ACCUEIL | FLUX RSS
Vendredi 22 Fevrier 2019

SANTE - Publié le 20/06/2018 à 15:59


Des associations dénoncent les prix exhorbitants et injustifiés des nouveaux médicaments



"L'inflation continue" des prix des nouveaux médicaments, "injustifiée et inacceptable", menace le système d'Assurance maladie et "l'accès équitable" aux soins, ont dénoncé mercredi huit organisations de défense des malades et des professionnels.

Les prix des traitements "qualifiés d'innovants", notamment contre le cancer, l'hépatite C ou les maladies rares, augmentent de manière "significative" et "injustifiée" depuis de nombreuses années et sont devenus "exorbitants", critiquent ces associations dans un livre blanc publié conjointement.

En oncologie, "le coût moyen d'une année de vie gagnée est passé de 15.877 euros en 1996, à 175.968 euros en 2016", rappelle la Ligue contre le cancer. Les laboratoires "demandent des prix astronomiques même quand les médicaments n'ont pas nécessité d'investissement important en recherche et développement", renchérit l'association UFC-Que Choisir.

L'UFC cite l'exemple de plusieurs médicaments, dont le "Keytruda", indiqué dans le traitement de certains mélanomes, pour lequel "la Haute autorité de santé a estimé que l'amélioration du service médical rendu" n'était "que mineure par rapport aux traitements existants", mais qui coûte en France jusqu’à "72.000 euros par an".

En cause, selon ces associations: la négociation "opaque" des prix entre gouvernements et industriels du secteur, les "pressions" exercées par les laboratoires et leur "manque de transparence", concernant les coûts de production et de recherche ou encore l'évaluation des médicaments.

En France, les instruments utilisés lors des négociations conventionnelles sont "inflationnistes": ils reposent notamment sur la fixation d'un prix public élevé associé à des "remises confidentielles" consenties par les laboratoires en fonction des volumes de vente, explique Médecins du Monde.

Si les pouvoirs publics tentent de "maitriser les dépenses" à l'aide d'économies axées majoritairement sur les "médicaments de tous les jours", l'arrivée prochaine de nouveaux traitements se comptant "en centaines de milliers d'euros par patient", se traduira par "une nouvelle augmentation" des dépenses, prévient l'association.

"Combien de temps sera-t-il possible de garantir un accès aux meilleurs traitements" à tous ? Des "critères d'accès seront-ils-définis ?", s'interroge La Ligue contre le cancer.

Enfin le mot "innovation", utilisé pour décrire ces nouveaux traitements, n'est pas toujours garant d'une "véritable amélioration" du service médical rendu, la mise sur le marché pouvant s'effectuer, après des procédures accélérées, "sur la base d'une connaissance très limitée", regrette la revue Prescrire.

Alors que le gouvernement doit réunir les industriels du secteur le 9 juillet prochain, les associations plaident pour un "nouveau modèle de fixation des prix", et une "réelle transparence à tous les niveaux".

L'intelligence artificielle efficace pour diagnostiquer des maladies pédiatriques
Alcool: un lourd fardeau sanitaire, appel à des mesures plus efficaces
Davantage d'essais cliniques pourront bénéficier d'une autorisation rapide
Tampons et serviettes : toujours des substances indésirables, selon 60 millions de consommateurs
Au Pakistan, la routine de l'avortement, faute de contraception
Maladies chroniques : et si on prescrivait des activités physiques sur ordonnance ?
Le fractionné serait encore plus efficace pour maigrir que l'entraînement continu d'intensité modérée
Le pari du détatouage sans douleur
Les internes de médecine générale font trop d'heures à l’hôpital
L'OMS cible le volume audio des smartphones et MP3
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Une tortue géante que l'on pensait éteinte découverte aux Galapagos
L'intelligence artificielle efficace pour diagnostiquer des maladies pédiatriques
L'Allemagne veut interdire les thérapies de conversion des homosexuels
USA: bientôt d'autres choix que Monsieur et Madame sur les billets d'avion
Une brève anesthésie générale subie pendant l'enfance ne perturberait pas le développement
 LES PLUS LUS 
Beurk ou miam? La différence est plus dans la tête que dans l'assiette
L'empire contre-attaque ou le retour de Microsoft au sommet
Microbiote: à la découverte de notre jardin intérieur
Cuba: l'internet mobile disponible à partir de jeudi
Climat: une ado en colère plaide en faveur des générations futures
Une lettre d'Einstein sur Dieu vendue 2,89 millions de dollars
Attaque sur les petits écrans: le boom des jeux vidéo sur mobile en Afrique
Naissance du premier bébé grâce à une greffe d'utérus d'une donneuse décédée
L'hiver est là, le charbon brûle, les Balkans suffoquent
Premier vol habité à destination de l'ISS depuis le lancement raté
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.028 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.