ACCUEIL | FLUX RSS
Mardi 17 Juillet 2018

TECHNOLOGIES - Publié le 12/07/2018 à 12:25


Doctolib s'impose comme le champion du rendez-vous médical en ligne



La plateforme de rendez-vous médicaux en ligne Doctolib a annoncé jeudi avoir racheté son principal concurrent MonDocteur, s'imposant comme un champion dans un créneau en pleine croissance.

Le nouvel ensemble sera présent chez 55.000 praticiens, soit environ 10% des 550.000 professionnels français du secteur médical que Doctolib considère comme son marché potentiel.

Doctolib (450 salariés) et MonDocteur (150 salariés) étaient nés tous les deux en 2013, mais le premier avait pris l'ascendant, avec 45.000 praticiens aujourd'hui dans sa liste, contre 10.000 à MonDocteur.

Avec 20 millions de visites de patients par mois, le nouvel ensemble revendique désormais d'être la première plateforme de rendez-vous en ligne au monde en nombre, devant le groupe américain ZocDoc ou le groupe indien Practo, et très loin devant ses autres rivaux français, comme Pages Jaunes, Keldoc, ou RDVmédicaux (Vivendi).

Doctolib et MonDocteur ambitionnent de "bâtir une société de plusieurs milliers de personnes unies autour de valeurs humanistes", a déclaré dans un communiqué Stanislas Niox-Chateau, président et cofondateur de Doctolib.

La marque MonDocteur subsistera dans un premier temps, mais "l'objectif est d'avoir un service unique plus complet sous la marque Doctolib", a affirmé à l'AFP Julien Méraud, le directeur de la stratégie de l'entreprise.

Doctolib espère conserver l'ensemble des effectifs de MonDocteur après la fusion, pour satisfaire un marché en croissance accélérée.

Doctolib revendique 2.500 praticiens supplémentaires par mois, soit une croissance mensuelle de plus de 5%.

La société a par ailleurs commencé à s'internationaliser en prenant pied sur le marché allemand, où elle revendique 2.000 praticiens aujourd'hui et une croissance mensuelle de 10%.

Doctolib prévoit d'employer 1.000 salariés d'ici à 2020, dont environ 250 ingénieurs dans ses centres de recherche et développement à Paris et Berlin.

"Le nouveau groupe va poursuivre ses développements dans deux directions, créer des cabinets et des hôpitaux du futur plus humains, efficaces et connectés", et "améliorer le parcours de soin des patients", selon Doctolib.

La société évalue ainsi les potentialités de la téléconsultation, selon Julien Méraud, qui précise que la réflexion est toujours en cours.

- Pas d'exploitation des données -

Doctolib s'intéresse aussi aux possibilités de faciliter l'accès des patients à leurs données de santé - historique des visites, des ordonnances, des remboursements...-, contenues dans le dossier médical partagé (DMP) en cours de constitution par l'assurance maladie.

Pas question pour autant pour Doctolib d'accéder lui-même aux données, a précisé Julien Méraud: "Les données ne nous appartiennent pas, elles sont la propriété des patients et des médecins".

"Nous n'avons aucun revenu lié à la publicité et à la revente de données, et nous n'en aurons jamais", a-t-il souligné.

Le montant de l'opération n'a pas été communiqué, mais Doctolib disposait de liquidités importantes, après avoir levé 35 millions d'euros en novembre 2017 après 26 millions d'euros en janvier de la même année.

Doctolib est une société indépendante, contrôlée par ses fondateurs et son équipe dirigeante qui sont restés majoritaires après les levées de fonds successives.

Eurazeo et Bpifrance notamment figurent également au capital, avec des spécialistes de l'économie numérique comme le fonds international de capital-risque Accel, ou des entrepreneurs comme Pierre Kosciusko-Morizet, cofondateur du site de commerce en ligne PriceMinister, et Nicolas Brusson, cofondateur de la start-up française de covoiturage BlaBlaCar.

Le service Doctolib fonctionne par abonnement, au prix mensuel de 109 euros TTC.

L'entreprise promet aux praticiens qui utilisent son service une réduction de 30% de leur temps de secrétariat. Elle met en avant également une réduction de 75% du taux de non-présentation des patients, grâce notamment aux SMS de rappel de rendez-vous envoyés automatiquement.

Tesla: les frasques d'Elon Musk commencent à inquiéter
Fausses nouvelles: les algorithmes au banc des accusés
Microsoft appelle à une réglementation de la reconnaissance faciale
Facebook: les parents d'une ado allemande décédée autorisés à accéder à son compte
Complexe, le marché des courriers recommandés électroniques aiguise les appétits
Alphabet accentue ses efforts dans les drones et les ballons
Doctolib s'impose comme le champion du rendez-vous médical en ligne
Le géant chinois de la batterie s'installe en sauveur en Allemagne
Les aéroports parisiens passent à la reconnaissance faciale
La fibre optique pourrait être utilisée comme alternative aux sismomètres
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Les parents protègent leurs enfants des dangers du soleil mieux qu'eux-mêmes
Indonésie: une foule en colère massacre près de 300 crocodiles
Chine: plongée en eau vraiment trouble
Le coût du soutien aux énergies renouvelables va augmenter en 2019
Eruption à Hawaï: 23 blessés dans un tour en bateau, nouvelle île de lave
 LES PLUS LUS 
A la recherche de l'origine des Incas, grâce à la génétique
Les scientifiques américains transfèrent la mémoire d'un escargot à l'autre en transplantant de l'ARN
Pologne: Première naissance en captivité d'un couscous, marsupial indonésien
Découverte d'un nouveau site de sacrifice rituel d'enfants au Pérou
Avec le réchauffement climatique, les légumes vont devenir plus rares
Voici Norman, l'intelligence artificielle psychopathe
Un château en Corrèze pour un peu plus de 11 euros et la bonne cause
Dans le sud du Maroc, les météorites suscitent les convoitises
Le musée des égouts de Paris fait peau neuve
Climat: moins de neige et la belette blanche devient une cible
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2018 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.026 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.