ACCUEIL | FLUX RSS
Mardi 20 Août 2019

SCIENCE - Publié le 06/07/2018 à 17:30


En colonisant l'Amérique, les Européens auraient fait disparaître d'anciens chiens



Les Européens qui ont colonisé l'Amérique à partir du 15e siècle ont décimé non seulement les populations indigènes, mais sans doute aussi les chiens alors domestiqués sur le continent, affirment des chercheurs à l'issue d'un grand travail de recherche archéologique et génétique.

Les plus anciens chiens retrouvés dans les deux Amériques, dits "pré-contact", datent d'il y a environ 9.900 ans, environ 6.500 ans après l'arrivée des premiers humains.

Une équipe de 50 chercheurs a analysé des échantillons d'ADN retrouvés sur 71 anciens chiens retrouvés en Amérique du Nord et en Sibérie, qu'ils ont comparés génétiquement à des chiens modernes.

Leur résultat, publié jeudi dans la prestigieuse revue Science, confirme avec un degré de certitude inédit que les chiens d'Amérique sont arrivés par le détroit de Bering, par le même chemin que les humains. Ces chiens ont ensuite vécu pendant des millénaires avec leurs maîtres... avant d'être éradiqués en quelques siècles après l'arrivée des Européens.

Les ADN des chiens américains modernes n'ont en effet rien en commun avec les anciens, qui descendent d'anciens chiens de Sibérie orientale.

"Il est fascinant de voir qu'une population de chiens ayant vécu dans de nombreuses régions des Amériques pendant des milliers d'années, et qui faisaient partie intégrante des cultures amérindiennes, ait pu disparaître aussi vite", dit l'auteur principal de l'étude, Laurent Frantz, un expert en ADN ancien à l'Université Queen Mary de Londres.

Parmi les raisons possibles: des maladies, des persécutions culturelles, ou le désir des Européens d'élever leurs propres chiens. Mais la rapidité de la disparition laisse les chercheurs circonspects.

Les Labradors et Chihuahas modernes descendent de races eurasiennes introduites en Amérique entre le 15e et le 20e siècle, écrit l'archéologue Angela Perri, de l'université de Durham en Angleterre.

En fait, il reste une trace génétique des anciens chiens américains, mais celle-ci est particulière: elle se trouve dans une tumeur cancéreuse, du nom de CTVT, qui survit aujourd'hui et se transmet par contact sexuel entre chiens.

"Bien que cet ADN de cancer ait muté au fil des années, il est quasiment semblable à l'ADN de ce premier chien fondateur d'il y a plusieurs milliers d'années", explique Maire Ní Leathlobhair, du département de médecine vétérinaire de l'Université de Cambridge.

Cette étude est un pas important, mais pas final, dans la compréhension de l'évolution canine.

"L'histoire des chiens américains pré-contact commence seulement à être écrite", estiment Linda Goodman, de Stanford, et Elinor Karlsson, de l'Université du Massachusetts, dans un article séparé publié dans Science. Cette histoire ne pourra être écrite qu'avec de futures découvertes, et notamment l'exploitation de génomes plus entiers que ceux exploités jusqu'à présent.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


L'homme de Neandertal avait développé l'oreille du surfeur pour pêcher
Le squelette d'une mérovingienne mis au jour à Cahors
Kenya: sur les traces de Simbakubwa, dans le capharnaüm du musée de Nairobi
Nouvelle-Zélande : découverte des restes d'Hercule, un perroquet géant
Des chercheurs percent le secret des requins fluorescents
L'Égypte présente un sarcophage de Toutânkhamon en restauration
Égypte: ouverture au public de deux nouvelles pyramides
Le plus vieil Homo sapiens non africain a été retrouvé
Envie de musarder utile cet été ? Faites des sciences participatives
Une tête de Toutankhamon vendue à Londres malgré la colère de l'Égypte
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
L'homme de Neandertal avait développé l'oreille du surfeur pour pêcher
Le squelette d'une mérovingienne mis au jour à Cahors
Il neige du plastique dans les Alpes et l’Arctique
La NASA se prépare pour Mars dans un champ de lave en Islande
Virgin Galactic dévoile son nouveau centre de contrôle et annonce ses derniers tests
 LES PLUS LUS 
Planète: la seule issue se trouve sous terre, selon certains experts
Une nouvelle espèce humaine découverte aux Philippines
Google ouvre son premier laboratoire d'intelligence artificielle en Afrique
Comment nettoyer l'espace des vieux satellites et débris spatiaux
A Cuba, les abeilles butinent heureuses et leur miel ravit l'Europe
La Lune dans cinq ans ? La NASA entretient le mystère
Les rideaux d'hôpitaux sont des nids à bactéries
L'activité physique pourrait aider à guérir d'une lésion de la moelle épinière
Un régime riche en viande accroît le risque de mortalité
Infarctus ne rime pas nécessairement avec arrêt maladie prolongé
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.065 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.