ACCUEIL | FLUX RSS
Mardi 17 Juillet 2018

RECHERCHE - Publié le 10/07/2018 à 20:13


Test prometteur en Australie pour combattre la dengue



Plus de 80% d'une colonie de moustiques répandant la fièvre de dengue ont été anéantis dans une ville australienne lors d'un test prometteur pour combattre cette infection virale dangereuse, ont indiqué mardi des scientifiques.

Des chercheurs du Commonwealth Scientific and Industrial Research Organisation (CSIRO), organisme public australien de recherche scientifique, ont reproduit des millions de moustiques mâles Aedes aegypti non piqueurs, dans le cadre d'un projet financé par Alphabet, la maison-mère de Google.

Les insectes étaient infectés par la bactérie Wolbachia, qui les rend stériles. Ils ont ensuite été relâchés à Innisfail, ville de l'État régional du Queensland (nord-est). Pendant plus de trois mois, ils ont fécondé des femelles qui ont pondu des oeufs n'ayant pas éclos, entraînant une chute vertigineuse de leur population.

Le moustique Aedes aegypti, l'un des plus dangereux au monde, est le vecteur principal de la dengue, du virus Zika, du chikungunya et de la fièvre jaune. Il est responsable de l'infection de millions de personnes chaque année à travers le monde. C'est pourquoi ce test scientifique constitue une avancée majeure, a indiqué Kyran Stauton, de l'Université australienne James Cook.

« Nous avons beaucoup appris en participant à ce premier essai tropical et nous sommes enthousiastes à l'idée de voir cette approche appliquée dans d'autres régions où l'Aedes aegypti est une menace pour la vie et la santé », a-t-il dit.

Cette technique de stérilisation d'insectes a déjà été effectuée par le passé, mais le défi de la faire réussir sur des moustiques était d'arriver à en produire suffisamment, d'identifier les mâles, de retirer les femelles piqueuses et ensuite de les relâcher en nombre suffisamment important pour anéantir une population.

« Nous sommes très heureux de voir une importante suppression de ces dangereux moustiques femelles piqueuses Aedes aegypti », a déclaré Nigel Snoad, de la société de sciences de la vie Verify (Alphabet), qui a financé le projet.

Des ciseaux génétiques provoquent des mutations inattendues
Ebola: des chercheurs espagnols travaillent sur un vaccin universel
Test prometteur en Australie pour combattre la dengue
Les thérapies géniques: un espoir pour les patients, un défi pour les payeurs
Progrès encourageant vers un vaccin contre le VIH
La plupart des études sont fausses: l'avertissement choc d'un chercheur
La médecine moins lourde contre le cancer progresse
Les pesticides à l'origine d'un surpoids chez les souris mâles selon une étude
Au Gabon, un laboratoire ultra-sécurisé contre le virus Ebola
La technique s'améliore pour greffer des organes infectés par l'hépatite C
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Les parents protègent leurs enfants des dangers du soleil mieux qu'eux-mêmes
Indonésie: une foule en colère massacre près de 300 crocodiles
Chine: plongée en eau vraiment trouble
Le coût du soutien aux énergies renouvelables va augmenter en 2019
Eruption à Hawaï: 23 blessés dans un tour en bateau, nouvelle île de lave
 LES PLUS LUS 
A la recherche de l'origine des Incas, grâce à la génétique
Les scientifiques américains transfèrent la mémoire d'un escargot à l'autre en transplantant de l'ARN
Pologne: Première naissance en captivité d'un couscous, marsupial indonésien
Découverte d'un nouveau site de sacrifice rituel d'enfants au Pérou
Avec le réchauffement climatique, les légumes vont devenir plus rares
Voici Norman, l'intelligence artificielle psychopathe
Un château en Corrèze pour un peu plus de 11 euros et la bonne cause
Dans le sud du Maroc, les météorites suscitent les convoitises
Le musée des égouts de Paris fait peau neuve
Climat: moins de neige et la belette blanche devient une cible
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2018 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.028 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.