ACCUEIL | FLUX RSS
Vendredi 22 Mars 2019

SCIENCE - Publié le 06/07/2018 à 17:30


En colonisant l'Amérique, les Européens auraient fait disparaître d'anciens chiens



Les Européens qui ont colonisé l'Amérique à partir du 15e siècle ont décimé non seulement les populations indigènes, mais sans doute aussi les chiens alors domestiqués sur le continent, affirment des chercheurs à l'issue d'un grand travail de recherche archéologique et génétique.

Les plus anciens chiens retrouvés dans les deux Amériques, dits "pré-contact", datent d'il y a environ 9.900 ans, environ 6.500 ans après l'arrivée des premiers humains.

Une équipe de 50 chercheurs a analysé des échantillons d'ADN retrouvés sur 71 anciens chiens retrouvés en Amérique du Nord et en Sibérie, qu'ils ont comparés génétiquement à des chiens modernes.

Leur résultat, publié jeudi dans la prestigieuse revue Science, confirme avec un degré de certitude inédit que les chiens d'Amérique sont arrivés par le détroit de Bering, par le même chemin que les humains. Ces chiens ont ensuite vécu pendant des millénaires avec leurs maîtres... avant d'être éradiqués en quelques siècles après l'arrivée des Européens.

Les ADN des chiens américains modernes n'ont en effet rien en commun avec les anciens, qui descendent d'anciens chiens de Sibérie orientale.

"Il est fascinant de voir qu'une population de chiens ayant vécu dans de nombreuses régions des Amériques pendant des milliers d'années, et qui faisaient partie intégrante des cultures amérindiennes, ait pu disparaître aussi vite", dit l'auteur principal de l'étude, Laurent Frantz, un expert en ADN ancien à l'Université Queen Mary de Londres.

Parmi les raisons possibles: des maladies, des persécutions culturelles, ou le désir des Européens d'élever leurs propres chiens. Mais la rapidité de la disparition laisse les chercheurs circonspects.

Les Labradors et Chihuahas modernes descendent de races eurasiennes introduites en Amérique entre le 15e et le 20e siècle, écrit l'archéologue Angela Perri, de l'université de Durham en Angleterre.

En fait, il reste une trace génétique des anciens chiens américains, mais celle-ci est particulière: elle se trouve dans une tumeur cancéreuse, du nom de CTVT, qui survit aujourd'hui et se transmet par contact sexuel entre chiens.

"Bien que cet ADN de cancer ait muté au fil des années, il est quasiment semblable à l'ADN de ce premier chien fondateur d'il y a plusieurs milliers d'années", explique Maire Ní Leathlobhair, du département de médecine vétérinaire de l'Université de Cambridge.

Cette étude est un pas important, mais pas final, dans la compréhension de l'évolution canine.

"L'histoire des chiens américains pré-contact commence seulement à être écrite", estiment Linda Goodman, de Stanford, et Elinor Karlsson, de l'Université du Massachusetts, dans un article séparé publié dans Science. Cette histoire ne pourra être écrite qu'avec de futures découvertes, et notamment l'exploitation de génomes plus entiers que ceux exploités jusqu'à présent.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Le physicien Marcelo Gleiser: La science ne tue pas Dieu
Mathématiques: le prix Abel attribué à une femme pour la première fois
Des lycéens enfilent la blouse de chercheurs pour étudier les tiques
Comment ragoûts et yaourts néolithiques ont sans doute conduit au f et au v
La peau s'expose à Paris
Chez les chimpanzés, la diversité culturelle aussi est victime des humains
L'intelligence des arbres décryptée par les chercheurs
Un document inédit d'Albert Einstein émerge du passé
Le Cern part à la recherche des particules associées à la matière noire
A Londres, la science au service de la lutte contre l'exploitation forestière illégale
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Une tortue sacrée embaumée pour l'éternité au Vietnam
Une fusée Vega met sur orbite un satellite d’observation de la Terre pour l’Italie
Chili: faire pousser des légumes dans le désert le plus aride du monde
Climat: les géants de l'énergie ont dépensé 1 milliard de dollars en lobbying depuis la COP21
Le plastique menace toute vie aux Galapagos
 LES PLUS LUS 
Beurk ou miam? La différence est plus dans la tête que dans l'assiette
Microbiote: à la découverte de notre jardin intérieur
Climat: Mars n'est pas un plan B pour l'humanité, met en garde une astronaute
Froid dedans, plus chaud dehors: l'Inde dans le cercle vicieux des climatiseurs
Cop24: Réduire le gaspillage et consommer moins de viande pour nourrir la terre en 2050 selon une étude
Dans la violente Ciudad Juarez, réhydrater des cadavres pour les identifier
Une technique de poterie millénaire remise au goût du jour contre le gaspillage de l'eau
En Saône-et-Loire, une usine change les déchets en biogaz
Qu'est-ce que tu veux pour Noël? Un test ADN!
L'UE sans plastiques à usage unique en 2021
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.051 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.