe siècle, les rats, responsables de la transmission de nombreuses maladies, seraient environ deux millions dans la capitale financière américaine, selon une étude publiée en 2014 par un doctorant de l'université Columbia.

On en voit souvent dans la rue ou dans le métro. Une vidéo célèbre postée sur YouTube en 2015 en montrait même un traînant une tranche de pizza dans les escaliers du métro.

Leur durée de vie moyenne est d'environ 6 à 7 mois seulement dans la cité portuaire, mais une femelle peut mettre au monde jusqu'à 100 petits par an.

« Sans cruauté »

John Stellberger est le premier à avoir utilisé la glace carbonique contre les rats aux États-Unis, en 2012, sur une idée d'un de ses employés.

Patron d'EHS Pest Control, une société antiparasitaire, Stellberger raconte en avoir parlé aux services sanitaires de Boston. En 2016, ces derniers tentent l'expérience, immédiatement concluante.

Le recours à la glace carbonique est néanmoins suspendu quelques mois plus tard dans l'attente d'une homologation par l'Agence américaine de protection de l'environnement (EPA), obtenue en juin 2017.

Début 2018, après plusieurs mois de tests, New York a officiellement adopté cette technique anti-rats, rejoignant Boston, Chicago et Washington.

La glace carbonique n'est utilisée qu'en milieu ouvert, dans les parcs et espaces verts, explique Rick Simeone, car ce serait trop complexe d'identifier des tunnels dans les rues et en milieu résidentiel, où le béton est omniprésent.

Outre son efficacité, elle ne présente aucun risque pour la faune des parcs et jardins publics, contrairement au poison, qui était seul utilisé jusqu'ici.

La méthode, au coût équivalent à celui du poison, correspond aussi à l'ère du temps, explique Stellberger : beaucoup de ses clients lui demandent aujourd'hui de « se débarrasser de ces animaux sans cruauté ».

« Les rats s'endorment, en quelque sorte », avant de mourir asphyxiés, explique Simeone.

32 millions de dollars

Mais la glace carbonique ne résoudra pas, à elle seule, le problème des rats à New York, prévient Simeone, comme le spécialiste mondial de la lutte contre les rats, Robert Corrigan.

En juillet dernier, le maire de New York, Bill de Blasio, a présenté un plan de grande ampleur, axé sur les trois quartiers les plus infestés de la ville, et doté de 32 millions de dollars.

Il n'a pas mis en avant la glace carbonique, mais l'accès à la nourriture, le coeur du problème des rats, qui ont besoin d'environ 80 grammes de nourriture par jour pour survivre.

Poubelles intelligentes, conteneurs fermés, augmentation de la fréquence de ramassage des ordures, collaboration entre les différents services de la ville, ce programme veut en finir avec le garde-manger permanent que constituent les trottoirs new-yorkais.

Robert Corrigan, qui a travaillé avec la municipalité durant 12 ans, se félicite que la ville ait enfin choisi d'aborder la question de façon scientifique plutôt qu'empirique.

« Quand je vois beaucoup de rats dans un quartier, plutôt que de chercher où mettre le poison, je demande : qui nourrit ces rats ? », dit-il, pour illustrer ce changement de philosophie.

« Vous éliminez les poubelles », abonde Rick Simeone, « et vous n'avez même plus besoin de poison. »

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Repérer les déchets plastiques marins par satellite
Le plus gros perroquet du monde profite du réchauffement climatique
A Cuba, les abeilles butinent heureuses et leur miel ravit l'Europe
Des résidus radioactifs dans les glaciers
Fourrure: la Norvège va interdire les élevages d'ici 2025
Dans l'est du Tchad, une eau rare livrée par des colporteurs
Ecologique et esthétique, la renaissance de la pierre sèche
Tri des déchets: le gouvernement pointe du doigt des fast-foods en retard
Thaïlande: replanter la mangrove contre l'érosion et pour sauver un temple
L'Italie propose d'interdire l'abattage des loups
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Repérer les déchets plastiques marins par satellite
Un incident sur la capsule de SpaceX pourrait retarder son premier vol habité
Y-a-t-il une heure idéale pour faire de l'exercice ?
Sclérose en plaques : une molécule synthétique pourrait améliorer le quotidien des patients
Quels sont les facteurs qui dictent nos principes moraux ?
 LES PLUS LUS 
Les nuits lunaires plus froides que prévu, selon la sonde chinoise
Un dinosaure se défendant avec ses épines découvert en Argentine
Le jour se lève pour des panneaux solaires révolutionnaires
Le petit-déjeuner ne favoriserait pas forcément la perte de poids
Une momie d'Equateur, clé pour savoir comment une grave maladie a atteint l'Europe
Tout un défi de sauver la tombe de Toutankhamon du tourisme de masse
L'image que l'on a de son corps peut dépendre de l'entourage
Le Nord magnétique fonce du Canada vers la Sibérie
Le désert médical, un mal dont souffrent les Français des villes moyennes
Ouganda: saisie d'ivoire et d'écailles de pangolin, deux Vietnamiens arrêtés
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.036 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.