ACCUEIL | FLUX RSS
Mercredi 26 Septembre 2018

SANTE - Publié le 06/07/2018 à 17:28


Le Novitchok, arme chimique russe dangereuse et mal connue



L'agent innervant "Novitchok", qui a plongé deux Britanniques dans un état critique quatre mois après l'empoisonnement d'un ex-agent russe et de sa fille, est un toxique russe mal connu et particulièrement dangereux.

Sa conception par des scientifiques soviétiques remonte aux années 1970-1980, les dernières décennies de la Guerre froide Est-Ouest. Les experts occidentaux en savent peu sur ces armes chimiques redoutables.

Ces substances, qui agissent sur le système nerveux, font que les muscles ne sont plus contrôlés, aboutissant à des spasmes, puis à la paralysie et éventuellement à la mort par suffocation ou arrêt cardiaque.

Les deux nouvelles victimes, identifiées par un ami comme étant Charlie Rowley et Dawn Sturgess, ont été retrouvées samedi dans une habitation d'un quartier résidentiel d'Amesbury, une ville du sud-ouest de l'Angleterre.

La police a annoncé mercredi qu'elles avaient été exposées au Novitchok, déjà utilisé pour empoisonner l'ex-espion Sergueï Skripal et sa fille Ioulia en mars, à une quinzaine de kilomètres de là. Tous deux avaient finalement été tirés d'affaire après un lourd traitement médical.

"Le fait qu'il s'agisse du même produit que celui qui a empoisonné les Skripal confirme beaucoup de choses qu'on subodorait sur la famille des agents innervants Novitchok", affirme le professeur Andrea Sella, chimiste à l'université londonienne UCL, cité par le Science Media Centre.

"Ils sont faits pour persister dans l'environnement et ne pas s'évaporer ni se décomposer rapidement. Cela veut dire que si un contenant ou une surface a été contaminé, il peut rester dangereux longtemps", poursuit-il.

Selon lui, "il est donc vital de retracer les déplacements de ce couple pour savoir où ils ont pu entrer en contact" avec le poison.

- "Séquelles neurologiques" -

Le couple est hospitalisé dans un état critique à l'hôpital de Salisbury, où l'ex-espion russe et sa fille avaient eux-mêmes été traités pendant plusieurs semaines.

Les deux Britanniques "sont soignés dans le seul établissement où on a réussi à traiter avec succès des patients exposés à ces substances, donc il y a toutes les raisons de penser que l'issue peut être favorable pour eux", juge le docteur Chris Morris, toxicologue à l'Université de Newcastle.

"Il faut toutefois garder en tête que les victimes de ce genre de produits organophosphorés peuvent garder à vie des séquelles neurologiques, même si elles se remettent des effets aigus de l'empoisonnement", avertit le professeur Sella.

Le Novitchok est un agent innervant, comme d'autres poisons plus connus, le sarin et le VX.

Ces substances ciblent une enzyme appelée acétylcholinestérase, dont le rôle est crucial: c'est elle qui détruit l'acétylcholine, une molécule qui agit sur la contraction des muscles. Lorsque l'agent innervant bloque cette enzyme, l'acétylcholine s'accumule, ce qui détraque le système nerveux.

Selon les experts, la procédure de soins classique dans le cas d'un empoisonnement avec un agent innervant est de stabiliser les fonctions vitales du corps (respiration, battements du coeur). Parallèlement, il faut administrer au patient de l'atropine, médicament de base utilisé pour combattre les symptômes des agents innervants.

L'atropine bloque les récepteurs de l'acétylcholine pour empêcher son accumulation dans le système nerveux. Le temps, si le traitement fonctionne, de permettre au corps d'évacuer l'agent innervant et de produire à nouveau l'enzyme qu'il ciblait.

La médiatisation du terrorisme influence les déséquilibrés
Pas de boulot et la santé qui vacille: la double peine pour des chômeurs
Cancers, diabètes, AVC: la bataille contre les maladies non transmissibles n'est pas gagnée
En pleine forêt ou en ville, la vogue du néo-chamanisme
Madagascar: la peste fait 2 morts de plus
Sans existence légale, le métier d'herboriste espère une renaissance
Le cerveau préfère la sédentarité à l'exercice physique
Alzheimer: pourquoi les labos n'y arrivent pas encore
L'alcool responsable d'un décès sur 20 dans le monde
L'espérance de vie des Européens, en hausse mais menacée par l'obésité
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Kilo, ampère, kelvin... Petite révolution à venir dans les unités de mesure
Des tests ADN pour mieux traquer les trafiquants d'ivoire
Il y a 50 ans, le sauvetage des temples égyptiens d'Abou Simbel
Portugal: un vaisseau de la route des Indes découvert au fond du Tage
La médiatisation du terrorisme influence les déséquilibrés
 LES PLUS LUS 
Kenya: huit rhinocéros morts après avoir été changés de parc
Puces Intel: des chercheurs découvrent une faille de sécurité
Comment limiter le temps d'exposition aux écrans des enfants ?
Des tombes de l'époque romaine découvertes dans un village palestinien
Le binge drinking peut augmenter le risque de maladies cardiovasculaires
Au coeur de l'Amazonie, vivre dans la plus grande jungle du monde
Le plus vieux fromage jamais trouvé aurait été déterré en Égypte
La mortalité par AVC évolue inégalement en Europe
Le génome complet du blé tendre séquencé pour la première fois
En Bosnie, des cheveux sur mesure et gratuits pour les enfants cancéreux
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2018 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.023 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.