ACCUEIL | FLUX RSS
Jeudi 18 Octobre 2018

SANTE - Publié le 20/06/2018 à 15:56


L'Ordre des médecins prend ses distances avec l'homéopathie



L'Ordre des médecins a publié mardi une "mise au point" sur l'homéopathie, qu'il a rangée dans les pratiques "non éprouvées" par la science, et qu'il ne reconnaît pas comme spécialité.

"L'utilisation médiatique des termes de 'médecines alternatives et complémentaires', concernant notamment l'homéopathie, entretient une ambiguïté qui est source de confusion", a estimé le Conseil national de l'Ordre, autorité disciplinaire.

Un débat sur l'homéopathie agite la communauté médicale depuis la publication mi-mars dans Le Figaro d'une tribune de 124 médecins contre cette pratique qu'ils rangeaient parmi les "disciplines ésotériques". Ils plaidaient pour l'arrêt du remboursement par la Sécurité sociale, comme chez la plupart des voisins de la France.

Samedi, le quotidien Libération a relancé ce qu'il appelait lui-même une "guéguerre", en publiant un dossier plutôt favorable à l'homéopathie.

Sans prendre position sur la question du remboursement, l'Ordre dit clairement que l'homéopathie ne doit jamais être le premier remède proposé.

"Tout médecin doit exercer la médecine conformément aux données acquises de la science, tant dans l'élaboration du diagnostic que dans la proposition d'un traitement", a-t-il écrit.

"Le Conseil national réaffirme, en conséquence, que la prise en charge médicale d'un patient doit être conforme aux exigences de qualité et de sécurité des soins, voire de leur urgence. Le traitement préconisé par un médecin ne peut, en aucun cas, être alternatif aux données acquises de la science et à l'état de l'art", a-t-il ajouté.

L'Ordre laisse cependant une place à l'homéopathie. Selon lui, un traitement "peut comporter une prescription adjuvante ou complémentaire, médicamenteuse ou autre, que le médecin apprécie en conscience dans chaque situation, après avoir délivré au patient une information loyale, claire et appropriée".

Mais "le code de la santé publique relatif à la déontologie médicale interdit de présenter comme salutaires et sans danger des prises en charge ou des thérapeutiques non éprouvées", rappelle l'Ordre des médecins.

L'homéopathie, inventée en 1796 par le médecin allemand Samuel Hahnemann, consiste à administrer des substances en quantité infinitésimale pour guérir.

La France est le pays du numéro un mondial des préparations homéopathiques, les Laboratoires Boiron. Tout généraliste peut en prescrire, et le pays compte en plus quelque 5.000 médecins homéopathiques, dont la spécialité n'est pas reconnue par l'Ordre.

"Médecin homéopathe, ça n'existe pas", a souligné lors d'une conférence de presse le vice-président de l'Ordre, Jacques Lucas.

L'instance est favorable à la disparition de cette expression des plaques des médecins, souhaitant qu'elles ne mentionnent que des spécialités reconnues. La mention "homéopathie" reste autorisée, en dessous par exemple de "médecin généraliste" ou "médecin cancérologue".

L'Ordre a appelé de ses voeux une évaluation de l'utilité thérapeutique de l'homéopathie par la Haute Autorité de santé, autorité indépendante qui définit les bonnes pratiques de soins.

"S'il n'y a pas de service médical rendu, il appartiendra au ministère de prendre les décisions qui s'imposent", a déclaré M. Lucas.

"J'espère que les universités en tireront les conclusions", a ajouté le président de l'Ordre Patrick Bouet, en évoquant les formations universitaires en homéopathie, non reconnues.

Handicap: le nombre de bénéficiaires de l'AAH a doublé depuis 1990
Plus de 600.000 décès en France en 2017, nouveau record depuis l'après-guerre
La dépression a progressé en France ces dernières années
À l'ombre des vignes de Niagara, le cannabis a remplacé les orchidées
Le cannabis, nouvel eldorado des géants de l'alcool?
Mieux vaut pousser tôt au premier accouchement, conclut une expérience américaine
Près d'un Français sur trois a renoncé à des soins ces derniers mois
Les cabines de bronzage mises à l'index
Première greffe de foie d'une mère séropositive à son enfant
Cent ans après la grippe espagnole, le monde n'est pas à l'abri d'une pandémie
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Cap sur Mercure et ses mystères pour deux sondes spatiales
Un robot invité à parler d'intelligence artificielle devant des députés britanniques
Japon: sentir l'humain, assis, couché, dans son bain, au travail...
Climat: le monde a atteint un point de non retour, selon Ban Ki-moon
Les deux rescapés de Soyouz racontent leur atterrissage d'urgence
 LES PLUS LUS 
Kenya: huit rhinocéros morts après avoir été changés de parc
Puces Intel: des chercheurs découvrent une faille de sécurité
Comment limiter le temps d'exposition aux écrans des enfants ?
Des tombes de l'époque romaine découvertes dans un village palestinien
Le binge drinking peut augmenter le risque de maladies cardiovasculaires
Au coeur de l'Amazonie, vivre dans la plus grande jungle du monde
La mortalité par AVC évolue inégalement en Europe
Le plus vieux fromage jamais trouvé aurait été déterré en Égypte
En Bosnie, des cheveux sur mesure et gratuits pour les enfants cancéreux
Le génome complet du blé tendre séquencé pour la première fois
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2018 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.062 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.