ACCUEIL | FLUX RSS
Vendredi 19 Avril 2019

PLANETE - Publié le 18/06/2018 à 20:01


Egypte: à Menouf, chez les pêcheurs de la mer pharaonique



Entouré de 50 villages, dans la province de Menoufia (80 km au nord du Caire), la "mer pharaonique" est un coin d'eau où les pêcheurs aux méthodes ancestrales s'inquiètent de la baisse du niveau des eaux.

Puisant jadis dans le Nil, à Menouf, cette étendue d'eau du Delta de 10.000 km2 a été séparée du grand fleuve il y a une cinquantaine d'années.

Depuis, les habitants de ces villages l'appellent la "mer morte".

Si elle nourrit toujours une végétation luxuriante ainsi que les pêcheurs qui vivent de ses poissons, les villageois constatent depuis des années une diminution du niveau de l'eau.

Une source d'inquiétude qui alimente les conversations des pêcheurs, qui se réunissent régulièrement en fin de journée.

Dans le village de Kafr Fisha, chaque famille occupe une maisonnette au bord de l'eau.

Comme des dizaines d'autres pêcheurs, Chérif, 41 ans et Khaled, 55 ans, terminent leur journée au coucher du soleil, en sirotant un thé, installés au sol sur un tapis.

Depuis l'aube, ils ont les pieds dans l'eau en quête de poissons. Sur de petites embarcations en bois, ils les attrapent à l'aide de filets et les entassent ensuite dans une cagette blanche en plastique.

Jusqu'au coucher du soleil, Chérif, en jeans et débardeur sous une température qui tourne autour des 40 degrés, prend les poissons accrochés aux filets, un par un, et à la main.

Au bord de l'eau, Khaled prépare la salade baladi (du pays) qui accompagnera le repas. Cuits à même le charbon brûlant, les poissons sont servis grillés.

Reposant sur le Nil perçu jadis comme inépuisable, la raréfaction de l'eau est devenue une importante source d'inquiétude pour les villageois et l'Etat égyptien.

Le Nil, où se concentre la grande majorité de la population égyptienne, est essentiel pour ce pays qui craint pour son approvisionnement en eau depuis la construction par l'Ethiopie d'un grand barrage.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Le plus gros perroquet du monde profite du réchauffement climatique
A Cuba, les abeilles butinent heureuses et leur miel ravit l'Europe
Des résidus radioactifs dans les glaciers
Fourrure: la Norvège va interdire les élevages d'ici 2025
Dans l'est du Tchad, une eau rare livrée par des colporteurs
Ecologique et esthétique, la renaissance de la pierre sèche
Tri des déchets: le gouvernement pointe du doigt des fast-foods en retard
Thaïlande: replanter la mangrove contre l'érosion et pour sauver un temple
L'Italie propose d'interdire l'abattage des loups
L'Indonésie veut fermer l'île de Komodo pour protéger les dragons
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Des archéologues ajoutent l'urine à leur boîte à outils
Argentine: découverte d'un cimetière de dinosaures datant de 220 millions d'années
L'un des plus grands mammifères terrestres découvert au Kenya
Le plus gros perroquet du monde profite du réchauffement climatique
Vivre comme sur Mars? Une base ouvre dans le désert chinois
 LES PLUS LUS 
Les nuits lunaires plus froides que prévu, selon la sonde chinoise
Un dinosaure se défendant avec ses épines découvert en Argentine
Une momie d'Equateur, clé pour savoir comment une grave maladie a atteint l'Europe
Le petit-déjeuner ne favoriserait pas forcément la perte de poids
Le jour se lève pour des panneaux solaires révolutionnaires
L'image que l'on a de son corps peut dépendre de l'entourage
Tout un défi de sauver la tombe de Toutankhamon du tourisme de masse
Le Nord magnétique fonce du Canada vers la Sibérie
Le désert médical, un mal dont souffrent les Français des villes moyennes
Ouganda: saisie d'ivoire et d'écailles de pangolin, deux Vietnamiens arrêtés
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.038 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.