ACCUEIL | FLUX RSS
Vendredi 22 Fevrier 2019

SANTE - Publié le 20/06/2018 à 15:56


L'Ordre des médecins prend ses distances avec l'homéopathie



L'Ordre des médecins a publié mardi une "mise au point" sur l'homéopathie, qu'il a rangée dans les pratiques "non éprouvées" par la science, et qu'il ne reconnaît pas comme spécialité.

"L'utilisation médiatique des termes de 'médecines alternatives et complémentaires', concernant notamment l'homéopathie, entretient une ambiguïté qui est source de confusion", a estimé le Conseil national de l'Ordre, autorité disciplinaire.

Un débat sur l'homéopathie agite la communauté médicale depuis la publication mi-mars dans Le Figaro d'une tribune de 124 médecins contre cette pratique qu'ils rangeaient parmi les "disciplines ésotériques". Ils plaidaient pour l'arrêt du remboursement par la Sécurité sociale, comme chez la plupart des voisins de la France.

Samedi, le quotidien Libération a relancé ce qu'il appelait lui-même une "guéguerre", en publiant un dossier plutôt favorable à l'homéopathie.

Sans prendre position sur la question du remboursement, l'Ordre dit clairement que l'homéopathie ne doit jamais être le premier remède proposé.

"Tout médecin doit exercer la médecine conformément aux données acquises de la science, tant dans l'élaboration du diagnostic que dans la proposition d'un traitement", a-t-il écrit.

"Le Conseil national réaffirme, en conséquence, que la prise en charge médicale d'un patient doit être conforme aux exigences de qualité et de sécurité des soins, voire de leur urgence. Le traitement préconisé par un médecin ne peut, en aucun cas, être alternatif aux données acquises de la science et à l'état de l'art", a-t-il ajouté.

L'Ordre laisse cependant une place à l'homéopathie. Selon lui, un traitement "peut comporter une prescription adjuvante ou complémentaire, médicamenteuse ou autre, que le médecin apprécie en conscience dans chaque situation, après avoir délivré au patient une information loyale, claire et appropriée".

Mais "le code de la santé publique relatif à la déontologie médicale interdit de présenter comme salutaires et sans danger des prises en charge ou des thérapeutiques non éprouvées", rappelle l'Ordre des médecins.

L'homéopathie, inventée en 1796 par le médecin allemand Samuel Hahnemann, consiste à administrer des substances en quantité infinitésimale pour guérir.

La France est le pays du numéro un mondial des préparations homéopathiques, les Laboratoires Boiron. Tout généraliste peut en prescrire, et le pays compte en plus quelque 5.000 médecins homéopathiques, dont la spécialité n'est pas reconnue par l'Ordre.

"Médecin homéopathe, ça n'existe pas", a souligné lors d'une conférence de presse le vice-président de l'Ordre, Jacques Lucas.

L'instance est favorable à la disparition de cette expression des plaques des médecins, souhaitant qu'elles ne mentionnent que des spécialités reconnues. La mention "homéopathie" reste autorisée, en dessous par exemple de "médecin généraliste" ou "médecin cancérologue".

L'Ordre a appelé de ses voeux une évaluation de l'utilité thérapeutique de l'homéopathie par la Haute Autorité de santé, autorité indépendante qui définit les bonnes pratiques de soins.

"S'il n'y a pas de service médical rendu, il appartiendra au ministère de prendre les décisions qui s'imposent", a déclaré M. Lucas.

"J'espère que les universités en tireront les conclusions", a ajouté le président de l'Ordre Patrick Bouet, en évoquant les formations universitaires en homéopathie, non reconnues.

L'intelligence artificielle efficace pour diagnostiquer des maladies pédiatriques
Alcool: un lourd fardeau sanitaire, appel à des mesures plus efficaces
Davantage d'essais cliniques pourront bénéficier d'une autorisation rapide
Tampons et serviettes : toujours des substances indésirables, selon 60 millions de consommateurs
Au Pakistan, la routine de l'avortement, faute de contraception
Maladies chroniques : et si on prescrivait des activités physiques sur ordonnance ?
Le fractionné serait encore plus efficace pour maigrir que l'entraînement continu d'intensité modérée
Le pari du détatouage sans douleur
Les internes de médecine générale font trop d'heures à l’hôpital
L'OMS cible le volume audio des smartphones et MP3
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Une tortue géante que l'on pensait éteinte découverte aux Galapagos
L'intelligence artificielle efficace pour diagnostiquer des maladies pédiatriques
L'Allemagne veut interdire les thérapies de conversion des homosexuels
USA: bientôt d'autres choix que Monsieur et Madame sur les billets d'avion
Une brève anesthésie générale subie pendant l'enfance ne perturberait pas le développement
 LES PLUS LUS 
Beurk ou miam? La différence est plus dans la tête que dans l'assiette
L'empire contre-attaque ou le retour de Microsoft au sommet
Microbiote: à la découverte de notre jardin intérieur
Cuba: l'internet mobile disponible à partir de jeudi
Climat: une ado en colère plaide en faveur des générations futures
Une lettre d'Einstein sur Dieu vendue 2,89 millions de dollars
Attaque sur les petits écrans: le boom des jeux vidéo sur mobile en Afrique
Naissance du premier bébé grâce à une greffe d'utérus d'une donneuse décédée
L'hiver est là, le charbon brûle, les Balkans suffoquent
Premier vol habité à destination de l'ISS depuis le lancement raté
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.028 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.