ACCUEIL | FLUX RSS
Lundi 18 Mars 2019

RECHERCHE - Publié le 07/07/2018 à 21:31


Progrès encourageant vers un vaccin contre le VIH



Se dirige-t-on vers un vaccin contre le VIH ? Des chercheurs ont fait état samedi d'un progrès encourageant, avec un vaccin expérimental qui a provoqué une réaction immunitaire chez des humains et protégé des macaques de l'infection.

Le développement de ce potentiel vaccin, sûr pour l'homme, est maintenant suffisamment avancé pour lancer un test sur 2600 femmes en Afrique australe.

«Ces résultats représentent une étape importante», a souligné le directeur de l'étude, le virologue Dan Barouch, dans un communiqué de la revue The Lancet.

Rejoint par d'autres experts, il a cependant prévenu qu'il n'y avait aucune garantie que les tests suivants soient aussi positifs. «Nous devons rester prudents», a-t-il déclaré à l'AFP.

Deux tiers des macaques rhésus ont été protégés par le vaccin dans les tests de laboratoire.

Les résultats du test grandeur nature, appelé Imbokodo (rocher, en zoulou), sont attendus en 2021 ou 2022. «Ce sera seulement le cinquième concept de vaccin contre le VIH dont l'efficacité sera testé dans les 35 ans et quelques d'histoire de l'épidémie», a souligné le Pr Barouch.

Un autre, appelé RV144, a montré qu'il protégeait l'homme du VIH dans une certaine mesure. En 2009, une étude indiquait qu'il avait réduit de 31,2% le risque d'infection chez 16 000 volontaires en Thaïlande.

L'étude publiée samedi rapporte les résultats d'un test chez 393 adultes en bonne santé, séronégatifs, âgés de 18 à 50 ans en Afrique de l'Est, Afrique du Sud, Thaïlande et aux États-Unis.

Certains ont reçu l'une des combinaisons vaccinales possibles ou un placebo, via quatre injections en 48 semaines.

Ces combinaisons étaient faites de différents types de VIH, rendus suffisamment inoffensifs, avec l'espoir de provoquer une réponse immunitaire. Or celle-ci a été «robuste», s'est félicité le Pr Barouch.

Avancée phénoménale ?

Les tests ont montré l'innocuité. Seuls cinq participants ont fait état d'effets indésirables, comme des douleurs abdominales, une diarrhée, des vertiges ou des douleurs au dos.

Dans une étude séparée, ces mêmes vaccins ont offert une protection à deux tiers des 72 macaques auxquels les chercheurs ont ensuite tenté d'inoculer le virus.

D'autres spécialistes interrogés par l'AFP ont salué ce progrès.

«Je ne peux pas répéter assez à quel point nous avons besoin d'un vaccin», a souligné François Venter de l'université du Witwatersrand (Afrique du Sud). Mais «on a déjà connu ça, des vaccins expérimentaux prometteurs qui ne se sont pas concrétisés».

Pour le Français Jean-Daniel Lelièvre, du Vaccine Research Institute (Agence nationale de recherches sur le sida): «Ce n'est probablement pas le vaccin définitif, mais ça peut être une avancée phénoménale». Selon lui, «dans le meilleur des cas», ces recherches produiront un vaccin administrable dans «presque 10 ans».

Quelque 37 millions de personnes vivent avec le VIH ou le sida, d'après l'Organisation mondiale de la santé, et 1,8 million de cas sont contractés chaque année. La maladie a tué quelque 35 millions des 80 millions de personnes qu'elle a infectées depuis qu'elle a été diagnostiquée pour la première fois au début des années 1980.

Malgré les progrès de la médecine dans la prévention et le traitement de la maladie (PrEP, antirétroviraux, trithérapies), les chercheurs insistent sur les mesures permettant de ne pas être infecté: protection lors des rapports sexuels, usage de seringues neuves, stérilisation du matériel médical...

Le cannabis testé chez des malades de Parkinson à Marseille
La rousseur couplée à la présence de nombreux grains de beauté indiquerait une propension au mélanome
Un écran dans la chambre nuirait à la santé physique et mentale des enfants
Alcool et grossesse, une nouvelle étude prône l'abstinence
L'anticorps d'un survivant d'Ebola, clé d'un futur vaccin
Le fait de consigner ce que l'on mange favoriserait la perte de poids
L'ail et l'oignon pourraient abaisser le risque de cancer colorectal
L'allaitement exclusif pendant 3 mois pourrait réduire le risque d'eczéma de l'enfant
La malbouffe pourrait augmenter le risque de maladies mentales
Une brève anesthésie générale subie pendant l'enfance ne perturberait pas le développement
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Les séniors se sentent plus jeunes lorsqu'ils ont l'impression d'avoir le contrôle sur leur vie quotidienne
Oeufs, cholestérol et risques cardiaques, l'éternel débat
Une reconnaissance au travail positive améliore la santé physique et mentale
Près de Chartres, un refuge accueille animaux de cirque ou de laboratoires
Des lycéens enfilent la blouse de chercheurs pour étudier les tiques
 LES PLUS LUS 
Beurk ou miam? La différence est plus dans la tête que dans l'assiette
L'empire contre-attaque ou le retour de Microsoft au sommet
Microbiote: à la découverte de notre jardin intérieur
Une lettre d'Einstein sur Dieu vendue 2,89 millions de dollars
Climat: une ado en colère plaide en faveur des générations futures
Cuba: l'internet mobile disponible à partir de jeudi
Attaque sur les petits écrans: le boom des jeux vidéo sur mobile en Afrique
Naissance du premier bébé grâce à une greffe d'utérus d'une donneuse décédée
Premier vol habité à destination de l'ISS depuis le lancement raté
L'hiver est là, le charbon brûle, les Balkans suffoquent
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.030 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.